Manimalworld

Leporidae


Les Léporidés (Leporidae) forment une famille appartenant à l'ordre des lagomorphes. Cette famille compte plusieurs espèces appelées communément lièvres et lapins. Le nom commun lapin s'applique généralement à tous les genres de la famille, sauf les espèces du genre Lepus qui sont généralement appelées lièvre.


Leporidae
Les Leporidae
Sources: Cirad



ÉVOLUTION

Les plus anciens fossiles de léporidés découverts datent de la fin de l'éocène, époque à laquelle la famille était déjà présente en Amérique du Nord et en Asie. Au fil de leur évolution, ce groupe est devenu de plus en plus adapté aux vies de course et de sauts rapides. Par exemple, Palaeolagus, un lapin éteint de l’Oligocène en Amérique du Nord, a les pattes postérieures plus courtes que les formes modernes (indiquant qu’il a couru plutôt que sauté), bien qu’à bien des égards, il ressemble assez à un lapin. Deux découvertes de fossiles encore non nommés datant de 48 millions d'années (Chine) et 53 millions d'années (Inde), bien que primitives, présentent la cheville des léporidés caractéristique, poussant ainsi la divergence d'Ochotonidae et Leporidae encore plus loin dans le passé.


Leporidae 01
Quelques ancêtres des léporidés
Sources: The Dinosaur Fan

DESCRIPTION

Les léporidés présentent une grande diversité physique. Le lièvre d'Europe, l’un des plus grands membres de la famille, atteint une taille maximale de 75 cm et pèse 5 kg alors que le lapin pygmée, l’un des plus petits, atteint une taille maximale de 29,5 cm et 0,46 kg. Ils ont de longues pattes postérieures, avec quatre orteils sur chaque pied et des pattes antérieures plus courtes, avec cinq orteils chacune. La plante de leurs pieds est velue pour améliorer leur adhérence lors de la course à pied et leurs griffes sont fortes sur tous les orteils. Leurs oreilles relativement longues sont tubulairement proximales, le point le plus bas du conduit auditif externe étant situé bien au-dessus du crâne.

Les couleurs du pelage vont du marron au noir au blanc. Bien que les taches soient relativement communes chez les léporidés domestiques, la plupart des espèces sauvages ont une coloration relativement atténuée qui les aide à se fondre dans leur environnement. Le lapin de Sumatra est l'une des deux espèces à rayures. Ni l'albinisme ni le mélanisme ne sont rares chez les léporidés, et certaines espèces qui habitent les plus hautes latitudes ont des robes blanches en hiver, qui muent ensuite au printemps. La plupart des léporidés sont de couleur opposée, avec un pelage dorsal de couleur sombre et un pelage ventral de couleur claire. La texture du pelage peut être épaisse et douce ou grossière et laineuse (par exemple, le lapin de l'Assam) et peut devenir de plus en plus rare sur la longueur des oreilles.

Comme les rongeurs, les léporidés ont une puissante incisive frontale, mais ils ont aussi une seconde paire d'incisives plus petite de part et d'autre des dents principales dans la mâchoire supérieure, et la structure est différente de celle des incisives de rongeur. Comme les rongeurs, les léporidés sont dépourvus de canines, mais ils ont plus de joues que les rongeurs. Leurs mâchoires contiennent également un diastème important. Les lapins et les lièvres ont de courtes queues touffues, parfois très bien marquées, et la plante de leurs pattes postérieures est recouverte de poils. Les orteils se terminent par de longues griffes légèrement incurvées.

Lièvres et lapins ont peu de choses en commun :

- Les lièvres forment le genre Lepus. Ils sont en général plus grands que les lapins. Ils ont des oreilles plus longues et une fourrure faite de poils plus longs et noirs au sommet. Ils ont un comportement solitaire et nichent en plein air dans un petit recoin. Ils naissent avec les yeux grands ouverts, couverts de poils et sont capables de courir quelques minutes après leur naissance.

- Les lapins sont divisés en plusieurs genres. Ils ont une silhouette moins élancée, vivent en groupe et creusent des terriers. Ils naissent aveugles, nus et doivent donc rester cachés dans un nid sous terre pendant plus d'une semaine avant de sortir. Issu du lapin de garenne, l'espèce domestique est élevée dans le monde entier.


Leporidae 03
Anatomie du lapin
Sources: WikiVividly

HABITAT

Semblable à son ordre parent, les lagomorphes, cette famille a un large éventail géographique. Les léporidés occupent la plupart des terres émergées du monde, à l'exception du sud de l'Amérique du Sud, des Antilles, de Madagascar et de la plupart des îles situées au sud-est de l'Asie. Bien qu'originellement absents d'Amérique du Sud, d'Australie, de Nouvelle-Zélande et de Java, les léporidés ont été introduits dans ces régions au cours des derniers siècles. La vaste étendue géographique des léporidés est due en grande partie à son introduction par l'homme.

Ils se sont adaptés à une gamme remarquable d'habitats, du désert à la toundra, en passant par les forêts, les montagnes et les marécages. Les lièvres vivent le plus souvent dans des habitats ouverts où ils peuvent utiliser leur vitesse pour échapper aux prédateurs potentiels. Ils comptent également sur leur pelage bien camouflé pour se cacher des dangers parmi les arbustes et les rochers. Cependant, certaines espèces de lièvres, tels que le lièvre d'Amérique et le lièvre de Mandchourie, habitent bien la forêt. Alors que les lièvres se trouvent le plus souvent dans des habitats ouverts, les lapins sont confinés dans des habitats à couverture dense où ils peuvent se cacher dans la végétation ou dans des terriers. Certaines espèces de lapins, telles que le lapin aquatique sont d'excellents nageurs et sont considérés comme semi-aquatique. En bref, les léporidés ayant une aptitude discursive résident dans des habitats ouverts, tandis que les espèces présentant des difficultés de déplacement se trouvent dans des habitats fermés.


ALIMENTATION

Les léporidés sont des herbivores avec une alimentation constituée d'herbes, de feuilles et des plantes composites. Ils se nourrissent de manière opportuniste et mangent aussi des fruits, des graines, des racines, des bourgeons et l’écorce des arbres. En général, le régime alimentaire des léporidés est pauvre en vitamines essentielles et en oligoéléments. Le fourrage des plantes est riche en fibres et contient également de la cellulose et de la lignine. Les mammifères ne possèdent pas les enzymes digestives nécessaires pour décomposer ces composés. Pour compenser cela, cependant, le caepum des lépidotes est jusqu'à dix fois plus long que leur estomac et contient une communauté microbienne diversifiée qui contribue à la dégradation de la cellulose et de la lignine. En outre, la flore intestinale qui passe du caecum dans l'intestin grêle constitue une source importante de protéines pour les léporidés, dont le régime est notoirement déficitaire en protéines.

Les membres de cette famille sont également coprophages et ré-ingèrent des granulés fécaux verts mous produits par le caecum. En plus de compenser leurs carences alimentaires, il a été suggéré que la coprophagie chez les léporidés se soit développée en tant que mécanisme de défense des prédateurs, leur permettant de survivre dans la sécurité de leurs terriers.


Leporidae 02
Quelques espèces de léporidés
Sources: Alchetron

REPRODUCTION

Les léporidés sont typiquement polygynandriques (stratégie de reproduction qui se produit lorsque deux ou plusieurs mâles ont une relation sexuelle exclusive avec deux ou plusieurs femelles) et ont des systèmes sociaux très développés. Les périodes de gestation sont variables, mais en général, les latitudes plus élevées correspondent à des périodes de gestation plus courtes. En outre, cette période ainsi que la taille de la portée correspondent également aux taux de prédation. Les espèces nidifiant sous terre ont tendance à avoir des taux de prédation plus faibles et des portées plus grandes.

Certains membres de la famille des Léporidés n'ont pas de saison de reproduction spécifique, tandis que d'autres se reproduisent au printemps et en été. Les lièvres naissent recouverts d'un fin duvet, avec les yeux ouverts et peuvent courir quelques heures après la naissance. Les lapins naissent sans poils et les yeux fermés, mais ont souvent un pelage plein et les yeux ouverts quelques jours après la naissance.

La maturité sexuelle et le sevrage peuvent survenir à un jeune âge pour les deux groupes mais varient selon les espèces. En règle générale, la maturité sexuelle peut survenir de 3 à 9 mois après la naissance chez le lapin et de 1 à 2 ans après la naissance pour le lièvre. Les femelles sont plus grandes que les mâles dans la plupart des espèces, ce qui est inhabituel chez les mammifères, et sont capables de se reproduire avant les mâles. L'âge du sevrage est également spécifique à l'espèce, mais les femelles allaitent généralement au moins 3 à 4 semaines après le début du processus de sevrage, environ 10 jours après la parturition.

Les Léporidés sont confrontés à un certain nombre de facteurs qui affectent la longévité, le plus notable étant une forte prédation. Dans leur environnement naturel, les populations de certaines espèces ont une durée de vie moyenne inférieure à un an. L'âge le plus vieux enregistré pour le lièvre d'Europe à l'état sauvage était de 12,5 ans, l'âge maximal étant estimé entre 12 et 13 ans.


COMPORTEMENT

On sait que certains léporidés creusent des terriers ou occupent ceux abandonnés par d'autres espèces. Seules les quatre espèces de lapins (lapin de garenne, lapin pygmée, lapin des Ryukyu et lapin sauvage d'Afrique centrale) sont connus pour creuser leurs propres terriers, alors que certains lièvres sont connus pour creuser des terriers pour échapper à des températures extrêmes.

La prédation est une menace constante dans la vie des léporidés et a probablement servi de force sélective importante dans leur évolution. Par exemple, la morphologie musculo-squelettique du lièvre permet de courir longtemps à grande vitesse, ce qui les aide à échapper aux prédateurs. Les lapins, qui ont les pattes plus courtes et la musculature plus compacte que les lièvres, sont des coureurs moins efficaces et échappent aux prédateurs en se heurtant à des trous et à des terriers. Ces stratégies d'évitement des prédateurs nettement différentes définissent les schémas migratoires différents. Les lièvres parcourent généralement de longues distances et ont des domaines vitaux plus vastes que les lapins, qui sont généralement limités au voisinage de leurs zones de refuge souterraines et ont des domaines et des territoires relativement plus petits.

Les léporidés sont généralement solitaires et ne se rassemblent généralement que pendant la saison des amours ou en tant que mécanisme de défense des prédateurs lors des épisodes d'alimentation printanière. Par exemple, si les lièvres arctiques sont solitaires pendant une grande partie de l’année, ils forment également de grands groupes au printemps afin de réduire le risque de prédation par habitant. Les lapins de garenne ont un système social unique complexe impliquant de grandes communautés souterraines et un système de tanière très développé.


Léporidés
Différence entre le lapin et le lièvre
Sources: The Agatelady

PRÉDATION

Les léporidés sont une proie importante pour un grand nombre de mammifères et d'oiseaux comme les hiboux, les faucons, les aigles, les canidés, les félins, un certain nombre de mustélidés, et quelques espèces d'écureuils terrestres. La prédation a probablement eu un impact majeur sur l'évolution des léporidés, car ils se sont clairement adaptés à une locomotion cursive rapide et efficace. Leurs membres postérieurs sont nettement plus longs que leurs membres antérieurs, ce qui leur donne la possibilité de courir en zig-zag, ce qui augmente leurs chances d'éviter les prédateurs. Alors que les lièvres préfèrent distancer leurs poursuivants, les lapins trouvent la sécurité en couverture dense ou dans un terrier à proximité.

Leurs grandes oreilles les aident à détecter les prédateurs qui s'approchent et la position latérale de leurs yeux leur confère un champ de vision complet à 360 degrés. Certaines espèces, comme le lièvre d'Amérique, ont de grandes pattes qui agissent comme des coussins antidérapants lorsqu'elles courent dans la neige épaisse pour échapper à leurs ennemis. Certains léporidés sont particulièrement aptes à se cacher des prédateurs. Par exemple, le lièvre d'Europe pratique l'esquive immobile. En détectant un prédateur en approche, ils réduisent leur fréquence cardiaque de moitié, ce qui leur permet de rester exceptionnellement immobiles.

De nombreuses espèces de léporides qui se sont adaptées au froid muent avant l'hiver et l'été, ce qui les aide à se camoufler à n'importe quelle saison. Le pelage d'hiver, qui est généralement blanc comme la neige, se compose de poils plus longs et plus denses qui augmentent les capacités isolantes du manteau. Le manteau d'hiver est ensuite mué au printemps, à mesure que le pelage d'été brun typique revient. Les jeunes lièvres naissent au-dessus du sol et sont capables de voir et d’éviter les prédateurs quelques heures après la naissance. Les lapins naissent souvent dans un nid souterrain bordé de fourrures. Après l’allaitement, les mères quittent ce nid qu’elles cachent soigneusement après chaque visite.



LISTE DES ESPÈCES

Selon la classification actuelle de l'ITIS, la famille des léporidés compte 66 espèces réparties en 11 genres distincts :

* Brachylagus

* Lapin pygmée - Brachylagus idahoensis

* Bunolagus

* Lapin riverain - Bunolagus monticularis

* Caprolagus

* Lapin de l'Assam - Caprolagus hispidus

* Nesolagus

* Lapin de Sumatra - Nesolagus netscheri

* Lapin tigré - Nesolagus timminsi

* Oryctolagus

* Lapin de garenne - Oryctolagus cuniculus

* Pentalagus

* Lapin des Ryukyu - Pentalagus furnessi

* Romerolagus

* Lapin de Diaz - Romerolagus diazi

* Sylvilagus

* Lapin aquatique - Sylvilagus aquaticus

* Lapin d'Audubon - Sylvilagus audubonii

* Lapin d'Omiltemi - Sylvilagus insonus

* Lapin de Bachman - Sylvilagus bachmani

* Lapin de Dice - Sylvilagus dicei

* Lapin de Gabb - Sylvilagus gabbi

* Lapin de l'Est - Sylvilagus floridanus

* Lapin de Manzano - Sylvilagus cognatus

* Lapin de Marsh - Sylvilagus palustris

* Lapin de Nuttall - Sylvilagus nuttallii

* Lapin des Andes - Sylvilagus andinus

* Lapin des Appalaches - Sylvilagus obscurus

* Lapin de San José - Sylvilagus mansuetus

* Lapin des montagnes Davis - Sylvilagus robustus

* Lapin de Nouvelle-Angleterre - Sylvilagus transitionalis

* Lapin de Tres Marías - Sylvilagus graysoni

* Lapin du Brésil - Sylvilagus brasiliensis

* Lapin du Mexique - Sylvilagus cunicularius

* Lapin du Suriname - Sylvilagus parentum

* Lapin du Venezuela - Sylvilagus varynaensis

* Lepus

* Lièvre à pointes blanches - Lepus callotis

* Lièvre antilope - Lepus alleni

* Lièvre arctique - Lepus arcticus

* Lièvre D’Abyssinie - Lepus habessinicus

* Lièvre d'Alaska - Lepus othus

* Lièvre d'Amérique - Lepus americanus

* Lièvre d'Éthiopie - Lepus fagani

* Lièvre d'Europe - Lepus europaeus

* Lièvre de Birmanie - Lepus peguensis

* Lièvre de Californie - Lepus californicus

* Lièvre de Castroviejo - Lepus castroviejoi

* Lièvre de Chine - Lepus sinensis

* Lièvre de Corée - Lepus coreanus

* Lièvre de Corse - Lepus corsicanus

* Lièvre de Hainan - Lepus hainanus

* Lièvre de Mandchourie - Lepus mandshuricus

* Lièvre des buissons - Lepus saxatilis

* Lièvre des savanes - Lepus victoriae

* Lièvre de Starck - Lepus starcki

* Lièvre de Tehuantepec - Lepus flavigularis

* Lièvre de Tolai - Lepus tolai

* Lièvre de Townsend - Lepus townsendii

* Lièvre de Yunnan - Lepus comus

* Lièvre du Cap - Lepus capensis

* Lièvre du désert - Lepus tibetanus

* Lièvre du Japon - Lepus brachyurus

* Lièvre ibérique - Lepus granatensis

* Lièvre indien - Lepus nigricollis

* Lièvre laineux - Lepus oiostolus

* Lièvre noir - Lepus insularis

* Lièvre variable - Lepus timidus

* Poelagus

* Lapin Sauvage d’Afrique Centrale - Poelagus marjorita

* Pronolagus

* Lapin roux de Hewitt - Pronolagus saundersiae

* Lapin roux de Jameson - Pronolagus randensis

* Lapin roux de Smith - Pronolagus rupestris


La liste ci-dessus ne compte que 63 espèces distinctes qui sont en accord avec la liste officielle de l'IUCN. Trois autres espèces sont également retenue par la liste de l'ITIS, mais qui ne sont considérées que comme des sous-espèces du lapin du Brésil par MSW et l'IUCN.

* Selon IUCN et MSW :

- Sylvilagus brasiliensis apollinaris

- Sylvilagus brasiliensis fulvescens

- Sylvilagus brasiliensis tapetillus

* Selon ITIS :

- Sylvilagus apollinaris

- Sylvilagus fulvescens

- Sylvilagus tapetillus


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreLagomorpha
FamilleLeporidae
Décrit parGotthelf Fischer von Waldheim
Date1817

SOURCES


Animal Diversity Web

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

IUCN

Dictionnaire des Sciences Animales - Cirad

The Agatelady: Adventures and Events

WikiVividly

Wikipédia anglais

Mammal Species of the World (MSW)

Conservation de la nature

The Dinosaur Fan

Alchetron, Free Social Encyclopedia for The World