Manimalworld

Lapin riverain (Bunolagus monticularis)


Le lapin riverain (Bunolagus monticularis), également appelé lapin des bochimans, est un mammifère herbivore appartenant à la famille des Leporidae. Ce lapin, originaire d'Afrique du Sud, tient son nom des populations San appelées aussi bochimans. Le lapin riverain est l'unique représentant du genre Bunolagus.


Lapin riverain (Bunolagus monticularis)
Lapin riverain (Bunolagus monticularis)
Source: Soko Directory



DESCRIPTION

Le lapin riverain est un petit lagomorphe mesurant entre 34 et 47 cm de long pour un poids allant de 1,5 à 2 kg. Son apparence générale est semblable à celle de la plupart des lapins, mais ses oreilles ainsi que son corps sont plus longs. Il a une formule dentaire de 2/1, 0/0, 3/2, 3/3, comme les autres lapins, avec un total de 28 dents.

Le pelage est doux et soyeux ainsi qu'une queue laineuse uniformément brune. Une rayure noire distinctive s'étend du coin de la bouche sur les joues et présente des cernes blancs autour des yeux. Le ventre et la gorge sont de couleur crème et les membres courts ont une fourrure particulièrement épaisse.

C'est le seul membre du genre Bunolagus en raison de traits uniques qui le séparent des autres lagomorphes du genre Lepus. Il existe encore une controverse et un débat entre les taxonomistes sur sa classification. De nombreux tests et analyses caryotypiques ont été effectués sur les lièvres du genre Lepus afin de comparer le lapin riverain à d’autres animaux classés comme lièvres véritables.


Bunolagus monticularis
Bunolagus monticularis
© Bionerds

HABITAT

Le lapin riverain est l'un des mammifères les plus menacés au monde, avec seulement environ 500 adultes vivants et 1 500 en tout. Il est endémique en Afrique du Sud. Son aire géographique est extrêmement limitée, car il ne vit que dans les régions centrales et méridionales du désert de Karoo, dans la province du Cap, en Afrique du Sud.

Comme son nom l'indique, le lapin riverain préfère occuper des bassins fluviaux parsemés d'arbustes très particuliers. Il vit dans la dense végétation riveraine le long des rives saisonnières du centre et du sud du Karoo. Il s’agit du seul lapin fouisseur autochtone en Afrique et dépend des sols alluviaux mous et profonds le long des cours de la rivière pour la construction de terriers stables.

Historiquement, on savait que cette espèce était présente dans cinq localités situées dans la partie nord-ouest de son aire de répartition, le long des rivières Vis et Renoster, ainsi que dans leurs affluents près de Calvinia. L'absence de données d'observation au cours des 30 dernières années suggère que le lapin riverain est maintenant éteint localement dans ces régions. Ceci est probablement une conséquence directe de l'expansion agricole extensive dans les plaines inondables riveraines.


Bunolagus monticularis 01
     Répartition actuelle du lapin riverain

ALIMENTATION

Le lapin riverain est un animal herbivore dont le régime alimentaire se compose de végétations riveraines trouvées le long des rivières saisonnières dans le désert du Karoo. Ce régime se compose de Pteronia erythrochaetha, de Kochia pubescens, de Salsola glabrescens et d’espèces d’Aizoacaela salsola. Les herbes sont incluses dans le régime alimentaire lorsque celles-ci sont disponibles pendant la saison des pluies. En plus de sa consommation alimentaire conventionnelle, il consomme également ses excréments, car leurs matières fécales contiennent des vitamines produites par les bactéries de l’intestin postérieur, ainsi que des minéraux tels que le calcium et le phosphore.


Lapin riverain 02
Le lapin riverain est un animal nocturne
© Jacques van der Merwe, - INaturalist

REPRODUCTION

Le lapin riverain est l’un des mammifères les plus rares au monde et on sait très peu de choses sur son comportement en matière de reproduction à part le fait qu’il possède un système d’accouplement polygame. À la différence de l'élevage rapide habituel de la plupart des espèces de lapins, le lapin riverain ne produit qu'un petit par an. Les mâles utilisent leurs grands domaines vitaux pour s'accoupler avec toutes les femelles de leur territoire. Entre août et mai, les femelles vont faire leur nid dans un terrier bordé d’herbe et de fourrure, et bloqué avec de la terre et des brindilles. Ils donnent naissance à un lapereau sans défense, aveugle et sans poils. Il ne pèse que 40-50 grammes à la naissance. Cette progéniture sous-développée restera longtemps avec sa mère avant de se disperser.


COMPORTEMENT

Le lapin riverain est solitaire et nocturne. Il passe la journée dans de petites fosses à l’ombre des buissons. Son territoire est relativement vaste, celui des mâles couvre en moyenne 21 hectares, les femelles environ 12 hectares. Les territoires des animaux du même sexe sont séparés, les territoires des mâles chevauchent ceux de plusieurs femelles.


Lapin des bochimans
Le lapin riverain est aussi appelé Lapin des bochimans
© Tony Camacho - Arkive

MENACES

La dégradation et la fragmentation en cours de l'habitat menacent gravement les deux populations en raison de pratiques néfastes d'utilisation des terres et de nouvelles utilisations émergentes des terres qui transforment les habitats, telles que le changement climatique et le développement énergétique. Au cours du siècle dernier, environ 40 à 60 % des plaines inondables alluviales et des habitats riverains fertiles ont été perdus à cause de la culture (par exemple, la production de blé d’hiver) et de l’élevage. Parmi les autres menaces pesant sur l'espèce, citons la chasse (pratiquée par des ouvriers agricoles à des fins sportives et de viande de brousse), ainsi que la mortalité accidentelle dans des pièges destinés aux animaux "nuisibles" des terres agricoles. Il est également possible que la domination de l'élevage ovin et de l'élevage d'animaux sauvages émergents d'espèces de valeur économique accroissent la fréquence du surpâturage (et donc la réduction de la couverture végétale vitale) et des taux de prédation (aigle noir et chacal à chabraque). De même, la dégradation de l'habitat due à la collecte de bois de feu et au surpâturage peut avoir entraîné une augmentation de la prédation.

Plusieurs menaces émergentes pourraient également menacer cette espèce. Une première évaluation du changement climatique indique qu'une réduction nette de 89 % de l'habitat est probable pour la population du Nord. Il est donc urgent d’étudier plus avant les effets potentiels du changement climatique prévu sur l’ensemble de la répartition.

La fracturation hydraulique de la région de Karoo est également une menace émergente majeure pour l'habitat du lapin riverain en raison d'activités auxiliaires associées au barrage hydraulique, qui pourraient entraîner une mortalité accrue, la fragmentation de l'habitat et l'hydrologie des systèmes fluviaux du Karoo. De même, les parcs éoliens sont également susceptibles d'avoir un impact significatif sur l'espèce.


Lapin riverain 01
Gros plan du lapin riverain
© Tony Camacho - Arkive

STATUT ET CONSERVATION

Le lapin riverain est actuellement l'un des mammifères les plus menacés au monde. On estime aujourd'hui qu'il n'y a que 250 lapins riverains matures dans la nature. Pour cette raison, la Liste rouge de l'IUCN répertorie l'espèce dans la catégorie En danger critique (CR).

Le groupe de travail sur les lapins riverains de l'Endangered Wildlife Trust (EWT-RRWG) a été créé en août 2003 dans le but de créer et de conserver un écosystème et des conditions socio-économiques dans le Karoo pouvant soutenir une population stable de lapins riverains. À l'heure actuelle, aucun habitat de lapin riverain n'est protégé et l'espèce ne vit que sur les terres agricoles privées du Karoo. Par conséquent, la mise en place du Riverine Rabbit Conservancies est un objectif important du groupe de travail EWT-RRWG. Les zones de conservation sont des zones établies par un accord volontaire avec des propriétaires fonciers privés possédant des lapins riverains et un habitat potentiellement propice sur leurs propriétés. Jusque-là, trois ont été établis dans le Karoo. La conservation et la gestion des populations de lapins riverains et de leur habitat sont définis dans la constitution de la conservation, et les propriétaires fonciers contrôlent ou interdisent de manière stricte toute chasse avec des chiens, ainsi que l'utilisation de pièges. Le groupe de travail EWT-RRWG faisant mieux connaître le statut de menace du lapin riverain et coordonnant les efforts de conservation, il est à espérer que le risque d'extinction de cette espèce rare pourra être réduit.

Cette espèce est principalement présente en dehors des zones officiellement protégées. Cependant, il a récemment été découvert (2013) dans la réserve naturelle d'Anysberg officiellement protégée et il existe une sous-population saine basée dans la réserve privée de Sanbona Wildlife Reserve (les deux sites de la province du Cap occidental). Une partie substantielle de l'habitat de l'espèce provient de la population nordique protégée de manière informelle dans les réserves de conservation de lapins riverains. Les interventions de conservation principales impliquent une expansion supplémentaire des aires protégées, notamment par le biais de programmes d'intendance, et la restauration active de l'habitat.


Riverine rabbit
En anglais, le lapin riverain est appelé Riverine rabbit
Source: Youtube

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communLapin riverain
Autre nomLapin des bochimans
English nameRiverine rabbit
Bushman rabbit
Español nombreConejo ribereño de Sudáfrica
Conejo de los bosquimanos
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreLagomorpha
FamilleLeporidae
GenreBunolagus
Nom binominalBunolagus monticularis
Décrit parMichael Rogers Oldfield Thomas
Date1903



Satut IUCN

En danger critique (CR)

SOURCES


Arkive

Animal Diversity Web

Biodiversity explorer

Soko Directory

John O'Brien - WordPress.com

YouTube

Liste rouge IUCN des espèces menacées

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

EDGE of Existence

Environmental Consulting Services - Bionerds

iNaturalist