Manimalworld

Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)


Le lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus), également appelé lapin commun, est un mammifère lagomorphe de la famille des Leporidae. Ce lapin est un des mammifères les plus observés dans la nature. Le lapin de garenne est l'espèce souche de tous les lapins domestiques, avec de nombreuses races et variétés obtenues par sélection, y compris les espèces naines.


Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)
Lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus)
Source: Masteruk - Wikimedia Commons



DESCRIPTION

Le lapin de garenne est un de nos mammifères sauvages les plus connus. Sa démarche sautillante, ses longues oreilles mobiles et sa courte queue ont séduit autant les enfants que les adultes, et les lapins domestiques sont des animaux de compagnie populaires. Il mesure entre 38 et 50 cm de long (longueur tête et corps) pour un poids allant de 1,5 à 2,5 kg. Les oreilles mesurent entre 6 et 9 cm de long. On note la présence d’une petite queue touffue n’excédant pas 6 à 7 cm de long. Les spécimens domestiqués peuvent être bien plus grands. On distingue les mâles grâce à leur tête, plus large et moins fine que celle des femelles, et à l'écart entre l'anus et les organes génitaux externes. Il possède 28 dents dont 16 sur la mâchoire supérieure et 12 sur la mâchoire inférieure. Il est important de savoir que les dents poussent continuellement et il doit ronger pour les user.

Le pelage est de couleur gris beige à gris brun sur le dos et les flancs, et gris blanc sur le ventre, avec une tache roussâtre sur la nuque. Ce pelage constitue un bon camouflage contre ses prédateurs. Les individus bruns sombres ou mélaniques sont fréquents dans certaines populations sauvages.

Le lapin de garenne est un lagomorphe comme le lièvre d'Europe, mais reste très différent de ce dernier. On peut d'ailleurs facilement distinguer le lapin de garenne du lièvre d'Europe grâce à certaines caractéristiques :

- il est plus petit, nettement plus rond, avec des pattes plus courtes;

- il est moins rapide à la course;

- les oreilles sont plus courtes que la tête (chez l'individu sauvage);

- la couleur de l'iris est brun sombre;

- l'ongle des orteils n'est pas fendu;

- les petits naissent aveugles et nus;

- il vit en société hiérarchisée;

- il creuse des terriers;


Oryctolagus cuniculus
Oryctolagus cuniculus
Auteur: ELC - Wikimedia Commons

HABITAT

La distribution originale après la dernière période glaciaire incluait la péninsule Ibérique (Espagne et Portugal), l'ouest de la France et le nord de l'Afrique, et l'introduction dans toute l'Europe occidentale aurait eu lieu dès l'époque romaine. Actuellement, l'aire de répartition du lapin de garenne couvre l'ensemble des pays d'Europe occidentale, l'Irlande, le Royaume-Uni (y compris les îles), l'Autriche, certaines régions de la Suède, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, la Roumanie, l’Ukraine, la Croatie, la Slovaquie et les îles méditerranéennes de Sicile, Corse, Sardaigne, Crète et les Baléares. Introduit en Australie, en 1788 et à nouveau en 1859, il est maintenant répandu. Introduit plusieurs fois en Amérique du Sud sans succès depuis le milieu du XIXe siècle, avec succès vers 1936, il conserve une aire de répartition limitée en Argentine et au Chili. Il est également présent dans de nombreuses îles du Pacifique, au large des côtes africaines, en Nouvelle-Zélande et dans les Caraïbes.

Le lapin de garenne préfère un habitat mixte composé de forêts de chênes méditerranéens ou de forêts de broussailles, ou environ 40 % des abris lui permettent de s'abriter des prédateurs et des zones dégagées qui abritent des graminées et des céréales. Il creuse des terriers dans des sols meubles, mais s’abrite dans les broussailles dans les zones rocheuses, bien que le risque de prédation soit plus élevé dans les habitations hors sol.


Oryctolagus cuniculus 01
     Répartition actuelle du lapin de garenne

ALIMENTATION

Le lapin de garenne est un animal herbivore. À l'état sauvage, son régime alimentaire varie selon son environnement. Il se nourrit de plantes herbacées, principalement des Poacées, au printemps et en été. En hiver, son régime est composé de tiges et écorces d'arbrisseaux. Il peut creuser légèrement la terre pour trouver des racines, des graines et des bulbes. Il est également capable de grimper dans des arbrisseaux et des buissons pour manger les jeunes pousses. Un adulte consomme de 200 à 500 g de plantes par jour.

Bien que le régime soit relativement faible en valeur nutritive et riche en matières indigestes, le lapin de garenne est une des plusieurs espèces de lapins connues qui mangent ses matières fécales (coprophagie).


Lapin de garenne 01
Le lapin de garenne est un animal herbivore
Source: Welcome Home Nature

REPRODUCTION

Le lapin de garenne se reproduit 4 à 8 fois par an. Après une période de gestation d'environ 30 jours, la lapine met au monde une portée composée de 3 à 6 lapereaux. Les petits naissent nus et aveugles. La femelle aménage un nid à l’intérieur du terrier composé d’herbes et de poils. La maturité sexuelle est atteinte à 3,5 mois chez les femelles et à 4 mois chez les mâles. Le taux de survie chaque année est en moyenne de 50 % pour les adultes et seulement de 20 % pour les lapereaux.


COMPORTEMENT

Le lapin de garenne a tendance à être actif le soir et la nuit, mais dans les zones où il n'est pas dérangé par les humains, il l'est davantage pendant la journée. Contrairement à son cousin le lièvre, le lapin de garenne a tendance à vivre en colonie ou seulement en couple. Au sein des communautés on remarque une forte hiérarchie avec la présence d’une femelle et d’un mâle dominant. À l'intérieur d'un groupe, deux hiérarchies distinctes fonctionnent, l'une parmi les mâles, l'autre parmi les femelles. Le statut d'un individu est défini lors de combats de jeu lorsqu'il est jeune. Des combats peuvent avoir lieu entre deux mâles pour une femelle réceptive. Le marquage des odeurs est effectué par les deux sexes, mais est plus fréquent chez les mâles que chez les femelles. Ce comportement renforce le classement social d'un individu.


Lapin de garenne 02
Jeunes lapereaux sortant du terrier
© Nick Biemans - Dreamstime.com

PRÉDATION

L'homme est le principal prédateur. Le renard roux, le vison, l'hermine, le putois d'Europe et les chats sauvages se nourrissent également de lapins adultes. Le blaireau d'Europe, la belette, la martre des pins, les buses et les chats domestiques se contentent généralement des juvéniles.

Les lapins sont des mammifères très alertes, dotés d'un sens aigu de l'odorat. Lorsqu'ils se nourrissent, ils se lèvent périodiquement sur leurs pattes arrière pour rechercher un danger. Ils avertissent les autres lapins du danger en frappant leurs pattes arrière sur le sol et en levant la queue blanche, signaux qui poussent les autres lapins à retourner à la sécurité de leur terrier.


MENACES

Les deux plus grandes menaces étant à l'origine du déclin des lapins de garenne sont deux maladies apparues au XXe siècle. La myxomatose est un virus sud-américain, principalement transmis par des insectes (moustiques et puces), introduit intentionnellement par un agriculteur au milieu des années 1950 en France pour contrôler la population de lapins. On estime que 90 % des lapins européens ont péri à cause de la myxomatose depuis les années 1950 (Virgos et al. 2005). Les individus infectés par le virus sont plus vulnérables aux prédateurs. Les juvéniles sont plus sensibles à cette maladie que les adultes.

La maladie hémorragique du lapin (RHDV) est un virus apparu en Europe à la fin des années 1980, causant initialement la mort de 55 à 75 % des lapins dans la péninsule Ibérique. Ce virus se transmet principalement par contact direct. La mort survient généralement dans les 24 heures suivant l'apparition des symptômes, avec une courte période d'incubation de moins de 48 heures. Les lapins adultes sont plus sensibles à la MDC que les juvéniles (contrairement à la myxomatose) et la MDH est plus fréquente à la fin de l'hiver et au printemps. Le réchauffement climatique peut augmenter l'incidence des maladies en créant un climat plus chaud et plus sec en Espagne et au Portugal.

La perte et la fragmentation de l'habitat sont des causes continues du déclin du lapin de garenne, qui nécessite de la végétation de broussailles pour se nourrir et se loger. L'agriculture intensive moderne a des effets plus négatifs sur les lapins que l'agriculture mixte à petite échelle, qui a peut-être initialement augmenté l'habitat propice dans son aire de répartition naturelle. L’élevage intensif contribue à la dégradation de l’habitat et à la concurrence des ressources. Les terres en jachère se transforment généralement en petites forêts closes plutôt qu'en broussaille, qui ne constituent pas un habitat convenable. Les plantations d'arbres installées en Espagne et au Portugal ont remplacé l'habitat des lapins et de leurs prédateurs et l'urbanisation constitue une menace, de même que le danger accru d'incendies dans l'habitat existant et les changements climatiques.

Les agriculteurs contrôlent directement les populations de lapins en empoisonnant, en piégeant et en détruisant les terriers. Ils causent indirectement le déclin par la conversion de l'habitat et l'utilisation excessive de pesticides et d'engrais. La chasse représente une menace pour les populations de lapins, aggravée par le déclin actuel de la maladie, éliminant probablement de nombreux lapins ayant acquis une résistance à ces maladies.


Lapin de garenne 03
Gros plan du lapin de garenne
Source: Wikimedia Commons

STATUT ET CONSERVATION

Si le lapin de garenne est localement considéré comme envahissant en raison de sa densité de population ou plutôt des dégâts qu'il peut faire sur l'agriculture et la sylviculture, il a pourtant aussi disparu d'une vaste partie de son ancienne aire de répartition. C'est pour cette raison que l'espèce est actuellement inscrite dans la catégorie Quasi menacé (NT) sur la Liste rouge de l'IUCN.

La conservation du lapin de garenne a été retardée de plusieurs décennies après que leur déclin est devenu apparent. Les efforts ont commencé à se concrétiser à la fin des années 1980 en raison de l'isolement politique antérieur de son aire de répartition d'origine et du manque d'informations sur l'espèce en tant que clé de voûte des écosystèmes ibériques. La question de l'éradication des lapins de garenne dans des zones introduites (par exemple, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et de nombreuses îles) peut avoir atténué l'apparition du déclin de l'espèce dans son aire de répartition d'origine. L'intérêt accru pour les prédateurs spécialisés qui dépendent des lapins.

Le lapin de garenne est présent dans certaines aires protégées de son aire de répartition naturelle, notamment le parc national de Donana en Espagne et la réserve naturelle de Serra da Malcata au Portugal (700 km²), où le lynx pardelle est protégé.


SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît deux sous-espèces de lapin de garenne.

- Oryctolagus cuniculus algirus

- Oryctolagus cuniculus cuniculus

Oryctolagus cuniculus cuniculus est la sous-espèce introduite dans toute l'Europe et dans le monde.


European rabbit
En anglais, le lapin de garenne est appelé European rabbit
Source: Pikist - Royalty free photos for designers

CLASSIFICATION

Fiche d'identité
Nom communLapin de garenne
Autre nomLapin commun
English nameEuropean rabbit
Español nombreConejo común
Conejo europeo
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreLagomorpha
FamilleLeporidae
GenreOryctolagus
Nom binominalOryctolagus cuniculus
Décrit parCarl von Linné (Linnaeus)
Date1758



Satut IUCN

Quasi menacé (NT)

SOURCES


Arkive

Animal Diversity Web

Wikipédia anglais

Wikimedia Commons

Nick Biemans - Dreamstime.com

Liste rouge IUCN des espèces menacées

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

Animal Cheloniophilie

Welcome Home Nature

Pikist - Royalty free photos for designers