Manimalworld

Lièvre d'Europe (Lepus europaeus)


Le lièvre d'Europe (Lepus europaeus), également appelé lièvre brun, est un mammifère appartenant à la famille des Leporidae. Ce lièvre, originaire d'Europe et de certaines régions d'Asie, fait partie des plus grandes espèces de lièvres actuelles et il est adapté aux régions tempérées et dégagées.


Lièvre d'Europe (Lepus europaeus)
Lièvre d'Europe (Lepus europaeus)
Source: Wikimedia Commons



DESCRIPTION

Le lièvre d'Europe est l'un des plus grands lagomorphes actuels. Il mesure entre 60 et 75 cm de long du bout du museau jusqu'à la croupe. La queue mesure entre 7,2 et 11 cm de long. Son poids est généralement compris entre 3 et 5 kg. Les oreilles allongées mesurent entre 9 et 11 cm. Il a également de longues pattes postérieures d'une longueur comprise entre 14 et 16 cm. Il n'y a pas de dimorphisme sexuel et l'identification des sexes est difficile même en ayant l'animal en main. Mais les comportements permettent de distinguer mâles et femelles en période de reproduction.

La couleur de la fourrure est gris brun foncé sur le dos, roux sur les épaules, les jambes, le cou et la gorge. La face ventrale est blanche et les extrémités de la queue et des oreilles sont noires. La fourrure sur le dos est généralement plus longue et plus bouclée que sur le reste du corps. Le pelage du lièvre d'Europe ne devient pas complètement blanc en hiver, contrairement à d'autres membres du genre, bien que les côtés de la tête et de la base des oreilles développent des zones blanches ainsi que la hanche et le croupion.

Le lièvre d'Europe, comme les autres membres de la famille des léporidés, est un mammifère terrestre parfaitement formé pour la course rapide. La musculature des membres postérieurs des lièvres est adaptée à la course d'endurance à grande vitesse en rase campagne. Les autres adaptations pour la course à grande vitesse chez le lièvre comprennent des narines plus larges et un coeur plus grand que chez les lapins. Comparativement au lapin de garenne, le lièvre d'Europe a un estomac et un caecum proportionnellement plus petits.


Lepus europaeus
Lepus europaeus
Auteur: Anneli Salo - Wikimedia Commons

Le lapin de garenne et le lièvre d'Europe partagent une partie de leur aire de répartition dans certaines régions. Il est parfois difficile de les distinguer l'un de l'autre. Le lièvre d'Europe s'en distingue par les caractères suivants :

- Il est plus grand et nettement plus longiligne, avec de longues pattes

- Les oreilles sont plus grandes, et leur pointe (comme la queue) est noire

- L'iris de l’oeil est plus clair et bien distinct de la pupille

- Sa robe est plus colorée, tirant sur le brun fauve à brun-roux mêlé de gris

- Sa distance de fuite est plus grande lorsqu'il est en activité, et il est plus difficile à observer de près

- Il ne creuse pas de terrier

- Il élève ses petits à découvert à même le sol qui naissent déjà pourvus d'une fourrure et deviennent rapidement autonomes

- Ses bonds sont plus importants, plus amples et fluides, et sa course est beaucoup plus rapide, c'est un véritable sprinter sur de longues distances, lui permettant souvent d'échapper à ses prédateurs sur de vastes terrains découverts où il n'a aucun refuge. Le lapin se contente de sautiller sur de courtes distances, et de bondir s'il est surpris pour un refuge généralement pas bien loin.


Lièvre d'Europe 07
Différence entre lièvre d'Europe et lapin de garenne
Source: Wikimedia Commons

HABITAT

Le lièvre d'Europe est originaire d'une grande partie de l'Europe continentale et d'une partie de l'Asie. Son aire de répartition s'étend du nord de l'Espagne au sud de la Scandinavie, en passant par l'Europe de l'Est et le nord de l'Asie occidentale et centrale. Il a étendu son aire jusqu'en Sibérie. Il était à l'origine absent des iles britanniques et de la péninsule scandinave mais il y a été introduit. Il fut également introduit en Amérique du Nord aux États-Unis dans l'État de New York en 1893 et au Canada dans la province de l'Ontario en 1912, mais aussi en Argentine, au Chili, en Nouvelle-Zélande, en Australie et dans certaines régions d'Afrique. En Europe occidentale il est absent de la majeure partie de la péninsule ibérique (où il est remplacé par le lièvre ibérique).

C'est un spécialiste des milieux ouverts et dégagés à végétation herbacée comme les prairies aussi bien sèches qu'humides et les champs cultivés. On le trouve dans les marais, les vastes pâturages pastoraux extensifs secs (causses), les landes à bruyères, les garrigues, les champs cultivés, les vergers et les vignes, les steppes et jusqu'aux zones semi-désertiques d'Asie centrale, mais aussi les clairières et les lisières des bois et parfois dans les forêts claires à végétation herbeuse au sol. Cependant, il préfère éviter les zones entièrement vouées à l'herbage intensif permanent, car la structure très basse et la couleur uniformément verte toute l'année de l'herbe des pâtures tondues par les bovins ou les moutons ne conviennent guère à sa stratégie mimétique (la couleur de son pelage), notamment en période de reproduction (les jeunes sont très vulnérables aux prédateurs), et il est donc moins présent dans les régions de bocage.


Lepus europaeus 01
Répartition actuelle du Lièvre d'Europe
     Répartition d'origine -      Zone d'introduction

ALIMENTATION

Le lièvre d'Europe est un animal herbivore dont le régime alimentaire se compose principalement des parties vertes de diverses plantes herbacées et en particulier des graminées. Avec l'intensification de l'agriculture, il a pris l'habitude de se nourrir de cultures lorsque ses aliments préférés ne sont pas disponibles. Au cours du printemps et en été, il se nourrit de soja, de trèfle et de coquelicot ainsi que de graminées et d'herbes. En automne et en hiver, il choisit principalement le blé d'hiver et est également attiré par les piles de betteraves à sucre et de carottes fournies par les chasseurs. Il mange aussi des rameaux, des bourgeons et l'écorce d'arbustes et de jeunes arbres fruitiers pendant l'hiver.

Les cultures sont généralement évitées lorsque d’autres aliments plus attrayants sont disponibles, les espèces semblant préférer les aliments riches en énergie aux fibres brutes. En mangeant des brindilles, le lièvre retire l'écorce pour accéder aux tissus vasculaires qui stockent les glucides solubles. Par rapport au lapin de garenne, la nourriture passe plus rapidement dans l'intestin chez le lièvre européen, bien que les taux de digestion soient similaires. Il mange parfois ses propres granules fécales vertes pour récupérer des protéines et des vitamines non digérées.


Lièvre d'Europe 02
Gros plan du lièvre d'Europe
Auteur: Taki Steve - Wikimedia Commons

REPRODUCTION

La reproduction a généralement lieu entre février et septembre. Deux portées peuvent se succéder voire se chevaucher (en 37-38 jours), phénomène dit superfoetation. Ceci permet à une femelle de produire 5 portées par an, en 6 mois seulement (des derniers jours de janvier à début octobre).

La période de gestation est comprise entre 30 et 42 jours après laquelle la femelle met au monde une portée composée de 1 à 8 levrauts. Ils naissent les yeux ouverts et recouverts d'une fine fourrure. Pour protéger ses petits, la mère les disperse dans une zone assez large pour éviter la prédation sur toute la portée. Elle fait ensuite le tour pour les allaiter. La période de sevrage est d'environ un mois et les jeunes atteignent la maturité sexuelle entre 3 mois et 4 mois.


Lièvre d'Europe 04
Lièvres d'Europe juvéniles
Auteur: Autumnalis - Wikimedia Commons

COMPORTEMENT

Le lièvre d'Europe est principalement nocturne et passe la majeure partie de la journée dans une dépression dans le sol où il est partiellement caché. La nuit, il s'aventure dehors pour se nourrir. Le lièvre européen peut courir à 70 km/h et, lorsqu'il est confronté à des prédateurs, il compte sur cet atout pour distancer ses ennemis.

Les lièvres sont très sociables, mais avec une hiérarchie plus marquée lors de l'alimentation et au moment de la reproduction. Ils ne semblent pas être territoriaux, vivant dans des domaines partagés d'environ 300 ha. Ils communiquent entre eux par divers signaux visuels. Pour montrer leur intérêt, ils lèvent les oreilles, tandis que baisser les oreilles avertit les autres de s’éloigner. Lorsque vous contestez un conspécifique, un lièvre cogne ses pattes avant. Les pattes postérieures sont utilisées pour avertir les autres d'un prédateur.

Le lièvre est plutôt lucifuge, c'est-à-dire qu'il vit surtout la nuit, où il part se nourrir, par groupes de 2 à 6 individus (parfois jusqu'à une quinzaine). Il pourrait donc peut-être souffrir de la dégradation générale de l'environnement nocturne et de la pollution lumineuse, mais ceci ne semble pas encore avoir fait l'objet d'études.


Lièvre d'Europe 05
Le combat entre deux lièvres mâles s'appelle le bouquinage
Auteur: Dellex - Wikimedia Commons

PRÉDATION

Comme la plupart des lagomorphes, le lièvre d'Europe est une proie de choix pour bon nombre de prédateurs. Ses principaux ennemis sont le renard roux, les loups, le coyote (dans son aire de répartition introduite en Amérique du Nord), les chats sauvages, les grands falconidés et les grands strigidés. Lorsqu'un intrus est repéré, le lièvre européen cogne brutalement le sol avec ses pattes arrière pour avertir ses congénères. Il compte énormément sur sa vitesse de pointe pour distancer ses agresseurs, mais les plus jeunes, qui sont moins rapides, sont généralement les premières victimes des prédateurs.


Lièvre d'Europe 01
Le lièvre d'Europe peut courrir jusqu'à 70 km/h
Auteur: Malene Thyssen - Wikimedia Commons

MENACES

Dans une étude effectuée par 12 pays européens, les conclusions démontrent que la principale cause du déclin du lièvre européen était l'intensification de l'agriculture. On en déduit que cette menace est pertinente pour l'espèce dans son aire géographique où l'agriculture est pratiquée. En Grèce, en Espagne, en France et au Danemark, le repeuplement de lièvres d'autres régions ou pays pour compléter les densités d'individus destinés à la chasse a été identifié comme une menace pour les pools génétiques régionaux. Cette question a également été identifiée comme une préoccupation pour la population cantabrique en Espagne. La maladie est une menace supplémentaire pour le lièvre d'Europe et plusieurs d'entre elles ont été identifiées comme les principales sources de mortalité. Ces maladies sont le syndrome du lièvre européen (EBHS), la pasteurellose, la yersinose (pseudo-tuberculose), la coccidiose et la tularémie.

La diversité génétique du lièvre européen dans la région de Rhénanie du Nord-Westphalie, en Allemagne, indique que les populations de lièvres conservent encore une diversité suffisante. Cependant, il est à noter que la limitation du flux génétique pourrait éventuellement conduire à une fixation allélique et à une dépression de consanguinité au sein de populations devenues isolées.


Lièvre d'Europe 06
Lièvre d'Europe femelle et ses petits
Auteur: H. Zell - Wikimedia Commons

STATUT ET CONSERVATION

Parce qu'il est encore très abondant, le lièvre d'Europe n'est pas considéré comme une espèce menacée. Pour cette raison, la Liste rouge de l'IUCN répertorie l'espèce dans la catégorie Préoccupation mineure (LC).

Le lièvre d'Europe est reconnu comme une espèce de gibier importante dans toute son aire de répartition et, par conséquent, des mesures de conservation sont nécessaires pour enrayer les populations en déclin. Le récent déclin de cette espèce lui a valu d'être protégée par la Convention de Berne sous la forme d'une inscription à l'Annexe III (Conseil de l'Europe 1979). En Norvège, en Allemagne, en Autriche et en Suisse, le déclin de la population a abouti à ce que la Liste rouge spécifique à un pays soit "presque menacée" ou "menacée".

Des recherches sont nécessaires pour déterminer la dynamique de la population spécifique au type d'habitat et les effets des changements d'habitat sur les paramètres du cycle vital en ce qui concerne les déclins. On comprend mal pourquoi les nombres de lièvres sont faibles dans les paysages pastoraux et, par conséquent, il convient de mener des recherches dans ce type d'habitat, en accordant une attention particulière à la démographie et à l'écologie comportementale. En raison de l'intensification de l'agriculture, qui entraîne une application accrue d'engrais, l'homogénéité du paysage et la mécanisation, le déclin de la population de lièvres d'Europe peut être contré en augmentant l'habitat pour renforcer l'hétérogénéité.

En Espagne, des études phylogénétiques moléculaires ont montré que la population cantabrique possède un ADN unique par rapport aux autres populations européennes. En tant qu'espèce de chasse importante, la diminution de son nombre a incité l'importation de lièvres non ibériques (de France et d'ailleurs) pour compléter les densités de lièvres. Dans le but de conserver le patrimoine génétique de cette population, un programme de reproduction en captivité a été mis en oeuvre. Depuis 2003, ce programme a réussi à produire plusieurs portées et, en 2004, il s'est concentré sur l'augmentation de la variabilité génétique en introduisant des individus provenant de nouvelles localités.


European hare
En anglais, le lièvre d'Europe est appelé European hare
Auteur: Frank Mickan - Wikimedia Commons

RELATION AVEC L'HOMME

En Europe, le lièvre est un symbole de sexe et de fertilité depuis au moins la Grèce antique. Les Grecs l'associaient aux dieux Dionysos, Aphrodite et Artémis, ainsi qu'aux satyres et aux cupidons. L’Église chrétienne a associé le lièvre à la luxure et à l’homosexualité, mais elle l’a également associée à la persécution de l’église à cause de la façon dont elle était communément chassée.

En Europe du Nord, les images de Pâques impliquent souvent des lièvres ou des lapins. Dans son étude du lièvres sur la coutume et la mythologie populaires au XIXe siècle, Charles J. Billsoncite les coutumes folkloriques concernant le lièvres aux environs de Pâques en Europe du Nord et soutient que le lièvres était probablement un animal sacré dans le festival printanier de la Grande-Bretagne préhistorique. L'observation du comportement d'accouplement du lièvre au printemps a conduit à l'idiome anglais populaire "fou comme un lièvre d'Amérique", avec des expressions similaires des écrits du XVIe siècle de John Skelton et de Sir Thomas More. Le lièvre fou réapparaît dans Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, dans lequel Alice participe à une folle fête du thé avec March Hare et Mad Hatter.

Toute connexion du lièvre à Ēostre est douteuse. John Andrew Boyle cite un dictionnaire d'étymologie de A. Ernout et A. Meillet, qui a écrit que les lumières d'ostre étaient portés par des lièvres, que ostre représentait la fécondité printanière, l'amour et le plaisir sexuel. Boyle répond qu'on ne sait presque rien sur Ēostre et que les auteurs semblent avoir accepté l'identification de Ēostre avec la déesse nordique Freyja, mais que le lièvre n'est pas associé à Freyja non plus. Boyle ajoute que "lorsque les auteurs parlent du lièvre comme du "compagnon d'Aphrodite, des satyres et des cupidons"et que "au Moyen Âge (le lièvre) apparaît à côté de la figure de (mythologique) Luxuria", ils sont bien plus sûrs.

Le lièvre est un personnage dans certaines fables, telles que La Tortue et le Lièvre d'Ésope. L'histoire a été annexée à un problème philosophique par Zeno d'Elea, qui a créé un ensemble de paradoxes pour soutenir l'attaque de Parménide sur l'idée de mouvement continu, chaque fois que le lièvre (ou le héros Achille) se déplace là où la tortue était, la tortue se déplace un peu plus loin. L'artiste allemand de la Renaissance, Albrecht Dürer, a représenté de manière réaliste un lièvre dans sa peinture à l'aquarelle de 1502 intitulé "Jeune lièvre".


Lièvre d'Europe 03
Le lièvre de Mars dans Alice au pays des merveilles
Source: The British Library

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît seize sous-espèces de lièvre d'Europe :

- Lepus europaeus caspicus

- Lepus europaeus connori

- Lepus europaeus creticus

- Lepus europaeus cyprius

- Lepus europaeus cyrensis

- Lepus europaeus europaeus

- Lepus europaeus hybridus

- Lepus europaeus judeae

- Lepus europaeus karpathorum

- Lepus europaeus medius

- Lepus europaeus occidentalis

- Lepus europaeus parnassius

- Lepus europaeus ponticus

- Lepus europaeus rhodius

- Lepus europaeus syriacus

- Lepus europaeus transsylvanicus

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communLièvre d'Europe
Autre nomLièvre brun
English nameEuropean hare
Brown hare
Español nombreLiebre común
Liebre europea
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreLagomorpha
FamilleLeporidae
GenreLepus
Nom binominalLepus europaeus
Décrit parPeter Simon Pallas
Date1778



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

SOURCES


Arkive

Animal Diversity Web

Conservation de la nature

INPN - Inventaire National du Patrimoine Naturel

The British Library

Liste rouge IUCN des espèces menacées

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

Wikipédia

Wikimedia Commons