Manimalworld

Hémione (Equus hemionus)


L'hémione (Equus hemionus), également appelé âne sauvage d'Asie, est un mammifère herbivore appartenant à la famille des Equidae du genre Equus.


Hémione (Equus hemionus)
Hémione (Equus hemionus)
Auteur : Michael Oppermann - Wikimedia Commons



DESCRIPTION

L'hémione est un grand ongulé mesurant entre 1,20 et 1,40 m au garrot, de 2 à 2,5 m de long pour un poids allant de 200 à 300 kg. La couleur générale de son pelage varie avec les saisons, apparaissant brun clair durant l'hiver et brun rougeâtre pendant l'été. Le ventre, les fesses et le museau sont blancs, et la plupart des hémiones, à l'exception de l'âne sauvage de Mongolie, ont une large bande dorsale noire bordée de blanc. Les jambes sont sans rayures. L'animal possède une raie noire le long de la colonne vertébrale comme l'âne sauvage d'Afrique.


Equus hemionus
Equus hemionus

HABITAT

Il y a environ 40 000 ans, à la fin du Pléistocène, l'aire de répartition de l'hémione s'étendait jusqu'à l'ouest de l'Allemagne. La répartition actuelle de cette espèce s'est considérablement réduite. L'âne sauvage de Mongolie (Equus hemionus hemionus) se trouve uniquement dans le sud de la Mongolie et dans certaines parties du nord de la Chine, mais il est de loin la sous-espèce la plus abondante. La sous-population du sud de la Mongolie représente à elle seule près de 80 % de la population totale de l'espèce. Toutes les autres populations comptent moins de 100 individus. L'âne sauvage indien (Equus hemionus khur), également connu sous le nom de khur, a été une fois observé dans toute la partie aride du nord-ouest de l'Inde (y compris une partie du Pakistan actuel), mais il est maintenant limité à une petite région du Gujarat, en Inde. L'onagre de Perse (Equus hemionus onager) survit en 2 petites sous-populations en Iran. Le kulan (Equus hemionus kulan) se trouve au Kazakhstan et au Turkménistan, où il a subi un déclin dramatique. Les kulans, les onagres et les ânes sauvages indiens ont tous des sous-populations très petites et très isolées, et sont donc menacés d'extinction par des événements imprévisibles, comme l'apparition de maladies ou d'événements climatiques extrêmes.

L'hémione vit dans les steppes plates, semi-désertiques ou désertiques et se trouve toujours à moins de 30 km d'une source d'eau.


Hémione 01
Carte de répartition de l'hémione

ALIMENTATION

Comme tous les équidés, les hémiones sont des mammifères herbivores. Ils mangent des herbes, des feuilles, des fruits et de la végétation saline lorsqu'elle est disponible, mais se nourrissent dans les arbustes et les arbres dans des habitats plus secs. Ils ont également été vus se nourrissant de gousses comme les Prosopis et brisant la végétation ligneuse avec leurs sabots pour obtenir des herbes plus succulentes poussant à la base des plantes ligneuses.

Pendant l'hiver, les hémiones mangent aussi de la neige en remplacement de l'eau. Lorsque les sources d'eau naturelles ne sont pas disponibles, elles creusent des trous dans les lits de rivières asséchés pour accéder à l'eau souterraine. Les trous d'eau creusés par les ânes sauvages sont souvent visités par le bétail domestique, ainsi que d'autres animaux sauvages. On trouve également de l'eau dans les plantes dans lesquelles les hémiones se nourrissent. Au printemps et en été en Mongolie, les plantes succulentes de la famille des zygophyllacées forment un élément important du régime alimentaire de l'âne sauvage de Mongolie.


Âne sauvage d'Asie
L'hémione est également appelée Âne sauvage d'Asie

REPRODUCTION

L'hémione atteint sa maturité sexuelle à 2 ans, mais ne s'accouple généralement pas avant l'âge de 3 ou 4 ans. La gestation dure environ 11 mois après laquelle la femelle donne naissance à un seul petit. Les naissances ont lieu d'avril à septembre avec un pic de juin à juillet. En Inde, la période de reproduction se déroule pendant la saison des pluies. Le nouveau-né peut se lever et commencer à téter dans les 15 à 20 minutes qui suivent sa naissance. Les femelles avec des jeunes ont tendance à former des groupes comptant jusqu'à 5 femelles. Dans la nature, l'espérance de vie de l'hémione est de 14 ans, mais en captivité elle peut vivre jusqu'à 26 ans.


Hémione 02
Hémione femelle et son petit
Auteur : Tiarescott - Wikimedia Commons

COMPORTEMENT

Comme la plupart des équidés, les hémiones sont des animaux sociaux. Les mâles sont solitaires ou vivent en groupes de deux ou trois individus. Les mâles ont été observés en possession de harems de femelles, mais dans d'autres études, les mâles dominants défendent des territoires pour attirer les femelles. Les femelles avec des petits se retrouvent parfois aussi en petits groupes, les zones allant jusqu'à 20 km² qui chevauchent celles des autres groupes et des mâles dominants. De telles caractéristiques sont observées chez les zèbres de Grévy et chez les ânes sauvages d'Afrique.

Les différences de comportement et de structure sociale sont probablement le résultat des changements climatiques, de la couverture végétale, de la prédation et de la chasse. En Mongolie, l'âne sauvage semble adopter des groupes sociaux de type harem dans les groupes sociaux basés dans le sud-ouest et le territoire dans le sud et le sud-est. Cependant, d'autres recherches sont nécessaires pour bien comprendre la dynamique qui sous-tend le comportement social de cette sous-espèce. Les populations d'hémiones du Sud au Moyen-Orient et en Asie du Sud tendent à avoir une vie purement territoriale, où les zones se chevauchent partiellement. Les mâles dominants ont des domaines vitaux de 9 km², mais peuvent aussi être significativement plus grands. Ces territoires comprennent des aires alimentaires et de repos ainsi que des sources d'eau permanentes ou périodiques.


Hémione 03
Hémione au zoo de Augsburg
Auteur : Rufus46 - Wikimedia Commons

PRÉDATION

L'hémione peut être la proie de prédateurs tels que les léopards asiatiques et les hyènes rayées. Quelques cas de décès d'hémiones dus à la prédation par les léopards ont été enregistrés en Iran, une panthère de Perse ayant attaqué et consommé un onagre persan. Bien que l'on dise que les léopards ne se nourrissent généralement pas d'équidés comme en Afrique, cela peut être dû au fait que les léopards d'Asie sont plus gros et plus forts.

Au Moyen-Orient, dans le sous-continent indien, les lions d'Asie et les tigres étaient les plus grands prédateurs des hémiones, tout comme les lions d'Afrique sont ceux des zèbres. Elles étaient aussi autrefois la proie des dholes, des guépards asiatiques et peut-être des ours dans leurs anciens territoires voisins, bien qu'ils puissent avoir surtout mangé des juvéniles. En Asie du Sud, les crocodiles peuvent être une grande menace pour les hémiones lors des traversées de rivières migratoires.

Actuellement, le plus grand prédateur de l'hémione est le loup gris. Les enquêtes ont révélé que 23 % des attaques sur les hémiones étaient attribuées aux loups. Cependant, comme la plupart des équidés, ils sont connus pour leur protection contre les prédateurs. Des groupes de mâles coopèrent et tentent de chasser les prédateurs. En cas de menace, les hémiones peuvent se défendre en donnant des coups de pied violents à leurs attaquants.


Hémione 04
Hémione mâle au désert du Negev en Israël

MENACES

La plus grande menace qui pèse sur les hémiones est le braconnage pour la viande ainsi que les peaux et, dans certaines régions, la médecine traditionnelle. L'isolement extrême de nombreuses sous-populations est en soi une menace, car des problèmes génétiques peuvent résulter de la consanguinité. Le surpâturage par le bétail réduit la disponibilité de la nourriture et les éleveurs réduisent également la disponibilité de l'eau dans les sources. La réduction des arbustes et des arbustes nutritifs exacerbe le problème. En outre, une série d'années de sécheresse pourrait avoir des effets dévastateurs sur cette espèce assiégée. La fragmentation de l'habitat est particulièrement préoccupante en Mongolie, en raison du réseau de plus en plus dense de routes, de voies ferrées et de clôtures nécessaires pour soutenir les activités minières.


Equus hemionus hemionus
Equus hemionus hemionus
Auteur : Petra Kaczensky - Wikimedia Commons

STATUT ET CONSERVATION

L'hémione est aujourd'hui considérée comme une espèce en danger. Elle est inscrite dans la catégorie En danger (EN) sur la Liste rouge de l'IUCN et certaines sous-espèces sont classées en Annexe I par la CITES.

L'hémione vit dans un certain nombre de sites protégés où des mesures de conservation ciblées ont été prises. Les animaux domestiques ont été retirés de certaines zones protégées et des points d'eau artificiels ont été creusés. Le foin est fourni pour l'espèce et il y a de lourdes amendes pour le braconnage. De plus, l'espèce est légalement protégée dans de nombreux pays où elle est présente. La priorité pour les futures mesures de conservation est la suivante :

- Assurer la protection de cette espèce dans les parties particulièrement vulnérables de son aire de répartition

- Encourager la participation des populations locales à la conservation de l'âne sauvage asiatique

- Mener d'autres recherches sur le comportement, l'écologie et la taxonomie de l'espèce

Heureusement, plusieurs programmes de recherche sur les hémiones qui étudient ces problèmes sont déjà en cours. Divers projets de réintroduction ont été menés ou sont en cours et il existe des populations réintroduites dans la nature, comme dans le désert du Néguev israélien ou en Ouzbékistan.


Equus hemionus kulan
Equus hemionus kulan

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît cinq sous-espèces d'hémione dont une est éteinte :

- Âne sauvage de Mongolie (Equus hemionus hemionus) : uniquement en Mongolie. Classée en Annexe I par la CITES.

- Kulan (Equus hemionus kulan) : Turkménistan et Kazakhstan. Classée en Annexe II par la CITES.

- Onagre de Perse (Equus hemionus onager) : Iran. Classée en Annexe II par la CITES.

- Onagre de l'Inde (Equus hemionus khur) : Nord-Ouest de l'Inde. 2 839 animaux au recensement de 1999, en augmentation. Classée en Annexe I par la CITES.

- Hémippe de Syrie (Equus hemionus hemippus)  : sous-espèce vivant en Syrie, éteinte en 1927.

Il est à noter que certains auteurs ont fait du kiang une sous-espèce d’hémione : Equus hemionus Kiang. Cependant, comme l'indique le rapport de l'IUCN de 2002, il est désormais largement accepté, d'après les analyses morphologiques ainsi que des chromosomes et de l'ADN mitochondrial, que le kiang (Equus kiang) soit une espèce spécifique.


Asiatic wild ass
En anglais l'hémione est appelée Asiatic wild ass

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* L'hémione est un excellent coureur. Certains individus ont été chronométrés à environ 50 km/h.

* Selon l'historien Thierry Murcia, la mule de Libye (parfois également appelée "âne de Libye"), autrefois très appréciée pour ses qualités, et que mentionnent diverses sources antiques, serait issue du croisement entre un onagre et une jument.


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communHémione
Autre nomÂne sauvage d'Asie
English nameOnager
Asiatic wild ass
Español nombreHemión
Asno salvaje asiático
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus
Nom binominalEquus hemionus
Décrit parPeter Simon Pallas
Date1775



Satut IUCN

En danger (EN)

SOURCES