Manimalworld

Kulan turkmène (Equus hemionus kulan)


Le kulan turkmène (Equus hemionus kulan), également appelé âne sauvage transcaspien ou onagre du Turkménistan, est un mammifère appartenant à la famille des Equidae. Cet âne sauvage originaire d'Asie centrale est une des cinq sous-espèces d'hémione. Il a été déclaré en voie de disparition en 2016.


Kulan turkmène (Equus hemionus kulan)
Kulan turkmène (Equus hemionus kulan)



DESCRIPTION

Le kulan turkmène est une des plus grandes sous-espèces d'hémione. Il mesure entre 2 et 2,50 m de long, de 1 à 1,40 m de hauteur au garrot pour un poids allant de 200 à 240 kg. Le mâle est généralement plus grand que la femelle.

Cet équidé se caractérise par un pelage blond pâle, une bande sombre courant le long de la colonne vertébrale et de petites taches blanches présentes sur les hanches, la croupe et le ventre. Il possède également une crinière noire et une touffe de poils au bout de la queue. Durant les hivers froids, sa robe devient plus épaisse et plus grise.


Equus hemionus kulan
Equus hemionus kulan

HABITAT

Le kulan turkmène était autrefois le plus répandu des onagres. Son aire de répartition s'étendait depuis l'Iran et l'Afghanistan jusqu'au sud de la Sibérie. Il a cependant disparu de la plupart de ces régions. Cette sous-espèces a été réintroduite au Kazakhstan où elle s'était éteinte dans les années 1930. Actuellement, il existe trois sous-populations que l'on retrouve dans le parc national Altyn Emel au sud-est du Kazakhstan, autour de Barsa-Kelmes et dans le sanctuaire d'Andassay. Au Turkménistan, les ânes sauvages n'ont survécu que dans la zone strictement protégée de Badkhyz, à la frontière de l'Iran et de l'Afghanistan. D'autres animaux ont été réintroduits dans plusieurs autres localités au Turkménistan. Actuellement, il y a quatre sous-populations au Turkménistan et une qui s'étend également en Ouzbékistan.

Le kulan turkmène vit dans les deltas d'Asie centrale, dans les déserts chauds ou froids ou les semi-déserts, les steppes, les prairies arides et les zones arbustives.


ÉCOLOGIE

Le kulan se nourrit d'herbes, d'arbustes et de diverses plantes. La plupart de ses substances liquides proviennent des aliments, même s'il fréquente régulièrement les sources d'eau, surtout quand il doit nourrir ses petits.

La chaleur torride du désert rend cet animal plus actif à l'aube et au crépuscule lorsque les températures sont plus clémentes. Les femelles vivent avec leurs petits dans de petits troupeaux. Le mâle dominant défend les zones adjacentes aux sources d'eau et tente de s'accoupler avec chaque femelle qui s'approche pour s'abreuver. La femelle, après une période de gestation d'environ un an, donne naissance à un seul petit qui reste avec la mère pendant les deux premières années de sa vie. Les kulans, comme la plupart des onagres, sont des mammifères terrestres rapides et peuvent courir à une vitesse de 70 km/h.


Kulan turkmène 01
Troupeau de kulans turkmène au Kazakhstan
Auteur : PA Okhotzooprom

POPULATION

Le kulan turkmène est une espèce rare. Il n'est répandu que dans certaines zones protégées du Turkménistan, mais il a été réintroduit avec succès au Kazakhstan, en Ouzbékistan et en Ukraine. La population de l'espèce était récemment en déclin dans le pays alors qu'elle augmente lentement dans les sites de réintroduction.

Auparavant, en 2005, la population était estimée à 1 295-1 345 individus au Turkménistan. Aucune autre donnée n'existait sur l'état des populations du Turkménistan, mais on espérait que de petits groupes d'animaux résidaient encore dans des zones inaccessibles autour de Badkhyz et prospéraient dans le West Kopetdagh (vallée de Sumbar-Chandyr) et le plateau d'Ustyurt autour du lac Sarakamish. Cependant, certaines populations fragmentées d'ânes sauvages turkmène sont actuellement en augmentation à plus de 2 000 individus dans la nature. On estime également que plus de 6 000 kulans vivent en Asie centrale. En 2017, il y a 3 900 kulans en itinérance totale au Kazakhstan, dont la plus grande population kazakhe (3 400) réside dans le parc national d'Altyn-Emel.


MENACES

Comme tous les onagres, le kulan turkmène est menacé par le braconnage, la chasse pour sa viande et son pelage, la perte d'habitat et les relations avec les prédateurs de l'apex comme la panthère de Perse, la hyène rayée et surtout le loups gris. Les prédateurs d'Asie centrale, aujourd'hui disparus, comme le tigre de la Caspienne et le guépard asiatique se nourrissaient également de kulans. Cependant, comme d'autres onagres, ils ont des protections anti-prédatrices. Un groupe de mâles peuvent coopérer et chasser les prédateurs.


Kulan turkmène 02
Kulan turkmène en captivité

STATUT ET CONSERVATION

Le kulan turkmène est un espèce en danger d'extinction. Il est actuellement classé dans la catégorie En danger (EN) sur la Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN et est inclus à l'Annexe II de la CITES.

La majeure partie des populations se trouve autour des zones protégées. Cependant, cet âne sauvage entreprend des migrations saisonnières ou des mouvements de longue distance en dehors des zones protégées, qui sont mal documentées et mal comprises.


PROJET DE RÉINTRODUCTION

Après leur extinction locale au Kazakhstan dans les années 1930, le kulan a été réintroduit dans quatre localités du Kazakhstan (où vivent environ 900 spécimens), et en Ouzbékistan par la suite (34 spécimens). Le premier site de réintroduction de kulans turkmènes au Kazakhstan était la réserve naturelle de Barsa-Kelmes. En 1991, 35 autres ont été réintroduits dans le sanctuaire d'Aktau-Buzachinsky, qui compte plus de 100 habitants dans la péninsule de Mangishlak. Entre 1986 et 1990, 105 kulans turkmènes ont été réintroduits dans le Sanctuaire Andasai, et ont depuis augmenté à 200. En 1984, 32 kulans ont été réintroduits dans la zone de jeu de Kapchagai, qui est ensuite devenue le parc national d'Altyn-Emel (plus de 50 000 000 hectares) du sud-est du Kazakhstan qui se compose de désert entre l'Ili et l'Ak-Tau. Le recensement précédent a révélé que plus de 700 individus vivaient à Altyn-Emel. La population de kulan du Turkménistan est en augmentation, puisque les petites populations de kulan du Turkménistan à Altyn-Emel ont augmenté à 2 000 à partir de 2012. La population a encore augmenté à 3 400 kulans à Altyn-Emel à partir de 2017.

Au Kazakhstan, l'ACBK (Association pour la Conservation de la Biodiversité du Kazakhstan) a récemment commencé à travailler sur un projet visant à établir une nouvelle population de kulans dans la steppe d'Asie centrale. Le 24 octobre 2017, neuf kulans ont été pris d'Altyn-Emel et relâchés dans la zone protégée d'Altyn Dala dans les steppes centrales du Kazakhstan. Le projet de réintroduction vise à déplacer 30 ou 40 kulans d'Altyn Emel vers les steppes centrales au cours des 3 ou 4 prochaines années.

Les kulans turkmènes, ainsi que le cheval de Przewalski, ont été réintroduits dans la réserve de biosphère d'Askania-Nova, dans le sud de l' Ukraine.


Kulan turkmène 03
Kulan turkmène au zoo de Tallinn en Estonie

EN CAPTIVITÉ

Les kulans turkmènes se reproduisent en captivité dans des zoos, des centres d'élevage et des parcs naturels faisant partie des programmes d'élevage en captivité américains (SSP, AZA) et eurasiens (EEP, EAZA). Il y a plus de 1 000 kulans turkmènes inscrits dans le livre généalogique international de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA).


VOIR AUSSI

* Âne sauvage de Mongolie

* Âne sauvage de Syrie

* Onagre de Perse

* Onagre d'Inde


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communKulan turmène
Autre nomOnagre du Turkménistan
English nameTurkmenian kulan
Español nombreKulan
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus
EspèceHémione
Nom binominalEquus hemionus kulan
Décrit parColin Groves
Vratislav Mazák
Date1967



Satut IUCN

En danger (EN)

SOURCES