Manimalworld

Âne sauvage de Syrie (Equus hemionus hemippus)


L'âne sauvage de Syrie (Equus hemionus hemippus), également appelé hémippe de Syrie ou onagre de Syrie, est un mammifère appartenant à la famille des Equidae. Cet âne sauvage originaire de la péninsule arabique est une des cinq sous-espèces d'hémione. L'âne sauvage de Syrie a aujourd'hui entièrement disparu.


Âne sauvage de Syrie (Equus hemionus hemippus)
Âne sauvage de Syrie (Equus hemionus hemippus)



DESCRIPTION

L'âne sauvage de Syrie mesurait seulement 1 m de hauteur au garrot et était la plus petite forme d'équidé existante. Les données d'une hauteur d'épaule de seulement 97 cm sont basées sur un squelette d'un spécimen femelle. La couleur générale de la robe du mâle était noisette ou gris clair avec une teinte rose. Avec l'âge, la fourrure devenait plus grise. La couleur était la plus brillante sur la tête et plus sombre sur les hanches. Il y avait une zone lumineuse à l'avant des hanches. La partie postérieure, le ventre et l'intérieur des jambes étaient gris-blanc sale. L'extérieur des jambes, le bas du cou et la surface des oreilles étaient gris pourpre terne. Les extrémités des oreilles étaient initialement brun foncé, et devenaient plus blanches lorsque l'animal vieillissait. La crinière plutôt longue était d'un brun grisâtre terne. La ligne d'anguille , qui s'étendait de la crinière à la touffe de queue, avait la même couleur et était délimitée par une zone plus claire. La zone au-dessus des narines était blanc grisâtre. Les narines étaient très grandes et la zone nasale enflée. Chez les femelles, la robe était noisette à brun fauve. La croupe et le bas étaient d'un blanc pur.


Equus hemionus hemippus
Equus hemionus hemippus

HABITAT

L'aire de répartition de l'âne sauvage de Syrie se situait en Palestine, en Jordanie, en Turquie, en Syrie, en Arabie Saoudite et en Irak. On le trouvait dans les déserts, les semi-déserts, les prairies arides et les steppes des montagnes.


ÉCOLOGIE

L'âne sauvage de Syrie était un animal herbivore dont le régime alimentaire se composait d'herbes, de feuilles, d'arbustes et de branches d'arbres. C'était une proie de choix pour de nombreux prédateurs comme le lion d'Asie, le léopard, la hyène rayée, le loup et le tigre de la Caspienne. Les guépards asiatiques s'attaquaient généralement aux juvéniles.


Âne sauvage de Syrie au zoo de Londres
Âne sauvage de Syrie au zoo de Londres (1872)

EXTINCTION

Son extinction est due à la guerre civile, la chasse, l'utilisation agricole des montagnes et leur utilisation comme animaux domestiques (surtout comme monture même si l'âne sauvage de Syrie reste un animal sauvage). Déjà dans l'antiquité et les écrits de l'Ancien Testament, le âne sauvage syrien est mentionné. Une vue de chasse est située sur un relief de palais du roi Aššur-bāni-apli de Ninive. Une autre mention est celle de Xénophon en 401 avant J.C.

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, l'âne sauvage syrien était encore commun. L'explorateur britannique John Eldred a vu ces ânes sauvages en 1584 entre la ville irakienne de Hīt et Alep. En 1625, le voyageur italien Pietro della Valle décrivait un âne sauvage capturé à Basra, dans le sud de l'Irak. Apparemment, l'espèce a disparu du nord de l'Arabie au cours du XIXe siècle et, en 1850, dans le désert syrien ainsi qu'en Palestine elle devenait de plus en plus rare. Selon Henry Baker Tristram, les ânes sauvages étaient encore communs en Mésopotamie vers 1884. Il a écrit que l'on pouvait encore observer de grands troupeaux blancs dans les montagnes arméniennes pendant l'été. Le dernier refuge de l'âne sauvage de Syrie était la terre de lave au sud-est du Jebel ad-Duruz, une région volcanique élevée dans le sud de la Syrie, dans le district d'As-Suwaida.

Plusieurs auteurs déclarent que le dernier âne sauvage de Syrie est mort en captivité en 1927 au jardin zoologique Schönbrunn. En revanche, le zoologiste Otto Antonius a écrit qu'en 1928, un spécimen mâle qui vivait dans le même zoo, qui avait été capturé en 1911 dans le désert au nord d'Alep. Dans la nature, cet équidé a disparu à peu près au même moment. Le dernier spécimen a été observé en 1927 en Jordanie, près de l'oasis d'Al Gharns, près d'El Azraq (lac Azraq). Pendant la Première Guerre mondiale, les ânes sauvages devinrent des victimes de chasse faciles pour les troupes turques, bédouines et Britanniques lourdement armées. Pendant ce temps, l'automobile et le train ont remplacé les chameaux et l'accès au désert a été grandement facilité.


RESTAURATION

Après l'extinction de l'âne sauvage syrien, l'onagre de Perse d'Iran a été choisi comme sous-espèce appropriée pour remplacer les hémiones éteints au Moyen-Orient. L'onagre persan a ensuite été introduit dans les zones protégées d'Arabie saoudite et de Jordanie. Il a également été réintroduit, avec le kulan turkmène, en Israël, où ils reproduisent tous deux des hybrides d'ânes sauvages dans les montagnes du Néguev et dans la réserve naturelle de Yotvata Hai-Bar.


VOIR AUSSI

* Âne sauvage de Mongolie

* Kulan turkmène

* Onagre de Perse

* Onagre d'Inde


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communÂne sauvage de Syrie
Autre nomOnagre de Syrie
Hémippe de Syrie
English nameSyrian wild ass
Español nombreAsno salvaje sirio
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus
EspèceHémione
Nom binominalEquus hemionus hemippus
Décrit parÉtienne Geoffroy Saint-Hilaire
Date1855



Satut IUCN

Espèce éteinte (EX)

SOURCES