Manimalworld

Antilope d'Amérique (Antilocapra americana)


L'antilope d'Amérique (Antilocapra americana), également appelée pronghorn ou antilocapre, est un mammifère artiodactyle appartenant à la famille des Antilocapridae. Cette antilope originaire d'Amérique du Nord est la seule espèce du genre Antilocapra et également la seule représentante actuelle de la famille des antilocapridés.


Antilope d'Amérique (Antilocapra americana)
Antilope d'Amérique (Antilocapra americana)
Auteur: Yathin S Krishnappa - Wikimedia Commons



DESCRIPTION

L'antilope d'Amérique est un petit ongulé mesurant environ 1,5 de long et 1,02 m de hauteur au garrot. La queue mesure jusqu'à 10 cm de long et les oreilles environ 14 cm. Les mâles sont légèrement plus grands que les femelles. Un mâle adulte pèse entre 41 et 64 kg et la femelle entre 34 et 48 kg. Son corps mince est prolongé par quatre pattes fines taillées pour la course. Celles-ci sont terminées par des sabots fendus garnis de coussinets qui permettent d'amortir les chocs lors des cavalcades dont les foulées peuvent atteindre 8 m. Les yeux placés sur le côté de la tête lui offrent une vision panoramique. Il peut ainsi détecter une menace à plusieurs kilomètres à la ronde.

L'espèce se distingue des cervidés par ses cornes pointues et fourchues, de couleur noire. Elles sont constituées d'un coeur permanent en os recouvert d’une gaine de kératine qui tombe chaque année. Contrairement à celles des antilopes, ses cornes ne sont pas creuses. La longueur de celles-ci varie de 33 à 38 cm pour le mâle, et de 7 à 13 cm pour la femelle.

L'antilope d'Amérique possède une robe généralement fauve, brun roux ou cuivrée sur le dessus. La partie ventrale, l'intérieur des membres, une zone située entre les épaules et les hanches, la face inférieure des mâchoires, l'écusson, une tache en forme de croissant sur la gorge et la croupe sont blancs. Il porte une crinière derrière le cou qu'il dresse en cas de danger. Le mâle arbore un masque noir et des taches noires sur le cou. La femelle ne possède pas ces marques noires.


Antilocapra americana
Antilocapra americana
Source: Wikimedia Commons

HABITAT

L'antilope d'Amérique est présente dans l'ouest de l'Amérique du Nord, depuis le sud des provinces canadiennes (sud de l'Alberta, sud de la Saskatchewan), en passant par l'ouest des États-Unis et jusqu'au nord du Mexique (Basse-Californie, Sonora, Hidalgo). Elle a également été introduite dans l'île de Lanai (Hawaii) en 1959, où l'on comptait environ 250 individus au milieu des années 1960. Cependant, il y en avait moins de 12 en 1983 et elles sont sur le point de disparaître.

Cette antilope occupe des milieux naturels très variés comme les plaines, les prairies, les milieux semi-désertiques ainsi que les montagnes jusqu'à 3 300 m d'altitudes. On la trouve plus rarement dans les bois clairs de conifères. Aux États-Unis, on la rencontre dans le Grand Bassin, les Montagnes Rocheuses, le plateau de la Columbia, le bassin du Wyoming et du Missouri, le plateau du Colorado, les Hautes et les Grandes Plaines.


Antilocapra americana 01
     Répartition actuelle de l'antilope d'Amérique

ALIMENTATION

L'antilope d'Amérique est un animal herbivore dont le régime alimentaire se compose d'une grande variété de végétaux comme les plantes basses (autres que les graminées), les arbustes, les herbes et les cactus ou encore les cultures. La présence de feuilles charnues est un critère important décidant du choix de la nourriture, de l'emplacement et de l'attrait des territoires, de la durée des migrations et de la reproduction. Les dents de l'animal sont conçues pour un broutement sélectif, et elles croissent continuellement pour compenser l'usure et fournir une surface unie pouvant broyer les végétaux les plus coriaces. Bien qu'elle puisse boire librement si de l'eau est disponible, une hydratation suffisante peut être obtenue si nécessaire par des plantes succulentes.


Pronghorn
L'antilope d'Amérique est aussi appelée Pronghorn
Auteur: Leopold James C. - USFWS National Digital Library

REPRODUCTION

L'antilope d'Amérique est une espèce polygame. Les mâles défendent leur territoire de mars jusqu'à la fin de l'ornière début octobre. Pendant cette période, ils rassemblent un harem de 2 à 15 femelles. Les femelles s'accouplent plus souvent avec les mâles ayant les meilleurs territoires, c'est-à-dire là où le fourrage est de meilleure qualité et le sol plus riche et elles peuvent retourner toute leur vie s'accoupler sur le même territoire. Le rut se déroule de fin août à début octobre dans les régions du Nord et ne dure que 2 à 3 semaines.

La période de gestation dure environ 252 jours et les naissances sont synchrones, toutes les femelles donnent naissance à quelques jours d'intervalle. Une porte compte entre 1 et 2 faons. En général, elles ont un seul petit au cours de leur première année de reproduction et des jumeaux les années suivantes. Les mères mettent bas entre avril et juin, et les nouveau-nés peuvent peser jusqu'à 3,9 kg sur les bons territoires. Dès l'âge de 2 jours, le faon court plus vite qu'un cheval, mais il manque d'endurance pour suivre une harde en pleine vitesse. Il se cache donc dans le feuillage pendant 21 à 26 jours. Les juvéniles ne sont en contact avec leur mère que 20 à 25 minutes par jour pour l'allaitement, pour éviter d'attirer l'attention des prédateurs. Ils sont partiellement sevrés à l'âge de 3 semaines et commencent à manger de la végétation. Ils conservent leur pelage gris jusqu'à l'âge de 3 mois. Les mâles comme les femelles atteignent la maturité sexuelle à 15 ou 16 mois.

Généralement, l'antilope d'Amérique vit jusqu'à l'âge de 9 ans dans la nature, bien qu'une femelle ait vécu jusqu'à l'âge de 16 ans. Les causes de décès les plus courantes sont les prédateurs, les hivers rigoureux avec neige épaisse, le manque d’eau et la circulation routière. En captivité, elle peut vivre facilement jusqu'à l'âge de 11 ans.


Antilope d'Amérique 01
Antilope d'Amérique mâle
Auteur: Tobias Klenze - Wikimedia Commons

COMPORTEMENT

En automne et en hiver, l'antilope d'Amérique forme souvent de grands groupes comprenant jusqu'à 1 000 individus de tout âges et des deux sexes. Cependant, au printemps et en été, ces grands troupeaux se séparent en groupes beaucoup plus petits, séparés par sexe. Dans les zones plus humides, où la nourriture est abondante, les mâles matures sont territoriaux et, à compter du début mars, se feront concurrence pour les territoires. Pour marquer son domaine, le mâle dépose l'urine, les selles et les sécrétions des glandes situées derrière les oreilles. Habituellement, les combats entre mâles territoriaux seront résolus par intimidation et éventuellement par des vocalisations et des poursuites, mais lorsque ces solutions échouent, ils auront alors recours à des combats frontaux. Pendant ce temps, les groupes de femelles, qui peuvent contenir jusqu'à 23 membres, se déplacent librement entre les territoires de différents mâles, tout en étant poursuivis par des troupeaux célibataires de jeunes mâles qui se déplacent à la périphérie des zones contrôlées par les mâles dominants.

Réputée pour sa vitesse, l'antilope d'Amérique est le mammifère terrestre le plus rapide des Amériques. Il peut atteindre des vitesses maximales de 86 km/h et maintenir une vitesse de croisière de 70 km/h sur plusieurs kilomètres à la fois.

Active de nuit comme de jour, l'antilope alterne la recherche d'aliments avec les moments de repos, pendant lesquels elle rumine. Pour se nourrir, elle effectue des déplacements quotidiens, entre 0,1 et 0,8 km en été et entre 3,2 et 9,7 km en hiver, lorsque la nourriture moins abondante l'oblige à des recherches prolongées. Les troupeaux se déplacent du site d'été au site d'hiver, plus ou moins éloignés l'un de l'autre selon les régions. Ces déplacements saisonniers peuvent atteindre 160 km, mais sont en général moins étendus. Ainsi, dans le Montana, des distances de 1 à 2 km seulement entre les deux sites ont été notées, les pronghorns se contentant de rechercher les lieux abrités des vents dominants, où la végétation encore haute n'est pas trop recouverte de neige.


Antilope d'Amérique 02
Antilope d'Amérique femelle
Auteur: Yathin S Krishnappa - Wikimedia Commons

PRÉDATION

L'antilope d'Amérique est une proie potentielle pour bon nombre de prédateurs tels que le coyote, le lynx roux, le loup gris, le puma et l'aigle royal. Pour se défendre, l'animal utilise ses cornes, mais son arme de prédilection est sa vitesse qui lui permet d'échapper à ses ennemis. Son excellente vue lui permet de repérer un intrus à environ 3 km de distance. Lorsqu'elle repère quelque chose, elle s'avance pour déterminer de quoi il s'agit. Si elle s'aperçoit que c'est une menace, elle s'enfuira immédiatement. Lorsqu'il est dérangé, ce mammifère dresse la fourrure blanche de sa croupe pour avertir ses congénères du danger.


Antilope d'Amérique 03
Antilope d'Amérique juvénile
© Larry Lamsa - Flickr

MENACES

La principale cause du déclin de l'antilope d'Amérique était probablement la chasse, combinée à une réduction drastique de l'habitat disponible, les clôtures traversant des itinéraires de mouvements saisonniers, l'élimination de la végétation indigène par les projets de réhabilitation des parcours et le pâturage intensif du bétail. Aujourd’hui, il n’y a pas de menace majeure sur la majeure partie de son aire de répartition, bien que des déclins localisés se produisent, en particulier pour le pronghorn de Sonora.

L'antilope d'Amérique doit rivaliser avec les boeufs domestiques introduits et les moutons sur la majeure partie de son aire. Dans certaines zones, elle est exclue des zones utilisées par les moutons, car ceux-ci éliminent une grande partie de leur végétation préférée. Dans d’autres régions, antilopes et moutons semblent bien pouvoir coexister. Cependant, l'espèce semble bien se porter dans les zones surexploitées par le bétail, car elle préfère l'herbe sèche et les broussailles. Les clôtures construites pour enfermer les bovins et les moutons peuvent empêcher le mouvement des antilopes à travers les parcours, entraînant la famine et la déshydratation.

Actuellement, on compte environ 500 000 individus au Canada et aux États-Unis. L'espèce est en revanche menacée au Mexique avec environ 1 200 animaux. Plus de 4 000 antilopes d'Amérique ont été réintroduites au Nouveau-Mexique entre 1936 et 1957.


Antilope d'Amérique 04
Antilope d'Amérique au parc national de Yellowstone
Source: Viralpics

STATUT ET CONSERVATION

Dans son ensemble, l'antilope d'Amérique n'est pas considérée comme une espèce en danger d'extinction. Elle est actuellement inscrite dans la catégorie Préoccupation mineure (LC) sur la Liste rouge de l'IUCN. Trois des cinq sous-espèces sont néanmoins en danger de disparaître et apparaissent en Annexe I de la CITES.

L'espèce est présente en grand nombre dans plusieurs zones protégées vastes et bien gérées, notamment le parc national de Yellowstone. Le pronghorn de Sonora est protégé par la loi américaine Endangered Species Act, qui impose la mise en oeuvre d'un plan de rétablissement des espèces inscrites, ainsi que des recherches scientifiques, une sensibilisation du public, ainsi que la protection et la restauration de l'habitat essentiel. Les pronghorns ont le statut d'animaux de gibier dans tous les États de l'ouest des États-Unis et un permis est requis pour pouvoir prendre au piège ou tirer des spécimens.

La protection de l'habitat et les restrictions de la chasse ont permis à l'effectif des pronghorns de retrouver une population estimée entre 500 000 et 1 000 000 (sauf celle du Sonora, qui ne compte plus que 200 individus). Quelques populations localisées ont récemment connu un déclin, en raison de la fièvre catarrhale du mouton, mais la tendance générale est positive depuis la mise en place de mesures de conservation.

Les corridors de migration de l'antilope d'Amérique sont menacés par la fragmentation de l'habitat et le blocage des itinéraires traditionnels. Dans une étude sur les migrations menée par l'Institut des sciences et de la conservation du lac Lava et la Wildlife Conservation Society, les goulets d'étranglement du couloir de migration s'étendent à une zone de 200 mètres seulement.


Antilope d'Amérique 05
Gros plan de l'antilope d'Amérique
© Jeffrey Jang - Flickr

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît cinq sous-espèces distinctes d'antilope d'Amérique, chacune ayant son niveau de menace :


Antilope d'Amérique commune (Antilocapra americana americana)

L'antilope d'Amérique commune, ou Pronghorn commun est la plus répandue. Décrite par le naturaliste américain George Ord en 1815, cette sous-espèce est l'holotype de l'espèce que l'on retrouve un peu partout dans l'Ouest américain.


Antilocapra americana americana
Antilocapra americana americana
© T. Beth Kinsey - The Firefly Forest

Pronghorn de Basse-Californie (Antilocapra americana peninsularis)

Le pronghorn de Basse-Californie est une sous-espèce en voie de disparition. Sa population est estimée à environ 200 individus. Ce fut la dernière sous-espèce de pronghorn à être décrit et les derniers spécimens vivent sur la péninsule de Baja. Sa réhabilitation est influencée par de nombreux facteurs. Comme pour la plupart des espèces d'antilopes d'Amérique, une nutrition adéquate est essentielle à la survie, car l'augmentation de la population humaine et la mise en valeur des terres ont considérablement réduit son habitat. Cela crée des barrières qui ne permettent pas la diversité génétique et réduisent la surface totale que ces animaux peuvent utiliser pour chercher de la nourriture et trouver de l'eau. Des efforts de conservation doivent être menés pour sauvegarder les derniers survivants. Ceux-ci peuvent inclure l’arrêt du développement dans les aires de répartition actuelles de l’embouchure de la Basse-Californie et la réduction du nombre de mâles dans la population, ce qui permettra une plus grande diversité génétique et ouvrira davantage d’habitats pour les femelles qui sont la clé du rétablissement de la population.


Antilocapra americana peninsularis
Antilocapra americana peninsularis
Auteur: Hagerty Ryan - USFWS National Digital Library

Pronghorn de l'Oregon (Antilocapra americana oregona)

Le pronghorn de l'Oregon est la seconde sous-espèce par rapport au nombre de spécimens. En effet, l'Oregon abrite environ 25 000 individus. Ceux-ci vivent dans le désert situé à l'Est de l'Oregon et sur le plateau du Columbia.


Antilocapra americana oregona
Antilocapra americana oregona
Source: Wikimedia Commons

Pronghorn du Mexique (Antilocapra americana mexicana)

Le pronghorn du Mexique est une sous-espèce en voie de disparition en raison de la destruction de son habitat, du surpâturage et du braconnage. Des efforts ont été déployés pour les réintroduire au Mexique. Après la réintroduction du pronghorn mexicain, l'étape suivante consiste à démarrer le processus de conservation. Historiquement, le braconnage était l'un des facteurs qui les avaient amenés à devenir une espèce en voie de disparition, mais la chasse pouvait être l'une des meilleures méthodes de conservation et des plus pratiques. Une fois que les troupeaux en bonne santé sont établis, les plans de gestion peuvent être mis en oeuvre par l'État dans lequel ils se trouvent. Cela permettra aux troupeaux de rester génétiquement viables et contribuera à redonner de l'argent à l'État.


Antilocapra americana mexicana
Antilocapra americana mexicana
© T. Beth Kinsey - The Firefly Forest

Pronghorn du Sonora (Antilocapra americana sonoriensis)

Le pronghorn du Sonora est une sous-espèce d'antilope d'Amérique en voie de disparition et endémique du désert de Sonora. On estime qu'il existe actuellement environ 200 animaux dans cette région, contre 21 environ en 2002. Ils vivent dans des espaces ouverts et cherchent principalement de la nourriture, ce qui signifie que les plantes herbacées et l'herbe sont des caractéristiques essentielles pour leur habitat. L'eau est une autre caractéristique clé de l'habitat de cette région, car elle est essentielle à la survie de l'animal. Les sources de mortalité proviennent des prédateurs, de la sécheresse et du manque de nourriture. Ces sources touchent généralement le plus souvent les faons, et la mortalité chez les adultes se produit également en cas de sécheresse.


Antilocapra americana sonoriensis
Antilocapra americana sonoriensis
Source: U.S. Fish and Wildlife Service – Medium

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communAntilope d'Amérique
Autre nomPronghorn
Antilocapre
English nameAmerican antelope
Pronghorn
Español nombreBerrendo
Antílope americano
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleAntilocapridae
GenreAntilocapra
Nom binominalAntilocapra americana
Décrit parGeorge Ord
Date1815



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

SOURCES


Arkive

Animal Diversity Web

Futura Sciences

Ultimate Ungulate

USFWS National Digital Library

Viralpics

The Firefly Forest

Liste Rouge IUCN des espèces menacées

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

Larousse.fr : encyclopédie et dictionnaires gratuits en ligne

Wikimedia Commons

Larry Lamsa - Flickr

Jeffrey Jang - Flickr

U.S. Fish and Wildlife Service – Medium