Manimalworld

Wildlife Conservation Society


La Wildlife Conservation Society (WCS), en français Société pour la Conservation de la Vie sauvage, est un organisme non gouvernementale (ONG) américain dont le but est la préservation de la nature dans le monde et particulièrement en Afrique. Cette organisation est basée à New York au parc zoologique du Bronx. Elle gère également trois autres zoos new-yorkais (celui de Central Park, celui du Queens et celui de Prospect Park), ainsi que l'aquarium de New York.


Wildlife Conservation Society
Wildlife Conservation Society logo


GÉNÉRALITÉS

La WCS a été fondée en 1895 sous le nom de New York Zoological Society avec pour mission de conserver et préserver la faune et les lieux sauvages à travers le monde. Son nom a été changé en Wildlife Conservation Society en 1993. Parmi les fondateurs de WCS, il y avait Andrew H. Green, Henry Fairfield Osborn professeur de l'Université Columbia et conservateur du Musée américain d'histoire naturelle et George Bird Grinnell fondateur de la Audubon Society et rédacteur en chef de Forest and Stream Magazine.

À la fin du XIXe siècle, William Temple Hornaday, alors directeur du parc zoologique de New York (maintenant le zoo du Bronx), a effectué un sondage par courrier direct sur les conditions de la vie sauvage aux États-Unis et a rendu public le déclin des oiseaux et des mammifères dans son rapport. En 1897, Hornaday a également embauché le chercheur Andrew J. Stone pour enquêter sur l'état de la faune dans le territoire de l'Alaska. Sur la base de ces études, Hornaday a mené une campagne pour que de nouvelles lois visant à protéger la faune sauvage soient adoptées dans l'ensemble du pays. En 1901, un petit troupeau de bisons d'Amérique a été ammené dans une prairie de 20 acres juste à côté de ce qui est maintenant la chaussée Pelham Parkway. À partir de 1905, Hornaday a mené une campagne nationale pour réintroduire le bison, dont les populations était quasiment éteintes, dans des refuges parrainés par le gouvernement. Hornaday, Theodore Roosevelt et d'autres ont formé l'American Bison Society en 1905. Le zoo du Bronx a envoyé 15 bisons dans la réserve de Wichita en 1907 et d'autres spécimens furent apportés dans les années suivantes. La sauvegarde de ce symbole unique américain est l'une des grandes réussites de l'histoire de la conservation de la faune. Au cours des années 1960 et 1970, le WCS a joué un rôle important dans les expositions zoologiques pionnières en cherchant à recréer des environnements naturels pour les animaux menacés. Sous le leadership du directeur du WCS William G. Conway, le zoo du Bronx a ouvert son Monde des Ténèbres pour les espèces nocturnes en 1969 et son Monde des Oiseaux pour l'avifaune en 1974.

Aujourd'hui, l'organisation protège plusieurs créatures emblématiques du monde telles que le gorille du Congo, le tigre du Bengale, le carcajou ainsi que les géants de l'océan dans les merveilleux paysages marins. La WCS gère actuellement environ 500 projets de conservation dans plus de 60 pays et sensibilise des millions de visiteurs dans les cinq zoos de la ville de New York. L'ONG est dirigée par le président et chef de la direction, Cristián Samper, ancien directeur du Musée national d'histoire naturelle du Smithsonian Institution.

Les méthodes d'action de la WCS sont aussi bien fondées sur la recherche scientifique que sur la réalisation de programmes de préservation. La plupart de ses programmes sur le terrain s’engagent sur un site à long terme. Bien que la plupart des actions de la WCS soient centrées sur l'Afrique, elle s'occupe également de la conservation en Asie,en Amérique latine, en Amérique du Nord et les zones maritimes. L'engagement de WCS est de protéger 25 % de la biodiversité mondiale, en abordant quatre des plus grands problèmes auxquels font face les espèces sauvages :

* Le changement climatique

* L'exploitation des ressources naturelles

* Le lien entre la santé de la faune et la santé humaine

* Le développement durable des moyens de subsistance humains


SOURCES

Wildlife Conservation Society

Wikipédia anglais