Manimalworld

Renne (Rangifer tarandus)


Le renne (Rangifer tarandus), également appelé caribou, est un mammifère herbivore originaire des régions arctiques et subarctiques d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord appartenant à la famille des Cervidae. Les plus grandes hardes de rennes sauvages se trouvent en Alaska et dans le nord du Québec et du Labrador.


Renne (Rangifer tarandus)
Renne (Rangifer tarandus)
© Manimalworld



DESCRIPTION

Le renne est un animal robuste pouvant peser jusqu'à 180 kg. Un mâle adulte mesure en moyenne 1,30 m au garrot tandis que les femelles ont un poids moyen d'environ 100 kg pour une taille au garrot de 1,10 m. Les oreilles sont relativement courtes et arrondies, et la queue est courte et poilue. À l'intérieur du long museau, il y a une grande surface sur laquelle l'air entrant peut être réchauffé, et l'humidité peut être extraite de l'air expiré pour conserver l'eau. Une autre des superbes adaptations du renne est ses grands sabots plats, qui agissent comme des raquettes en hiver, et qui assurent la stabilité sur les sols mous durant l'été. Pendant l'automne et l'hiver, les sabots durcissent et développent des arêtes vives qui sont utiles pour briser la neige et la glace lors de la recherche de nourriture. Les poils entre les orteils des sabots empêchent la neige de les obstruer.

Le pelage du renne est composé d'une sous-couche épaisse et laineuse et d'un manteau de poils rigides et tubulaires qui emprisonnent une couche d'air isolant. Bien que la couleur de la robe puisse varier d'un endroit presque noir à blanc pur, elle est généralement brune à grise sur les parties supérieures et pâle à blanche sur les parties inférieures, les pattes intérieures et la croupe. Le visage est généralement sombre, et le mâle développe une crinière de poils longs et plus clairs le long de la face inférieure de son cou. Pendant les mois d'hiver, le pelage du renne a tendance à être plus pâle. Contrairement à beaucoup d'autres espèces de cerfs, le pelage d'un jeune renne ne présente pas de taches blanches à sa naissance.

Le renne est la seule espèce de cerf dont le mâle et la femelle possèdent des bois, bien que ceux de la femelle soient beaucoup plus petits et plus simples. Ces bois ont une forme très variable entre les individus, mais généralement ils se courbent en arrière et en avant de la tête, avec une section en saillie vers l'avant qui peut ressembler à une pelle. Contrairement aux cornes qui poussent à partir de la base, les bois poussent à partir de la pointe, un peu comme la branche d'un arbre.


Rangifer tarandus
Rangifer tarandus

HABITAT

Le renne a une distribution circumpolaire qui couvre les parties nord d'Amérique du Nord et d'Eurasie. Bien qu'historiquement plus répandu, en Amérique du Nord, le renne se trouve maintenant en Alaska, au Canada et dans les parties les plus septentrionales des États-Unis. En Europe, il est présent en Norvège et en Finlande, et on le trouve également en Russie, au Groenland, en Islande et en Mongolie. La population de rennes la plus au nord se trouve dans les îles de Svalbard, dans le Haut Arctique. Plusieurs spécimens ont été également introduits dans l'archipel sub-antarctique des îles Kerguelen où ils vivent désormais à l'état sauvage.

Le renne habite la toundra arctique et subarctique, ainsi que la forêt boréale de conifères. Dans certaines parties de son aire de répartition, il habite également les zones montagneuses.


Renne 01
Carte de répartition du renne

ALIMENTATION

Le renne est un animal herbivore dont le régime alimentaire se compose d'un large éventail de plantes, cette espèce sélectionnant généralement la nourriture la plus nutritive et la plus digeste. Les nouvelles pousses vertes et les feuilles sont mangées au printemps et en été, tandis qu'en hiver, le renne utilise son odorat pour trouver des tapis de lichen et de plantes cachés sous la neige. Remarquablement, les rennes peuvent voir la lumière ultraviolette qui les aide également à trouver de la nourriture pendant l'hiver. En fonction des saisons, il doit effectuer de longues migrations dans la toundra pour survivre, n'hésitant pas à traverser fleuves et bras de mer.


Renne 03
Renne mâle photographié en Alaska
Auteur : Dean Biggins

REPRODUCTION

La période de rut se situe en octobre et occasionne des luttes entre mâles pour obtenir un harem de femelles. La gestation varie entre 227 et 229 jours. Lorsque le petit arrive à maturité, la mère peut retarder de quelques jours la mise bas afin d'attendre des conditions climatiques idéales, pas trop de chaleur ni de pluie, pour augmenter les chances de survie de sa progéniture. La femelle met au monde un seul petit qui sera capable de suivre sa mère après seulement une heure. Les jeunes sont sevrés après environ 6 mois et atteignent leur maturité sexuelle vers l'âge de 2 ans. L'âge maximal d'un renne sauvage est estimé à environ 15 ans, bien que l'on sache qu'un individu en captivité a vécu jusqu'à un peu plus de 20 ans.


Renne 04
Renne sauvage en Géorgie du Sud

COMPORTEMENT

Le renne est un animal très grégaire, il peut être observé en grands troupeaux contenant jusqu'à un demi-million d'animaux. Ces troupeaux sont habituellement constitués de groupes plus petits, non mixtes, qui se regroupent durant la migration annuelle du printemps et de l'automne. La plupart des populations de rennes entreprennent des migrations saisonnières, la distance annuelle parcourue par certains individus étant d'au moins 5 000 km, ce qui constitue la plus longue chez les mammifères terrestres. Les routes migratoires impliquent souvent le franchissement de rivières et de fjords, et, avec son manteau flottant rempli d'air, le renne est un excellent nageur.

Pendant la journée, le renne est presque constamment en mouvement. En marchant, il produit un cliquetis caractéristique provoqué par un tendon dans le pied qui glisse sur l'os. Lors d'une course, le renne peut atteindre des vitesses de 60 à 80 km/h. Le fait de limiter ses dépenses énergétiques lui permet de survivre l'hiver en grande partie sur les réserves qu'il a accumulées durant l'été. Il s'économise lors de ses déplacements grâce à ses sabots, qui sont très larges, pourvus d'une touffe de poils entre les doigts sur le dessous et qui s'enfoncent peu. Les femelles en gestation et les jeunes conservent leur bois durant l'hiver pour avoir plus de facilité pour accéder à la nourriture, car ils ont moins constitué de réserves que les mâles.


Renne 02
Renne juvénile au domaine des grottes de Han

PRÉDATEURS

Le principal prédateur du renne est le loup gris qui suit de près les troupeaux. Ses autres ennemis naturels sont l'ours noir américain, l'ours brun (Grizzly), l'ours polaire et le puma. Cependant, les rennes en bonne santé sont bien plus rapides à la course que la plupart de leurs prédateurs. Ce sont surtout les individus faibles, malades, jeunes ou âgés qui sont privilégiés. En outre, les bois des grands mâles font une arme redoutable pour affronter les loups ou un ours seul.


MENACES

Bien que le renne ne soit pas considéré comme globalement menacé, il est largement chassé pour sa viande, sa fourrure et ses bois et a disparu des zones de son ancienne aire de répartition, notamment l'Allemagne, la Pologne et les limites sud de son aire de répartition aux États-Unis. À l'origine, on estimait que 5 millions de rennes étaient présents en Russie, ce chiffre atteignant 300 000 individus en 1940. Les rennes sauvages ont également été menacés par les persécutions des éleveurs de rennes domestiques, ainsi que par la destruction et la modification de leur habitat, notamment par le blocage des voies migratoires.

Une autre menace pour les rennes d'Amérique du Nord est un parasite porté par le cerf de Virginie (Odocoileus virginianus), dont l'aire de répartition s'étend vers le nord en raison de la modification de l'habitat. Alors que le parasite n'a aucun effet sur le cerf de Virginie, il est mortel pour le renne. En Finlande, le risque d'hybridation avec des animaux semi-domestiqués est également important.

Le renne pourrait être affecté par les changements climatiques futurs, ce qui pourrait augmenter la fréquence des pluies et par la suite le glaçage des sources de nourriture de cette espèce, menant à la famine. Un temps plus chaud pourrait perturber les routes migratoires en affectant la débâcle de la mer de glace, et pourrait également augmenter le nombre de parasites fatals aux rennes.


Renne 05
Renne en captivité au zoo de Mulhouse
© Manimalworld

STATUT ET CONSERVATION

Le renne est classé dans la catégorie Vulnérable (VU) sur la Liste rouge de l'IUCN. Il est également inscrit en Annexe III de la Convention de Berne qui vise à réglementer l'exploitation de cette espèce.

La chasse au renne est maintenant strictement contrôlée en Norvège et en Russie, bien que le braconnage puisse encore se produire et qu'une clôture ait été érigée en Finlande pour empêcher l'hybridation du renne sauvage avec des animaux semi-domestiqués.

Contrairement à de nombreuses espèces migratrices, l'espèce n'est pas reconnue par la CMS, probablement parce que peu de migrations traversent les frontières internationales. Deux populations dépassent annuellement les frontières internationales entre le Canada et les États-Unis. En Finlande, les rennes forestiers figurent sur la liste des espèces quasi menacées de l'Annexe III (Espèces de faune protégée) de la Convention de Berne de 1979. En Norvège, les 23 populations de rennes ont été évaluées collectivement en tant que préoccupation mineure en 2015. Les États-Unis attribuent un statut menacé au caribou des montagnes de Selkirk, bien que le troupeau soit réduit à quelques individus.


Renne 06
Renne femelle et son petit

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît quatorze sous-espèces de renne :

- Rangifer tarandus buskensis

- Rangifer tarandus caboti

- Rangifer tarandus caribou

- Rangifer tarandus dawsoni

- Rangifer tarandus fennicus

- Rangifer tarandus groenlandicus

- Rangifer tarandus osborni

- Rangifer tarandus pearsoni

- Rangifer tarandus pearyi

- Rangifer tarandus phylarchus

- Rangifer tarandus platyrhynchus

- Rangifer tarandus sibiricus

- Rangifer tarandus tarandus

- Rangifer tarandus terraenovae

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* Durant la préhistoire, le renne constituait déjà une proie de choix pour l'homme de Neandertal puis pour l'Homme de Cro-Magnon. Ce dernier le représente parfois dans les peintures pariétales ainsi que sur les outils et les objets du Paléolithique supérieur. Les bois ont été très utilisés pour la confection de nombreux outils, du Magdalénien jusqu'au Néolithique récent.

* Aujourd'hui encore, les rennes sont chassés dans les régions où les gros animaux sauvages, les plantes à fibres et les matériaux de construction font défaut, notamment pour leur viande et pour leur fourrure.

* La domestication du renne a été introduite au Groenland, en Alaska et au Canada au cours du vingtième siècle seulement. Dans ces régions, les rennes avaient été uniquement chassés jusque-là. La Géorgie du Sud ou les îles Kerguelen abritent aujourd'hui également des populations acclimatées de rennes, retournées à la vie sauvage.

* Selon la tradition populaire, le traîneau du Père Noël est tiré par des rennes (dont Rudolphe, le renne au nez rouge).

* Le caribou apparaît sur une face de la pièce de monnaie canadienne de 25 cents.


Reindeer
En anglais, le renne est appelé Reindeer
Auteur : Arild Vågen

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communRenne
Autre nomCaribou
English nameReindeer
Español nombreReno
Caribú
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleCervidae
GenreRangifer
Nom binominalRangifer tarandus
Décrit parCarl von Linné (Linnaeus)
Date1758



Satut IUCN

Vulnérable (VU)

SOURCES