Manimalworld

Loup à crinière (Chrysocyon brachyurus)


Le loup à crinière (Chrysocyon brachyurus) est un mammifère appartenant à la famille des Canidae. Ce loup est l'unique représentant du genre Chrysocyon. Quoiqu'il ressemble à un grand renard, le loup à crinière est une espèce distincte parmi les autres espèces de canidés.


Loup à crinière (Chrysocyon brachyurus)
Loup à crinière (Chrysocyon brachyurus)
© Manimalworld



DESCRIPTION

Le loup à crinière est le plus grand des canidés vivant en Amérique du Sud. Il mesure de 1,20 à 1,30 m de long, de 75 à 90 cm de haut pour un poids allant de 20 à 25 kg. Il n'y a pas de variation géographique ni de dimorphisme sexuel chez cette espèce.

Le loup à crinière doit son nom à la longue et abondante toison noire que l'on peut voir sur son encolure et ses épaules. Il est beaucoup plus proche du renard que du loup. Il a la fourrure brune, de grandes oreilles. Les longues pattes fines du loup à crinière ne seraient rien d'autre qu'une adaptation à son milieu de vie essentiellement constitué par de hautes herbes. Avec un manteau rouge doré, au long museau et a ses grandes oreilles dressées, il est semblable en apparence au renard roux.

La dentition du loup à crinière reflète ses habitudes alimentaires. Comme cet animal ne tue pas et ne mange pas de grosses proies, ses carnassières supérieures (dents de cisaillement) sont réduites, ses incisives supérieures sont faibles, et ses canines sont longues et minces.


Chrysocyon brachyurus
Chrysocyon brachyurus
© Manimalworld

HABITAT

Le loup à crinière est une espèce que l'on ne trouve qu'en Amérique du Sud. On peut l'observer au sud du Brésil, au Paraguay, au nord de l'Argentine, à l'est du Pérou et en Bolivie.

Le loup à crinière préfère les habitats ouverts dans les hautes prairies, les faibles maquis de forêts et même les zones marécageuses. Au Brésil, cette espèce se trouve dans le cerrado, une vaste zone de forêts claires et des savanes qui est l'un des "hot-spots" les plus importants du monde de la biodiversité.


Chrysocyon brachyurus range map
Carte de répartition du loup à crinière

ALIMENTATION

Le loup à crinière est un chasseur opportuniste, dont les proies varient du petit vertébré jusqu'au paca. Habituellement, son régime alimentaire se compose de lapins, de petits rongeurs, d'oiseaux, de tatous et plus rarement de reptiles, d'insectes et de poissons. Il consomme également des fruits de saison. Pour chasser, ce canidé traque sa proie dans les hautes herbes puis pratique ce que l'on appelle le mulotage, une technique de chasse propre aux renards.


Loup à crinière 03
Le loup à crinière pratique une technique de chasse appelée le mulotage
© Mark Jones

REPRODUCTION

Le loup à crinière est une espèce monogame, bien que mâles et femelles aient tendance à vivre de manière indépendante, sauf pendant la saison de reproduction. Contrairement à d'autres loups qui vivent dans des systèmes de reproductions coopératives, le loup à crinière est essentiellement solitaire. On sait peu de choses sur la reproduction de cette espèce.

La période de gestation en captivité est similaire à celle des autres canidés et dure environ 65 jours. La femelle donne naissance à une portée de 1 à 5 chiots chaque année, avec une moyenne de 3 qui naissent entre les mois de juin et octobre. À l'origine, on pensait que la femelle s'occupait seule de sa progéniture, les allaitant pendant environ 15 semaines. Cependant, il a été observé chez les mâles vivant en captivité que ceux-ci peuvent également s'occuper des petits en aidant à les nourrir. Les jeunes atteignent la maturité sexuelle et se dispersent vers l'âge de 1 an, mais ne se reproduisent habituellement pas avant leur deuxième année.

À l'état sauvage, la longévité du loup à crinière est actuellement inconnue. En captivité, l'espérance de vie de l'espèce est de 12 à 15 ans avec un record de 16 ans.


Loup à crinière 04
Couple de loup à crinière en captivité

COMPORTEMENT

Le loup à crinière est avant tout un prédateur nocturne. Il chasse la nuit, au crépuscule et à l'aube, les journées étant généralement consacrées au repos. Il lui arrive également de s'activer durant la journée dans des zones à l'écart des humains.

L'unité sociale de base du loup à crinière est le couple. Ces animaux partagent une plage de résidence permanente d'environ 27 km², mais restent assez indépendants l'un de l'autre. Les frontières entre les territoires sont strictement respectées, chaque couple restant parfaitement sur leur propre territoire. Celui-ci est délimité par les excréments régulièrement déposés dans des endroits particuliers Les mâles solitaires restent aux bords de ces territoires et remplacent les mâles décédés.

Le loup à crinière émet trois types de vocalisations. Le premier est un simple roulement de gorge qui est souvent entendu après le crépuscule, un autre un sifflement aigu, et le dernier un grondement que l'on entend lors de comportements agressifs.


Loup à crinière 01
Loup à crinière au zoo de Mulhouse
© Manimalworld

MENACES

La menace la plus importante pour la survie des populations de loups à crinière reste est la perte d'habitat. La conversion des terres à l'agriculture a considérablement réduit l'habitat disponible pour le loup à crinière, le cerrado du Brésil étant réduit à environ 20 % de sa superficie d'origine. En outre les loups à crinière sont souvent tués sur les routes, souvent sur celles longeant les aires protégées. En effet, la circulation routière est à elle seule responsable de la mort d'environ la moitié des jeunes loups dans les réserves. Les chiens domestiques constituent également une menace par le transfert de maladies, en compétition pour la nourriture, et il leur arrive même de tuer les loups.

Certaines populations locales attribuent des qualités mystiques de plusieurs parties de l'anatomie du loup (les yeux, la peau, la queue) et continuent de chasser cette espèce menacée pour pouvoir utiliser ces pièces comme "talisman" ou pour des remèdes médicinaux. Parfois, ce loup est chassé pour le sport, et, en raison de la menace qu'il pourrait exercer envers la volaille domestique, les agriculteurs le chassent également comme un parasite. Comme son habitat est empiété par les exploitations agricoles toujours en expansion, le loup est forcé de vivre près des habitations humaines, ce qui envenime le conflit déjà existant.


Loup à crinière 05
Loup à crinière victime de la circulation routière

STATUT ET CONSERVATION

Le loup à crinière est une espèce répertoriée en Annexe II de la CITES et classée dans la catégorie quasi-menacée (NT) dans la Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN. L'Argentine et le Brésil conservent les plus grandes populations de l'espèce. Les zones croissantes de prairies dans certaines régions du Brésil ont contribué à la hausse de cette espèce.

Le loup à crinière évolue dans un certain nombre d'aires protégées à travers sa répartition. Bien que protégé par la loi dans certains pays, comme au Brésil, au Paraguay et en Bolivie, l'application des lois est souvent problématique. Actuellement, il n'y a pas de mesures de conservation spécifiques connues pour le loup à crinière, mais il y a des tentatives plus larges pour protéger les parties de son habitat et de réduire l'impact des accidents de la route au Brésil.

De récentes observations indiquent que le loup à crinière est capable de coloniser des habitats différents et que la répartition de ce canidé a augmenté plutôt que de diminuer. Cela a cependant entraîné ces loups dans les zones de plus grande proximité et de conflits avec les humains, et les programmes de formation ont donc été lancés pour dissuader les agriculteurs de tirer cette espèce rare. En 2003, 146 établissements ont signalé un total de 431 loups à crinière en captivité, dont 208 mâles et 222 femelles. Toutefois, pour des raisons inconnues, les canidés se reproduisent mal en captivité. Des recherches ont donc été menées sur le comportement affectant les hormones, la nutrition et le stress en captivité, ainsi que l'utilisation des techniques de reproduction modernes pour faciliter le processus. Les études futures devront se concentrer sur les enquêtes de population dans toute l'aire de l'espèce, ainsi que la recherche sur la façon dont l'empiétement humain et la perte de l'habitat ont une incidence sur ce loup.


Loup à crinière 07
Loup à crinière au zoo Oliwa en Pologne

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* Bien que le loup à crinière affiche de nombreuses caractéristiques du renard, il n'est pas vraiment proche de ce dernier. Certains croient qu'il est étroitement lié au genre Dusicyon, mais des études électrophorèses démontrent qu'il n'est lié à aucun autre canidé. Cela implique que le loup à crinière est peut-être le seul survivant de la fin du pléistocène après l'extinction des grands canidés d'Amérique du Sud.

* Le loup à crinière est d'une lignée qui remonte à environ 6 millions d'années. Il est le seul grand canidé sauvage qui survit en Amérique du Sud depuis les temps anciens, et n'a pas de proches parents vivants sur ce continent.

* Des fossiles du loup à crinière datant de l'holocène et de la fin du pléistocène ont été découverts dans les Highlands brésiliens.


Maned wolf
En anglais, le loup à crinière est appelé Maned wolf
© Manimalworld

PLUS D'INFOS

Pour en savoir plus sur le loup à crinière et sa conservation :

- BBC Nature - Maned wolf


loupCLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communLoup à crinière
English nameManed wolf
Español nombreAguará guazú
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreCaniformia
FamilleCanidae
GenreChrysocyon
Nom binominalChrysocyon brachyurus
Décrit parJohann Karl Wilhelm Illiger
Date1815



Satut IUCN

Quasi-menacée (NT)

Loup à crinière 06
Le loup à crinière

SOURCES