Manimalworld

Loutre à joues blanches du Cap (Aonyx capensis)


La loutre à joues blanches du Cap (Aonyx capensis) est une espèce de loutres vivant sur le continent africain. Ce mustélidé forme le genre Aonyx avec deux autres espèces, la loutre cendrée et la loutre du Congo.


Loutre à joues blanches du Cap (Aonyx capensis)
Loutre à joues blanches du Cap (Aonyx capensis)
© Matthijs Ravensberg



DESCRIPTION

La loutre à joues blanches du Cap mesure entre 70 et 100 cm de long pour un poids de 12 à 21 kg. La taille de la queue varie entre 40 et 70 cm. Les mâles sont légèrement plus lourds et plus longs que les femelles.

Le pelage est formé d'une épaisse couche de poils de couleur brun foncé sur les parties supérieures du corps et d'un ton plus léger sur la face ventrale. La gorge, le cou, les oreilles et le visage sont blanc crème. Les oreilles, petites et rondes, font 3 cm en moyenne.

La mâchoire de la loutre à joues blanches africaine est dotée de grandes molaires spécialisées pour écraser les crustacés et les poissons, les crânes et mais n'a pas de dents tranchantes. Bien que ses pattes postérieures soient partiellement palmées, elles le sont moins que toutes les autres espèces de loutres. Les pattes antérieures sont très agiles avec des pouces opposables. Les paumes et les doigts et les aide à saisir des proies glissantes.


Aonyx capensis
Aonyx capensis

HABITAT

La loutre à joues blanches est l'espèce de loutre la plus répandue en Afrique. Son aire de répartition s'étend au Sénégal, la plupart des pays d'Afrique occidentale jusqu'en Éthiopie et au sud de l'Afrique du Sud. Elle se produit dans les grandes zones d'habitat propice au sud du Sahara, à l'exception du bassin du Congo.

La loutre à joues blanches du Cap occupe un large éventail d'habitat d'eau douce, y compris les lacs, les ruisseaux, les rivières et les estuaires. On peut également l'observer dans les habitats marins, comme le long de rivages rocheux s'il y a un accès à l'eau douce, ce qui est essentiel pour boire et se laver. Bien que cette loutre vive le plus souvent dans l'eau, elle est également capable de parcourir de longues distances par voie terrestre.


Aonyx capensis range map
Carte de répartition de la loutre à joues blanches

ALIMENTATION

La loutre à joues blanches du Cap se nourrit principalement de crabes qu'elle chasse dans les mangroves et de poissons de petite taille. On relève deux techniques différentes de chasse pour attraper du poisson. La première, pratiquée dans de petits bras de mer, consiste à pêcher les proies se trouvant là de façon quasi permanente. La seconde technique, plus rare, consiste à se trouver au bon endroit au bon moment et à se gaver. En effet, il a été constaté que lors de certaines marées montantes et en certains lieux, d’immenses bancs de poissons sont entraînés jusque dans de grands bras de mer. La densité de poisson est alors telle que la surface de l’eau n’est plus que bouillonnement sur un peu plus d'un kilomètre. Tous les prédateurs marins sont alors présents (dauphins, tarpon et loutre).


Loutre à joues blanches 01
La loutre à joues blanches du Cap est un animal carnivore

REPRODUCTION

On connaît peu de choses sur la reproduction des loutres à joues blanches du Cap. L'accouplement a lieu pendant la saison sèche, qui varie selon le lieu, et la parturition coïncide avec le début de la saison des pluies. La gestation dure environ 63 jours. Une portée compte entre 1 et 3 petits, mais il a déjà été observé des portées de 5 petits pour les animaux en captivité. À la naissance, les jeunes pèsent environ 200 g et peuvent atteindre plus de 1 400 g au bout de 14 jours. Les petits sont nidicoles, ouvrent les yeux après 16 à 30 jours et le sevrage se produit au bout de 45 à 60 jours après la naissance. Ils deviennent indépendants et sexuellement matures à l'âge de 1 an.


Loutre à joues blanches 02
Loutre à joues blanches du Cap au parc national Kruger

COMPORTEMENT

La loutre à joues blanches du Cap est un animal solitaire. Des groupes composés de quatre à six individus, avec deux ou trois adultes et deux à trois petits, sont parfois repérés. Ces loutres sont les plus actives à l'aube et au crépuscule. Elles passent leur journée à dormir dans des terriers ou des tanières. Dans son habitat aquatique, la loutre à joues blanches du Cap recherche sa nourriture avec ses mains habiles, dans les roches, la boue et la végétation pour y trouver des crustacés, des mollusques, des grenouilles, des poissons et des tortues aquatique.

Une fois sa proie capturée, la loutre peut flotter dans l'eau tout en la mangeant. Souvent, cette activité est menée en solitaire, mais parfois en groupe jusqu'à 8 individus. La loutre à joues blanches utilise un certain nombre de sites hors de l'eau pour se reposer et dormir. Souvent, ceux-ci peuvent être situés dans une épaisse végétation ou au milieu des rochers, mais elle peut aussi creuser des tanières jusqu'à trois mètres de profondeur.


Loutre à joues blanches 03
Gros plan de la loutre à joues blanches du Cap
© Seapics

PRÉDATEURS

La loutre à joues blanches du Cap est parfois la proie du crocodile du Nil ou encore de l'aigle pêcheur. Néanmoins, le prédateur le plus dangereux pour la loutre est l'homme. Son pelage bicolore lui permet de se camoufler dans l'eau et sur terre. C'est un excellent nageur pouvant échapper aux prédateurs potentiels, alors que sur la terre, elle est particulièrement vulnérable à la prédation.


Loutre à joues blanches 04
Portrait de la loutre à joues blanches du Cap
© Seapics

MENACES

Dans certaines régions de son aire de répartition, la loutre à joues blanches du Cap est tuée pour sa fourrure, ou pour d'autres parties du corps qui sont utilisées dans les médecines traditionnelles. Elle peut également être persécutée à cause de la concurrence qu'elle engendre avec les hommes sur les poissons, soit parce qu'on la rend responsable de la mort des canards domestiques, des poules, soit de raids dans les piscicultures. De temps en temps, il arrive que la loutre à joues blanches se prenne dans les filets de pêche et se noie.

La loutre à joues blanches du Cap peut également être touchée dans certaines régions par la dégradation ou la perte de son habitat. La déforestation, le développement, le surpâturage, l'assèchement des zones humides, et de l'extraction de l'eau ont un impact négatif sur la qualité de son habitat aquatique et la végétation environnante.


Loutre à joues blanches 05
La loutre à joues blanches est chassée pour sa fourrure

CONSERVATION

La loutre à joues blanches du Cap est une espèce inscrite sur la Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN dans la catégorie préoccupation mineure (LC) et à l'Annexe II de la CITES. Les populations du Cameroun et du Nigeria sont inscrites en Annexe I.

Les populations sont très répandues et stables, cependant, la modification des habitats d'origine humaine est une menace potentielle pour certaines populations locales. La loutre à joues blanches se produit également dans un certain nombre de zones protégées


Cape Clawless Otter
En anglais, la loutre à joues blanches du Cap est appelée
Cape Clawless Otter

SOUS-ESPÈCES

La classification actuelle de l'ITIS répertorie six sous-espèces de loutre à joues blanches du Cap, bien que l'une d'entre elles (loutre du Congo) soit aujourd'hui considérée comme une espèce à part entière :

- Aonyx capensis capensis

- Aonyx capensis hindei

- Aonyx capensis meneleki

- Aonyx capensis microdon

- Aonyx capensis philippsi


Loutre à joues blanches 06
La loutre à joues blanches du Cap

PLUS D'INFOS

Pour en apprendre davantage sur la conservation de la loutre :

* IUCN Otter Specialist Group

* IOSF - The International Otter Survival Fund


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communLoutre à joues blanches du Cap
Autre nomLoutre du Cap
English nameAfrican clawless otter
Cape clawless otter
Español nombreNutria sin garras
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreCaniformia
FamilleMustelidae
GenreAonyx
Nom binominalAonyx capensis
Décrit parHeinrich Rudolph Schinz
Date1821



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

SOURCES