Manimalworld
Manimalworld Encyclopédie des animaux sauvages

Oncille du Nord (Leopardus tigrinus)


L'oncille du Nord (Leopardus tigrinus), ou chat-tigre du Nord, est un félin appartenant au genre Leopardus. Depuis 2013, les oncilles ont été divisées en deux espèce distinctes à savoir : Oncille du Nord (Leopardus tigrinus) et Oncille du Sud (Leopardus guttulus). Ce chat sauvage est un proche parent de l'ocelot et du margay.


Oncille du Nord (Leopardus tigrinus)
Oncille du Nord (Leopardus tigrinus)
© Manimalworld
CC-BY-NC-SA (Certains droits réservés)



DESCRIPTION

L'oncille du Nord est un petit chat sauvage mesurant entre 45 et 65 cm de long (tête-corps) pour un poids de 2 à 3 kg. Les mâles sont légèrement plus grands que les femelles. La queue mesure environ 25 cm de long.

Physiquement, l'oncille du Nord est comparable à l'ocelot ou au margay. Il est néanmoins plus mince avec de grandes oreilles, la queue plus courte et un museau plus étroit. Les yeux sont situés plus latéralement que ceux du margay. En outre, le crâne de l'oncille du Nord est moins large que celui du margay.

Le pelage de l'oncille du Nord est de couleur brun fauve sur le dos. Le corps est parsemé de taches en forme de rosette de couleur brun foncé entouré de noir. Le ventre est généralement plus pâle que le reste du corps, mais il est également recouvert de rosettes. La queue est bordée de 7 à 13 anneaux et se termine par une pointe noire. L'arrière des oreilles est noir avec une tache blanche près du centre du pavillon de l'oreille. Les yeux vont du brun clair au brun foncé. Quelques cas de mélanisme ont été rapporté chez cette espèce, mais encore aucun cas d'albinisme.


Leopardus tigrinus
Leopardus tigrinus
© Manimalworld
CC-BY-NC-SA (Certains droits réservés)

HABITAT

L'aire de répartition de l'oncille du Nord s'étend du Costa Rica et du Panama en Amérique centrale jusqu'en Amérique du Sud jusqu'au centre du Brésil. Ses limites sud ne sont pas encore bien connues, ni l'étendue d'un éventuel chevauchement avec les populations de l'oncille du Sud (Leopardus guttulus). En outre, il existe également de nombreuses preuves que la population d'Amérique centrale, suggérée comme Leopardus tigrinus oncilla représente également une espèce différente. De plus, il est également possible que la population du nord de l'Amérique du Sud, décrite comme Leopardus tigrinus pardinoides, comprendra également une espèce distincte, ou sera intégré avec Leopardus tigrinus oncilla. Il existe des mentions dans le bassin amazonien, mais la répartition pourrait être discontinue et inégale, et l'espèce extrêmement rare. L'oncille du Nord a été décrite comme l'une des espèces les plus rares d'Amazonie, étant absente dans les 12 études approfondies au moyen de pièges photographiques évaluées dans tout le bassin. Sa présence pourrait y être marginale et limitée à certaines enclaves. L'espèce est absente des Llanos et de la péninsule de Darien reliant l'Amérique centrale et l'Amérique du Sud. En Équateur et au Pérou, il n'existe que quelques spécimens de musée et ce n'est qu'en 2000 que l'espèce a été officiellement confirmée en Bolivie par piégeage vivant.

Bien que l'oncille du Nord ait été observé jusqu'à 4 800 m d'altitude, il s'agit probablement d'une valeur aberrante, car il existe très peu de mentions à une altitude de 3 000 m ou légèrement au-dessus. Cependant, au Costa Rica, dans le parc national Chirripó, l'espèce a été observée à 3²nbsp;625 m d'altitude. En Colombie, il semble être limité à une altitude supérieure à 1 500 m, mais au Brésil, la plupart des signalements étaient inférieurs à 500 m. Il semble que la majeure partie de la répartition de l'espèce se situerait dans les forêts nébuleuses du Costa Rica, à 1 500-3 000 m dans le nord des Andes et les terres arides des domaines de Cerrado et Caatinga et la forêt de feuillus adjacente du centre-nord du Brésil. Toutes les autres zones semblent marginales pour l’espèce. Bien que l'étendue d'occurrence soit plutôt large, la zone d'occupation réelle est considérablement restreinte, notamment parce que de grandes parties des hautes Andes ou du Cerrado brésilien (environ 50 %) et de la Caatinga (environ 46 %) ont déjà été supprimée et convertie en agriculture-pâturage, où l'espèce est connue pour être absente.

L'oncille du Nord se trouve dans un large éventail d'habitats, depuis les basses terres semi-arides de Caatinga jusqu'aux forêts nuageuses des Andes. Au Costa Rica, l'espèce est presque entièrement confinée aux forêts de montagne le long des flancs des volcans et d'autres hautes montagnes, à partir de 1 000 m jusqu'à la limite des arbres et occupe les forêts nuageuses de haute altitude. Sa répartition au Costa Rica et au Panama ressemble beaucoup à celle des forêts dominées par le chêne. Alors qu'en Amérique centrale et dans certaines parties du nord de l'Amérique du Sud, il peut être plus commun dans les forêts nuageuses montagnardes, on le trouve principalement dans les zones de plaine du Brésil, étant signalé dans les forêts tropicales humides, les forêts sèches de feuillus, les savanes, les broussailles épineuses semi-arides, dans les deux régions vierges et les zones perturbées. Cependant, l'espèce semble absente dans les llanos mais présente dans quelques observations des savanes de Rupununi en Guyane. Dans les habitats perturbés, elle peut être présente même à proximité des établissements humains, à condition qu'il existe un couvert naturel et une base de proies. Cependant, Marinho (2015) a montré que la présence de l'espèce est favorisée par une couverture ligneuse plus dense et par l'éloignement des établissements ruraux dans la Caatinga sèche du nord-est du Brésil. Bien qu'on puisse la trouver dans quelques zones localisées du bassin amazonien, l'utilisation des forêts amazoniennes de plaine est pratiquement inconnue et nécessite des recherches approfondies.


Leopardus tigrinus carte repartition
     Répartition actuelle de l'oncille du Nord
© Manimalworld
CC-BY-NC-SA (Certains droits réservés)

ALIMENTATION

L'oncille du Nord est un prédateur carnivore dont le régime alimentaire se compose de petits mammifères (rongeurs). Les mammifères plus gros (> 700 grammes), dont les agoutis et les pacas, font également partie de l'alimentation. Il se nourrit également d'oiseaux, de reptiles, d'oeufs, insectes et divers invertébrés. Il traque sa proie à distance et, une fois à portée, attaque pour la capturer et la tuer. La biomasse moyenne consommée est d'environ 150 grammes. Au moment de l'ingestion, la nourriture est coupée avec les dents de charogne, et mâchée avec les molaires, puis ingérée. Bien qu'il n'existe aucune information concrète sur la véritable fonction écologique de l'oncille du Nord, on pense que, comme les petits prédateurs terrestres, il peut aider à contrôler les rongeurs et divers types de nuisibles.


Oncille portrait
Portrait de l'oncille du Nord
© Manimalworld
CC-BY-NC-SA (Certains droits réservés)

REPRODUCTION

Il n'y a aucune information disponible concernant le système d'accouplement de l'oncille du Nord dans la nature. Cependant, les individus captifs semblent s'accoupler avec le même partenaire toute leur vie. Dans la nature, les mâles sont connus pour être très agressifs envers les femelles, ce qui peut suggérer que les oncilles du Nord soient très solitaires. Les femelles atteignent la maturité sexuelle après l'âge de 2 ans, tandis que pour les mâles c'est après 18 mois. L'oestrus dure de 3 à 9 jours et sa durée diminue avec l'âge. L'accouplement a lieu au début du printemps et la gestation dure environ 75 jours. Les mâles n'ont plus aucune implication après l'accouplement. L'oncille du Nord donne généralement naissance à 1 chaton par cycle de reproduction, mais peut en avoir jusqu'à 3. Les nouveau-nés pèsent entre 92 et 134 g et peuvent ouvrir les yeux entre 7 et 18 jours après la naissance. Les chatons commencent à manger des aliments solides 5 à 7 semaines après la naissance et le sevrage est généralement terminé à l'âge de 3 mois. Les dents commencent à émerger après 21 jours, ce qui est plus tard que chez la plupart des félins Cependant, les dents émergent généralement toutes ensemble, en quelques heures. La plupart des oncilles du Nord atteignent leur pleine croissance à l'âge de 11 mois et sont complètement indépendants à l'âge de 4 mois.

L'oncille vit généralement jusqu'à l'âge de 10 à 14 ans à l'état sauvage, et bien qu'ils vivent jusqu'à 23 ans en captivité, la plupart des individus captifs vivent de 16 à 20 ans.


Oncille juvenile
Oncille du Nord juvénile en captivité
© Mulhouseville - Wikimedia Commons
CC-BY-SA (Certains droits réservés)

COMPORTEMENT

L'oncille du Nord est un animal principalement nocturne, mais peut être actif pendant la journée. Bien qu'il soit principalement terrestre, il est bien adapté pour escalader. Généralement solitaire, on peut le voir en couple pendant les saisons de reproduction. À l'état sauvage, les mâles peuvent être extrêmement agressifs envers les femelles, et il n'est pas rare pour cette espèce de tuer des animaux plus grands qu'eux.

Le domaine vital d'une femelle mesure entre 0,9 et 2,3 km² et celui d'un mâle entre 4,8 et 17 km². Les mâles patrouillent sur les limites de leur territoire et peuvent être agressifs envers les intrus. Les plantations de café, souvent établies dans les régions de forêts humides, offrent certaines possibilités pour observer ce petit chat. Le fait qu'il occupe ces endroits suggère qu'il peut tolérer toute interférence humaine plus facilement que le kodkod qui, contrairement à l'oncille du Nord, est timide et ne s'adapte pas du tout à des environnements altérés par l'homme.


Oncille du nord zoo Dortmund
Oncille du Nord au zoo de Dortmund, Allemagne
© Wolfgang Dreier - BioLib
All rights reserved (Tous droits réservés)

MENACES

L'oncille du Nord a été fortement exploités pour le commerce des fourrures il y a plusieurs décennies, à la suite du déclin du commerce des ocelots. Bien que le commerce international ait cessé, il existe encore une certaine chasse illégale localisée, généralement destinée au marché intérieur. Les menaces actuelles pesant sur cette espèce comprennent la perte de l'habitat, la fragmentation, les maladies, les mortalités routières, le commerce illégal (animaux de compagnie et peaux), les meurtres en représailles dus à la déprédation des volailles. Dans l’ensemble, la plus grande menace est le taux effréné de perte, de fragmentation et d’isolement de l’habitat. Dans les forêts nébuleuses des Andes, la déforestation est principalement due à la conversion vers l'agriculture, mais elle concerne également le pétrole, les barrages hydroélectriques, l'étalement urbain et la construction de routes. Dans le Cerrado et la Caatinga brésiliens, la pression de l'agriculture est de loin la principale menace. Dans ces domaines, le taux est en réalité plus élevé dans la zone appelée MATOPIBA (les États de Maranhão, Tocantins, Piauí et Bahia), où il est deux fois plus élevé que dans les autres parties du pays et qui constitue également la zone principale et la plus importante pour l’espèce. Ainsi, les populations de la zone centrale de l’aire de répartition de l'oncille du Nord sont de plus en plus réduites et fragmentées. Le changement dans la dynamique des espèces indigènes (prédateurs/compétiteurs) pourrait représenter une autre menace potentielle jusqu'alors non détectée.

L'hybridation avec le chat des pampas (Leopardus colocolo) dans tout le nord-est et le centre du Brésil (la principale aire de répartition de la sous-espèce Leopardus tigrinus tigrinus) a été détectée dans 100 % de tous les spécimens évalués. Il peut s'agir d'un processus naturel ou anthropique et l'ampleur de cette menace est inconnue, mais cela compromettrait probablement déjà environ 70 à 80 % de la population totale de l'espèce, voire plus.


Oncille gros plan
Gros plan de l'oncille
© Manimalworld
CC-BY-NC-SA (Certains droits réservés)

STATUT ET CONSERVATION

Considéré comme une espèce menacée, l'oncille du Nord est inscrit en Annexe I de la CITES interdisant tout commerce de l'espèce. La Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN répertorie ce félin dans la catégorie Vulnérable (VU).

La chasse de l'espèce est interdite au Brésil, en Colombie, au Costa Rica, en Guyane française, au Suriname et au Venezuela. En Amazonie, les relevés de terrain suggèrent que, là où on les trouve, les populations sont extrêmement faibles. Par conséquent, ces zones ne devraient pas être perçues comme des garanties pour l'espèce comme c'est le cas pour d'autres félins. Il est probable que l'espèce n'y présente qu'une répartition marginale. Les populations dans les zones protégées devraient être très faibles, probablement en raison de l'impact des densités plus élevées d'ocelot, de sorte que la conservation des populations d'oncilles du Nord devrait reposer principalement sur des terres privées. Il a été estimé qu'un seul complexe d'aires protégées pourrait maintenir en isolement une population minimale viable de cette espèce. Des études plus approfondies sont nécessaires sur l'écologie, la démographie, l'histoire naturelle et les menaces de l'espèce. Cette espèce doit être évaluée au niveau des sous-espèces en raison de la diversité génétique au sein de l'espèce. Une réévaluation de la taxonomie de cette espèce est une priorité de recherche urgente, car la partie nord de la population pourrait être une espèce distincte.


Leopardus tigrinus oncilla
Leopardus tigrinus oncilla
© B. Kao - BioLib
All rights reserved (Tous droits réservés)

TAXONOMIE

L'oncille a été décrit scientifiquement pour la première fois en 1775 sous le nom de Felis tigrinus par le naturaliste allemand Johann Christian von Schreber. Le genre Leopardus a été introduit en 1842 par le zoologiste britannique John Edward Gray.

Selon l'ancienne classification, quatre sous-espèces d'oncille étaient reconnues :

- Leopardus tigrinus guttulus : forêt atlantique du centre et du sud du Brésil, Uruguay, Paraguay, nord de l'Argentine (reconnue aujourd'hui comme une espèce distincte, l'oncille du Sud)

- Leopardus tigrinus oncilla : Amérique centrale

- Leopardus tigrinus pardinoides : ouest du Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou

- Leopardus tigrinus tigrinus : est du Venezuela , Guyane , nord-est du Brésil; la sous-espèce nominale

Bien que l'oncille d'Amérique centrale soit répertoriée comme une sous-espèce distincte, sur la base de l'analyse de l'ADN mitochondrial, Johnson et al. (1999) ont trouvé des différences fortement étayées entre Leopardus tigrinus oncilla au Costa Rica et Leopardus tigrinus guttulus dans le sud du Brésil, comparables aux différences entre différentes espèces néotropicales. Les chercheurs ont fait valoir qu'il devrait y avoir une division de l'oncille en deux espèces, car il existe une différence d'apparence prononcée entre les oncilles du Costa Rica et celles du centre et du sud du Brésil. D’autres échantillons de Leopardus tigrinus oncilla sont nécessaires dans le nord de l’Amérique du Sud pour déterminer si ce taxon est présent en dehors de l’Amérique centrale et s’il doit être considéré comme une espèce distincte plutôt qu’une sous-espèces.

En 2013, des recherches génétiques ont révélé que l'ancienne sous-espèces Leopardus tigrinus guttulus est une espèce cryptique distincte qui ne se croise pas avec les autres sous-espèces et les scientifiques ont ainsi proposé une classification en deux espèces : l'oncille du nord (Leopardus tigrinus) et l'oncille du Sud (Leopardus guttulus).

Les résultats d'une analyse morphologique de 250 échantillons de peaux et de crânes indiquent qu'il existe trois groupes distincts d'oncille : à savoir un dans les pays de l'aire de répartition du nord, du nord-ouest et de l'ouest de l'Amérique du Sud, un dans les pays de l'est et un dans les pays du sud de l'aire de répartition. Sur la base de ces résultats, il a été proposé que le groupe oriental soit une espèce distincte de Leopardus emiliae. Une autre étude phylogénétique publiée en 2021 a soutenu la reconnaissance d'une troisième espèce.


Leopardus tigrinus pardinoides
Leopardus tigrinus pardinoides
© Klaus Rudloff - BioLib
All rights reserved (Tous droits réservés)

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communOncille du Nord
Autre nomChat tigre du Nord
English nameNorthern tiger cat
Español nombreLeopardo tigre
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreFeliformia
FamilleFelidae
Sous-familleFelinae
GenreLeopardus
Nom binominalLeopardus tigrinus
Décrit parJohann Christian Daniel Schreber
Date1775



Satut IUCN

Vulnérable (VU)

SOURCES


Arkive

Animal Diversity Web

Liste rouge IUCN des espèces menacées

Système d'information taxonomique intégré (ITIS)

BioLib

Wikimedia Commons

Zoo de Mulhouse