Manimalworld

Tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata)


Le tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata), appelé également tigre touranien, tigre persan ou tigre d'Hyrcanie, est un mammifère carnivore de la famille des félins. C'est l'une des sous-espèces de tigre disparues à ce jour et à avoir été intégralement détruite par l'homme. Il s'est officiellement éteint dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les autorités russes, dès 1912, avaient en effet décidé son extermination par l'armée comme mesure préparatoire à la transformation de la steppe eurasienne en terre cultivable.


Tigre de la Caspienne (Panthera tigris sondaica)
Tigre de la Caspienne (Panthera tigris sondaica)



DESCRIPTION

Le tigre de la Caspienne était aussi grand que le tigre du Bengale, avec une fourrure abondante, des pattes énormes et des griffes gigantesques. Son ventre était blanc éclatant et sa tête possédait une longue collerette.

Sa particularité par rapport aux autres tigres est qu'il vivait en immédiate proximité des villages et que l'on ne comptait que très peu d'attaque de sa part.


Panthera tigris virgata
Panthera tigris virgata

HABITAT

À l'origine, le tigre de la Caspienne était très répandu en Asie du Sud-ouest. Il vivait en Mongolie ainsi qu'en Russie du Sud et à l'ouest de la Chine. On le trouvait également en Asie centrale dans le Caucase, en Afghanistan en Iran et en Mésopotamie. On pense qu'il aurait pu aussi vivre jusqu'en Ukraine.

À l'époque moderne, on le trouvait dans le sud du Caucase, l'est de la Turquie, le nord de l'Iran et le nord de l'Afghanistan. En 1972, on trouva les dernières traces de l'espèce dans l'est de la Turquie.


Panthera tigris virgata distribution
Carte de répartition historique du tigre de la Caspienne

HISTOIRE

* ROME :

Le tigre de la Caspienne était, avec le tigre du Bengale, la sous espèce la plus utilisée dans les arènes romaines. C'était en effet pour les romains le fauve le plus facile à se procurer car il peuplait l'extrémité orientale de l'empire romain.

Les tigres étaient importés du Caucase, du Kurdistan, de la Mésopotamie et de la Perse. Le premier tigre à se battre à Rome était un cadeau d'un ambassadeur indien à l'empereur romain Auguste en 19 avant Jésus-Christ.

Dans les arènes romaines, ainsi qu'au cirque Maxime, les tigres combattaient des gladiateurs ainsi que des aurochs ou des lions de l'Atlas.


* IRAN :

Le tigre de la Caspienne était connu en Iran sous le nom de tigre du Mazandaran, du nom de l'une des provinces qui bordent la Caspienne. Selon une légende persane, le héros Rostam aurait victorieusement combattu l'un de ces tigres.


Tigre persan
Le tigre de la Caspienne est également appelé Tigre persan

LÉGENDES

Ces tigres étaient des symboles de renaissance aux yeux des nomades européens et asiatiques, de la Mer Noire aux plaines de la Mongolie, de la préhistoire à Gengis Khan. Ils sont entrés dans l'art de cette région et leur silhouette a orné les harnachements des chevaux comme les vaisselles funéraires et les pétroglyphes des Scythes et des Mongols.

Un mythe du Kurdistan iranien a pour personnage principal un tigre de la Caspienne blanc. Ils ont donné leur nom à un grand fleuve mésopotamien, d'après une ancienne légende selon laquelle un de ces animaux aurait transporté une princesse sur son dos à travers le fleuve. La princesse serait tombée enceinte une fois parvenue sur la berge opposée.


Tigre de la Caspienne en captivité
Tigre de la Caspienne en captivité au zoo d'Anvers

DÉCLIN DU TIGRE

Le tigre de la Caspienne a disparu depuis les années 1970. Il n'a pas résisté à la déforestation, au manque de proies et à la chasse intensive dont il fut l'objet.

L'absence de volonté réelle à protéger l'espèce n'a pas permis de le sauver de l'extinction.

Après leur destruction complète en territoire russe, le tigre de la Caspienne a survécu en très petit nombre en Afghanistan. Il subira aussi un massacre de très grande ampleur en 1939 au nord de l'Iran et dans les forêts du sud du Turkménistan.

Dans l'est de la Turquie, on vendait encore des peaux de ces animaux aux riches Irakiens qui souhaitaient décorer leur palais de façon ostentatoire jusqu'au milieu des années 1980.

Bien que l'on ne rencontre pas un seul tigre de la Caspienne après les années 1970 on pourrait croire qu'il ait encore pu survivre en Anatolie orientale au moins jusqu'au début des années 1990.

Le tigre de la Caspienne est l'une des trois sous-espèces à avoir totalement disparu avec le tigre de Bali et le tigre de Java.


Tigre de la Caspienne 02
Fresque ancienne d'une chasse au tigre de la Caspienne

EXTINCTION

Le facteur important dans l'extinction du tigre de la Caspienne était sa vulnérabilité en raison de la nature limitée de sa répartition. La chasse intensive, et la diminution des grandes proies sauvages dont il se nourrissait sont les principales causes de la perte de cette sous-espèce. L'extension rapide de l'agriculture le long des rivières est une des autres causes de la disparition du félin. Au début du XXe siècle, encouragé par le gouvernement soviétique de l'époque, les colons russes commencent à défricher de nouvelles terres et chassent les animaux sauvages qui pillent leurs cultures. À cette époque, les populations de cerfs et de sangliers qui constituent la nourriture privilégiée du tigre diminuent considérablement. Fragilisé dans son habitat et voyant ses proies diminuer, le tigre va disparaître rapidement d'autant plus que toute la région d'Asie Centrale subit une dégradation écologique d'une ampleur jamais égalée comme en témoigne le dessèchement fulgurant de la mer d'Aral. La chasse sportive achèvera définitivement le tigre, ne laissant derrière lui que des trophées sans vie.

Il n'y a eu que très peu de tentatives effectuées pour préserver l'espèce. À cette époque la préservation et la protection des espèces animales n'étaient pas à l'ordre du jour. Le zoo de Berlin possédait néanmoins un spécimen qui nous a permis de mieux connaître les mœurs de ce fauve. Le prince afghan, Ayoub Khan, possédait également un petit tigre de la Caspienne. Ce tigreau lui avait été donné par le prince d'Iran, Gheisar Massoud, petit-fils de Nasser-Edin Shah. Une photo avait d'ailleurs été prise à la résidence du prince Ayoub Khan à Téhéran, Iran.

À ce jour, il reste quelques peaux de ce félin dans plusieurs musées du monde entier, ainsi qu'un nombre limité de photographies montrant des tigres vivant ou mort. On en retrouve par exemple au British Museum, au Nature and Wildlife Museum d'Iran, au Siberian Zoological Museum et au Zoological Museum of Moscow University. Malheureusement aucun document cinématographique n'a pu être trouvé à ce jour.

Contrairement au tigre de Java ou au tigre de Bali, il reste quelques vestiges de cette espèce. Mais que sont des vestiges à côté d'une espèce vivante ? N'aurait-il pas mieux valu concentrer les efforts afin de conserver ce tigre ? Aujourd'hui encore, des animaux disparaissent dans l'indifférence la plus totale. L'animal peut faire preuve de compassion alors nous, les êtres civilisés que nous sommes censés être, ne pouvons-nous pas faire preuve de cette même compassion ?


Tigre de la Caspienne 03
Tigre de la Caspienne abattu au nord de l'Iran en 1940

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communTigre de la Caspienne
Autres nomsTigre touranien
Tigre persan
Tigre d'Hyrcanie
English nameCaspian Tiger
Hyrcanian Tiger
Turan Tiger
Español nombreTigre persa
Tigre del Caspio
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreFeliformia
FamilleFelidae
Sous-famillePantherinae
GenrePanthera
EspèceTigre
Nom binominalPanthera tigris virgata
Décrit parJohann Wilhelm Illiger
Date1815



Satut IUCN

Espèce éteinte (EX)

Caspian tiger
En anglais, le tigre de la Caspienne est appelé Caspian tiger

FICHE POUR ENFANTS

Retrouvez ci-dessous une petite fiche simplifiée en image pour les enfants du tigre de la Caspienne.


Tigre de la Caspienne fiche pour enfants
Fiche pour enfants du tigre de la Caspienne
© Manimalworld

SOURCES