Manimalworld

Belette du Japon (Mustela itatsi)


La belette du Japon (Mustela itatsi) est un mammifère de la famille des Mustelidae. Cette belette est souvent considérée comme une sous-espèce de belette de Sibérie. Néanmoins, des études récentes ont prouvé que la belette du Japon est bien une espèce distincte.


Belette du Japon (Mustela itatsi)
Belette du Japon (Mustela itatsi)



DESCRIPTION

Comme toutes les belettes, la belette du Japon a un corps long et mince avec des jambes courtes et un gros cou et une petite tête. La belette du Japon est la plus grande espèce de belettes. Un mâle adulte mesure entre 45 et 52 cm de long, queue comprise pour un poids moyen de 400 g. Le dimorphisme sexuel est présent chez cette espèce, les femelles étant généralement plus petites.

Le pelage est généralement de couleur orange doré avec une coloration plus claire sur la face ventrale et des taches plus sombres près du museau. En réponse au raccourcissement de la lumière du jour, la belette du Japon arrête la production de mélanine et leur pelage devient blanc et s'épaissit en préparation pour l'hiver.

Bien que son corps soit bien adapté pour pénétrer dans les tunnels ou dans les espaces restreints, il n'est pas très efficace pour conserver la chaleur corporel. La belette doit continuellement chercher de la nourriture pour pallier cet inconvénient.


Mustela itatsi
Mustela itatsi

HABITAT

La belette du Japon était historiquement originaire de trois des quatre grandes îles du Japon : Honshu, Kyushu et Shikoku. Au cours du XXe siècle, elle a été introduite dans la plupart des autres îles japonaises afin de lutter contre la prolifération de rongeurs. La répartition actuelle comprend aujourd'hui Hokkaido et la majorité des îles Ryukyu.

La belette du Japon se retrouve dans une grande variété d'écosystèmes japonais, mais principalement dans les zones montagneuses et forestières à proximité de l'eau. Elle chasse le long des rivières, mais s'aventure parfois dans les prairies ou les zones légèrement peuplées par l'homme.


Mustela itatsi range map
Carte de répartition de la belette du Japon

ALIMENTATION

Comme la belette du Japon est capable de vivre dans une grande variété d'habitat, elle a un large éventail d'options de proies. Ses préférences se portent généralement sur les rongeurs, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et certains crustacés. Lorsque les proies se font rares, elle consomme alors des fruits et des baies. Par contre, si la nourriture est abondante, elle cache sa nourriture pour la consommer ultérieurement.


Belette du Japon 01
La belette du Japon est un prédateur carnivore

REPRODUCTION

Chez la belette du Japon, l'accouplement a lieu à partir de début mai à fin juin. Cependant, s'il y a abondance de nourriture, l'accouplement peut se produire jusqu'à août, produisant une seconde portée durant la saison. L'accouplement est bref, mais peut avoir lieu plusieurs fois pour chaque couple. La période de gestation dure environ trente jours. Le nombre de petits par portée varie de deux à douze, mais en moyenne il y en a cinq ou six. Lorsque les petits atteignent l'âge de huit semaines, ils sont sevrés et indépendants. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge d'un an.

La femelle s'occupe seule de ses petits, le mâle la quittant une fois l'accouplement terminé. La mère construit généralement le nid dans des terriers abandonnés, et place des herbes, des plumes et de la fourrure des animaux qu'elle a chassés pour le rendre confortable. Une fois que les petits sont nés, elle les nourrit de lait jusqu'à ce que leurs canines soient pleinement développées et qu'ils peuvent consommer de la viande. Une fois qu'ils peuvent chasser par leur propre moyen, ils sont considérés comme indépendants et s'en vont trouver leurs propres territoires.

La longévité de la belette du Japon est similaire aux autres membres du genre Mustela. À titre de comparaison, une belette de Sibérie a vécu jusqu'à l'âge de huit ans en captivité. L'espérance de vie de la belette à l'état sauvage est fortement tributaire de la disponibilité de nourriture. En moyenne, la belette du Japon vit entre deux et trois ans.


Belette du Japon 02
Belette du Japon de l'île de Sakhaline
© John Andrew Wright

COMPORTEMENT

La belette du Japon est un animal solitaire sauf pendant la période d'accouplement. Elle est très territoriale et défend agressivement son domaine vital contre les intrus. Elle est capable de se défendre contre des animaux plus grands qu'elle. En outre, une fois acculée ou très effrayée, la belette libère une dose puissante de musc pour dissuader les assaillants.

La belette du Japon est un chasseur expérimenté chassant ses proies dans tous les milieux tels que les galeries sous terre, dans les arbres ou encore en milieu aquatique. Partout où la proie peut aller, la belette la suivra. Elle est à la fois diurne et nocturne.


Belette du Japon 03
Portrait de la belette du Japon

PRÉDATEURS

En dépit de son mode de vie carnivore, la petite taille de la belette du Japon en fait une cible de certains grands prédateurs, principalement des rapaces tels que les faucons et les hiboux. Son odeur musquée les rend moins acceptable pour les mammifères prédateurs.


Belette japonaise
La belette japonaise

CONSERVATION

Bien que leurs populations soient en légère baisse, les belettes japonaises sont inscrites à la Liste rouge de l'IUCN comme Préoccupation mineure (LC) en raison de leur grande répartition à travers le Japon. La principale menace pour la belette du Japon est la perte d'habitat en raison du développement résidentiel et commercial.


Japanese weasel
En anglais, la belette du Japon est appelé Japanese weasel

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communBelette du Japon
English nameJapanese weasel
Español nombreComadreja japonesa
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreCaniformia
FamilleMustelidae
GenreMustela
Nom binominalMustela itatsi
Décrit parCoenraad Jacob Temminck
Date1844



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

Belette du Japon 04
La belette du Japon

SOURCES