Manimalworld

Quagga (Equus quagga quagga)


Le quagga (Equus quagga quagga), également appelé couagga, est un mammifère herbivore appartenant à la famille des Equidae du genre Equus. Cet animal est une sous-espèce de zèbre originaire d'Afrique du Sud de couleur beige, rayé uniquement sur l'encolure et l'avant du corps. Le dernier quagga sauvage fut abattu en 1878 et la sous-espèce s'éteignit définitivement le 12 août 1883. Il n'en reste aujourd'hui que quelques peaux, des crânes, 23 spécimens empaillés et de rares photographies conservées dans des collections.


Quagga (Equus quagga quagga)
Quagga (Equus quagga quagga)
Source : Biodiversity Heritage Library



DESCRIPTION

Le quagga était un grand mammifère mesurant 1,34 m de hauteur d'épaule pour un poids variant entre 226 et 317 kg. Son manteau était unique parmi les équidés : comme un zèbre à l'avant mais plus comme un cheval à l'arrière. Il avait des bandes brunes et blanches sur la tête et le cou, les parties supérieures brunes et un ventre blanc, la queue et les jambes. Les rayures étaient les plus audacieuses sur la tête et le cou et devenaient progressivement plus bas le long du corps, se confondant avec le brun rougeâtre du dos et des flancs, jusqu'à disparaître le long du dos. Il semble avoir eu un haut degré de polymorphisme, certains individus n'ayant presque aucune rayure et d'autres ayant des motifs similaires à la population éteinte du zèbre des plaines, où les bandes recouvraient la plus grande partie du corps sauf les parties postérieures, les pattes et le ventre. Il avait également une large rayure dorsale foncée sur son dos ainsi qu'une crinière debout avec des rayures brunes et blanches.


Equus quagga quagga
Equus quagga quagga
Source : Pinterest

HABITAT

Le quagga vivait dans les régions les plus sèches d'Afrique australe, dans les plaines herbeuses. La limite nord de son habitat semble avoir été la rivière de l'Orange à l'ouest et la rivière du Vaal à l'est. Au sud-est, la limite devait être la rivière Great Key. Il vivait principalement dans les prairies arides et tempérées de l'Afrique du Sud.


ÉCOLOGIE

Similaire au zèbre des plaines, il est probable que le quagga vivait en groupes constitués de plusieurs femelles adultes et menés par un mâle dominant. Les mâles et les femelles quittaient leur groupe natal lorsqu'ils atteignaient leur maturité sexuelle. La composition des harems adultes est relativement stable au fil du temps, avec de forts liens sociaux entre individus. Les zébreaux pouvaient naître toute l'année, bien qu'il semble qu'il y avait un pic de naissance au début de l'été, de décembre à janvier.

Comme chez les autres espèces équidés, le régime du quagga se composait principalement de graminées. Les troupeaux avaient tendance à migrer vers des pâturages plus longs pendant la journée pour se nourrir, retournant dans les zones d'herbe plus courte la nuit où les prédateurs potentiels avaient moins de couvert.


Quagga 01
Le quagga de Louis XVI
Source : Musée d'histoire naturelle

DÉCLIN ET EXTINCTION

Étant une proie facile à trouver et à tuer, le quagga a été chassé par les premiers colons hollandais et plus tard par les Afrikaners pour fournir de la viande ou pour leur peau. Les peaux étaient échangées ou utilisées localement. En raison de son aire de distribution limitée, le quagga était très vulnérable à l'extinction. Dans les années 1850, le quagga avait disparu dans une grande partie de son aire de répartition et le dernier individu sauvage connu est mort en 1878.

Certains spécimens ont été capturés et envoyés en Europe et placés dans des zoos. Lord Morton a tenté de sauver l'animal de l'extinction en lançant un programme d'élevage en captivité. Il n'a pu obtenir qu'un seul mâle qui, en désespoir de cause, s'est reproduit avec une femelle. Cela a produit un hybride femelle avec des bandes de zèbre sur son dos et ses jambes. La jument de Lord Morton a été vendue et a ensuite été élevée avec un étalon noir, résultant en une progéniture qui a de nouveau eu des rayures noires.

Le quagga a longtemps été considéré comme un candidat approprié à la domestication, car il comptait comme le plus docile des chevaux rayés. Les premiers colons hollandais en Afrique du Sud avaient déjà fantasmé sur cette possibilité, parce que leurs chevaux de travail importés ne vivaient pas très bien dans le climat extrême et étaient régulièrement la proie de la maladie du cheval africaine redoutée. En 1843, le naturaliste anglais Charles Hamilton Smith écrivait que le quagga était incontestablement le mieux adapté pour la domestication, tant en force qu'en docilité. Il existe seulement quelques descriptions de quaggas domestiques ou apprivoisés en Afrique du Sud. En Europe, les seuls cas confirmés sont deux mâles conduits en phaéton par Joseph Wilfred Parkins, shérif de Londres en 1819-1820, et les quaggas ainsi que leur progéniture hybride du zoo de Londres, qui servaient à tirer une charrette et à transporter des légumes du marché au zoo.

Le spécimen à Londres mourut en 1872 et celui de Berlin en 1875. Le dernier individu captif, une femelle du zoo Natura Artis Magistra d'Amsterdam, y vécut du 9 mai 1867 jusqu'à sa mort le 12 août 1883, mais son origine et sa cause de décès ne sont pas claires. Sa mort n'a pas été reconnue comme signifiant l'extinction de son genre à l'époque, et le zoo a demandé un autre spécimen. L'extinction du quagga a été internationalement acceptée par la Convention de 1900 pour la préservation des animaux sauvages, des oiseaux et des poissons en Afrique. Il y a 23 spécimens de quagga naturalisés à travers le monde.


Quagga 02
Illustration du quagga
Auteur : Alexey Eremeev - ArtStation

RESTAURATION

Un projet visant à restaurer le quagga est en cours en Afrique du Sud appelé "Projet Quagga". Des études génétiques récentes sur plusieurs échantillons de musée ont révélé que le quagga était en effet une sous-espèce de zèbre des plaines et non une espèce distincte. Cela a ajouté un nouvel espoir à l'idée que l'élevage sélectif de zèbres des plaines conduirait finalement à un animal ressemblant à l'apparence quagga perdue depuis longtemps. Sous la direction de Reinhold Rau, le projet a véritablement débuté en 1987 et, en 2008, plus de 25 poulains de troisième génération ont été élevés avec succès, dont certains ont commencé à ressembler à certains quaggas des musées.

Il y a eu une certaine controverse au sujet de ce projet, par exemple, certaines autorités critiquent le projet pour avoir semblé démontrer qu'il est possible de ramener un animal à l'extinction. Cependant, les promoteurs pensent qu'un projet très en vue, qui implique le retour de ces zèbres dans les prairies où le quagga a autrefois été éradiqué, pourrait aider à sensibiliser à l'importance de la fragile prairie du Karoo en Afrique australe.


Quagga 03
Quagga reconstitué
Source : Wikimedia Commons

TAXONOMIE

Le quagga était à l'origine classé comme une espèce distincte, Equus quagga, en 1778. Durant les cinquante ans qui suivirent, de nombreux autres zèbres furent décrits par les naturalistes et les explorateurs. Du fait des nombreuses variations de la robe des différents zèbres, les taxinomistes furent tentés d'identifier de très nombreuses espèces, sans trouver de moyens simples de repérer lesquelles étaient de véritables espèces et lesquelles des sous-espèces seulement, et lesquelles enfin n'étaient que des variants. Il a fallu attendre les recherches génétiques récentes menées par le Smithsonian Institute pour montrer que le quagga n'était pas du tout en fait une espèce distincte.

Le quagga est la première espèce éteinte dont on a étudié l'ADN. En effet, dès lors que fut découverte l'extrême parenté entre le quagga et le zèbre, le Quagga Project fut lancé par Reinhold Rau en Afrique du Sud pour recréer le quagga à partir d'un élevage sélectif à partir de zèbres des plaines, dans le but de réintroduire l'espèce dans son milieu naturel. Début 2006, on annonçait que la troisième et la quatrième génération issues de ce projet ressemblaient beaucoup aux descriptions comme aux spécimens conservés de quagga, même si cette "apparence" seule ne pouvait autoriser de considérer ces animaux comme une véritable création de l'espèce originale. L'ADN des animaux conservés avait été extrait en 1984, mais la technologie nécessaire à la recréation d'espèce à partir d'ADN récupéré n'existe toujours pas.


Quagga 04
Quagga femelle au zoo de Londres en 1864
Source : Biodiversity Heritage Library

VOIR AUSSI

* Zèbre des plaines

* Zèbre de Burchell

* Zèbre de Chapman

* Zèbre de Crawshay

* Zèbre de Grant

* Zèbre de Selous


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communQuagga
Autre nomCouagga
English nameDonkey
Español nombreBurro
Asno
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus
EspèceZèbre des plaines
Nom binominalEquus quagga quagga
Décrit parPieter Boddaert
Date1785



Satut IUCN

Espèce éteinte (EX)

SOURCES