Manimalworld

Cheval mongol


Le cheval mongol est une race de chevaux, qui, comme son nom l'indique, est originaire de Mongolie. C'est une race très ancienne qui est à l'origine de nombreuses autres races dans le monde. Sa docilité, sa résistance et son endurance font de cet équidé le compagnon indispensable des nomades. Il est ainsi utilisé autant en élevage pour le lait des juments que comme moyen de transport, monté notamment lors du Naadam, la fête nationale mongole. Les chevaux mongols ont été un facteur clé soutenant les conquêtes du XIIIe siècle de l'Empire mongol.


Cheval mongol
Le cheval mongol



DESCRIPTION

Les chevaux mongols sont de constitution trapue, avec des pattes relativement courtes mais solides et une grosse tête. Ils pèsent environ 280 kg et la taille varie entre 1,22 et 1,42 m de haut. Ils ont une légère ressemblance avec le cheval de Przewalski et on croyait que ces animaux étaient originaires de cette espèce. Cependant, cette théorie a été réfutée en 2011 par des tests génétiques. Il a été démontré de façon concluante que le cheval de Przewalski n'est pas l'ancêtre d'un cheval domestique, bien qu'il puisse se croiser avec des chevaux domestiqués pour s'hybrider et produire une progéniture fertile. Parmi les équidés caballins, le tarpan partage l'ascendance avec le cheval domestique moderne.

La crinière et la queue du cheval mongol sont très longues. Leurs brins sont souvent utilisés pour tresser des cordes et les poils de la queue peuvent être utilisés pour les archets de violon. Les chevaux mongols ont une grande endurance. Bien qu'ils aient de petits corps, ils peuvent galoper pendant 10 km sans interruption. En tirant un chariot, une équipe de quatre chevaux mongols peut tirer une charge de 2 tonnes sur 50-60 km par jour. Parce que les chevaux sont autorisés à vivre de la même manière que les chevaux sauvages, ils nécessitent peu de soins des onglons. Les chevaux mongols ont des sabots durs et forts et ont rarement des problèmes de pieds.

Les chevaux de différentes régions de Mongolie sont considérés comme ayant des traits différents. On dit que les chevaux du désert ont des pieds plus grands que la moyenne (comme ceux des chameaux). Les individus de montagne sont courts et particulièrement forts et ceux des steppes sont la plus grande et la plus rapide variété de chevaux mongols. Spécifiquement, les provinces de la province orientale de Khentii et de la province de Sükhbaatar sont largement considérées comme les plus rapides du pays. Les chevaux Darkhad sont connus pour leur force. Un cheval Darkhad pesant seulement 250 kilogrammes peut porter une charge de 300 kg (l'équivalent d'un autre cheval) sur son dos. À un niveau plus général, certaines provinces mongoles sont considérées comme plus adaptées à l'élevage de chevaux que d'autres. Les provinces de la steppe orientale sont informellement appelées "provinces à cheval" en raison de leur aptitude à les élever. Les provinces montagneuses du nord sont considérées comme des "provinces de vache", bien que les chevaux y soient également élevés.

Une grande variété de colorations de chevaux mongols est observable. Mais les robes les plus fréquemment rencontrées sont le bai, l'alezan, le gris, l'isabelle et le noir. Les éleveurs les élèvent principalement pour la couleur et la vitesse, mais aussi pour la conformation, la disposition et la lignée. En Mongolie, la conformation n'est pas si fortement accentuée comme c'est le cas dans la culture occidentale. Cependant, quelques traits sont préférés chez un cheval. En marchant, il devrait laisser des empreintes de pas qui tombent sur ou en dehors des empreintes des pas antérieures. Un animal désirable doit aussi avoir une grosse tête, des os épais, des pattes épaisses, être grand (mais pas trop grand pour empêcher la survie hivernale), posséder un pelage épais pour résister au froid et avoir une épaisse crinière.

Les chevaux mongols sont frugaux, robustes, plutôt rusés, et s'aventurent en toute sécurité sur des terrains accidentés. En Mongolie, la plupart des animaux sont laissés en liberté et seul un petit nombre de chevaux sont capturés et attachés. Le troupeau d'un nomade traîne autour de la maison de la famille, broutant généralement sur plusieurs kilomètres. Le troupeau est autorisé à choisir ses propres pâturages avec peu d'interférences par rapport aux autres propriétaires. Ils peuvent disparaître pendant des jours et, finalement, les propriétaires sortent pour les chercher. Une fois qu'un cheval s'est familiarisé avec le transport d'un cavalier, il sera calme, amical et très fiable. Parce que la nature fournit tout ce qu'il faut aux chevaux mongols, ils coûtent peu ou rien à élever. Ils sont une nécessité pratique de la vie quotidienne, dans laquelle une partie importante de la population vit encore comme nomades. Les bergers considèrent leurs chevaux à la fois comme une forme de richesse et une source des nécessités quotidiennes pour le transport, la nourriture et la boisson.

Au cours de l'hiver et au début du printemps, les chevaux mongols perdent environ 30 % de leur poids corporel. Ils doivent retrouver ce poids pendant l'été et l'automne afin de survivre une autre année. Pendant les hivers particulièrement rigoureux, ils peuvent mourir de faim en masse ou de froid. Les bergers peuvent faire peu pour sauver leurs troupeaux dans de telles conditions. Au cours de l'hiver 2009-2010, 188 270 chevaux mongols ont péri. Malgré leur vie dans des conditions semi-sauvages, la plupart des chevaux vivent jusqu'à 20-40 ans.


Cheval mongol 01
Cheval mongol en semi-liberté

HISTOIRE

Les origines du cheval mongol sont lointaines et incertaines, mais on peut établir la présence de chevaux chez les nomades des steppes asiatiques centrales depuis 2000 av. J.-C.. Des tests ont montré, que parmi toutes les races de chevaux, les chevaux mongols possèdent la plus grande variété génétique, suivie par ceux de la république de Touva. Cela indique que c'est une race très archaïque qui a peu subi peu la sélection de l'homme au cours des siècles. Les données indiquent aussi que beaucoup d'autres races descendent des chevaux mongols. Les chevaux mongols ont également joué un important rôle historique, en particulier au XIIIe siècle, où Gengis Khan a bâti l'un des plus vastes empires de tous les temps grâce à sa stratégie militaire et à sa grande armée de cavaliers.

Le cheval mongol aurait été domestiqué quelque part dans la steppe eurasienne. Jamais tous les chevaux de Mongolie n'ont été domestiqués en même temps. Les sauvages et les domestiqués coexistaient et croissaient, de sorte que le vrai sang sauvage n'existe plus chez les chevaux mongols d'aujourd'hui. Cependant, bien que n'étant pas considérés comme de vrais chevaux sauvages dans le même sens que le cheval de Przewalski, certains chevaux mongols sauvages parcourent la steppe aux côtés de leurs parents semi-domestiques. Contrairement aux mustangs qui errent en Occident aux États-Unis, qui sont classés comme espèces non indigènes, les chevaux mongols sauvages vivent de la même manière et au même endroit que leurs ancêtres avaient vécu. Parfois, les nomades capturent des chevaux sauvages pour les ajouter à leurs troupeaux.


Cheval mongol 02
Cheval mongol femelle et son poulain
Auteur : Steven Burt - Flickr

CULTURE

Les Mongols ont beaucoup d'histoires et de chansons sur les chevaux. Les chevaux légendaires incluent des coursiers volants magiques, les bien-aimés qui visitent les rêves et un corps riche de folklore au sujet des protagonistes équins. Le cheval a longtemps joué un rôle d'animal sacré, et les Mongols ont une variété de croyances spirituelles à leur sujet. On croit que la crinière contient l'esprit et la force d'un cheval et c'est pour cette raison que la crinière des étalons est toujours laissée non coupée. Le lait de jument a été utilisé dans les cérémonies de purification, de prière et de bénédiction depuis l'Antiquité. Dans les temps modernes, il continue à être utilisé dans une variété de cérémonies associées à la course. Historiquement, les chevaux ont été sacrifiés lors d'occasions spéciales (40 chevaux ont été sacrifiés aux funérailles de Gengis Khan). Lorsqu'un cheval est tué, une variété de rituels peut être suivie pour honorer les restes. On croit que les chevaux ont des esprits qui peuvent aider ou blesser leur propriétaire après la mort. Quand l'esprit d'un cheval décédé est contenu, le troupeau du propriétaire s'épanouira, sinon, le troupeau disparaitra.

Parmi les cinq types d'animaux de troupeau généralement reconnus en Mongolie (chevaux, chameaux, boeufs/yaks, moutons et chèvres), les chevaux sont considérés comme ayant le plus grand prestige. Un nomade avec beaucoup de chevaux est considéré comme riche. Les Mongols ne leur donnent pas de noms, ils les identifient plutôt par leur couleur, leurs marques et leurs cicatrices. Plus de 500 mots en langue mongole décrivent les traits des chevaux.

Les chevaux mongols sont appréciés pour leur lait, leur viande et leurs crins. En été, les juments sont traites six fois par jour, une fois toutes les deux heures. Le lait est utilisé pour faire les boissons fermentées omniprésentes en Mongolie, comme l'airag et le kumis. La viande de cheval est considérée comme la viande la plus saine et la plus délicieuse. Chaque cheval mongol de 270 kg donne environ 110 kg de viande. Les crins peuvent être utilisés pour un certain nombre de produits, comme la corde, les cordes de violon, et une variété d'ornements. La bouse est utilisée pour le carburant du camp.


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communCheval mongol
English nameMongolian horse
Español nombreCaballo mongol
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus

SOURCES


Wikipédia

Wikipédia anglais

Equireliance

Steve Burt - Flickr