Manimalworld

Tarpan (Equus ferus)


Le tarpan (Equus ferus), également appelé cheval sauvage européen, est un mammifère herbivore appartenant à la famille des Equidae dans le genre Equus. Cette espèce, aujourd'hui éteinte, est parfois considérée comme l'ancêtre de la plupart des races actuelles de chevaux.


Tarpan (Equus ferus)
Tarpan (Equus ferus)



DESCRIPTION

Le tarpan mesure environ 1,30 m au garrot. Sa robe se présente dans diverses tonalités de fauve : souris, louvet ou isabelle, avec crinière et queue noires. Il a aussi une raie et parfois des zébrures sur les membres. La tête est un peu lourde, avec un profil légèrement camus, elle est délicatement structurée. Ses dents sont plus petites que celles du cheval de Przewalski. Les oreilles sont longues, portées en avant et un peu de côté. Ses yeux en amande sont petits et le toupet abondant.

Le dernier individu, mort en captivité en 1909, avait entre 1,40 et 1,45 m de hauteur au garrot, avait une épaisse crinière tombante, une couleur grullo, des jambes sombres et des marques primitives, incluant une rayure dorsale et des rayures aux épaules.

Certains théorisent que le tarpan avait une crinière permanente parce que tous les autres équidés sauvages existants affichent cette caractéristique, et les mânes en chute sont considérés comme une indication de domestication. Cependant, les récits historiques ne décrivent pas sans équivoque une crinière debout chez les chevaux sauvages européens et il est probable qu'ils aient eu une crinière courte et tombante. Cette caractéristique est avantageuse dans les régions à forte pluviométrie, car elle détourne la pluie et la neige du cou et du visage et empêche la perte de chaleur, tout comme une queue touffue. Les chevaux sauvages momifiés de Sibérie présentent également une crinière suspendue.


Equus ferus
Equus ferus

HABITAT

L'aire de répartition originelle du tarpan n'est pas réellement connue. En fait, on en distinguait 2 types :

* Le Tarpan des Steppes : jusqu'au XIXe siècle, d'énormes troupeaux peuplaient les steppes de l'Europe du Sud-Est et les régions autour de la Caspienne.

* Le Tarpan Forestier : c'était un hôte d'une grande partie de l'Europe occidentale et centrale, il fut peu à peu éliminé par l'empiètement des agriculteurs sur son territoire. C'est dans les forêts de Lituanie et de Pologne qu'il survécut le plus longtemps et il y fut manifestement domestique.

Au début du XIXe siècle, certains spécimens vivaient encore dans la réserve de chasse de Zamoye, près de Bilgoraj, dans le Sud de la Pologne. Le dernier tarpan sauvage de Pologne fut tué en 1814, le tout dernier dans le Caucase, dans la seconde moitié du XIXe.


Tarpan 01
Peinture rupestre du tarpan dans les grottes de Lascaux

EXTINCTION

L'extinction du tarpan est sans aucun doute due à l'homme. Celle-ci a commencé dans le sud de l'Europe, peut-être dans l'Antiquité. Alors que les humains chassaient les chevaux sauvages depuis le Paléolithique, pendant les temps historiques la viande de cheval était une source importante de protéines pour beaucoup de cultures. En tant que grands herbivores, l'aire de répartition du tarpan a continuellement diminué en raison de l'essor démographique sur le continent eurasien. Les chevaux sauvages ont été davantage persécutés parce qu'ils endommageaient les entrepôts de foin et enlevaient souvent des juments domestiques dans les pâturages. En outre, le croisement avec des chevaux sauvages était une perte économique pour les fermiers puisque les poulains de tels accouplements étaient intraitables.

Les tarpans ont survécu le plus longtemps dans les parties méridionales de la steppe russe. En 1880, lorsque la plupart des tarpans sont devenus hybrides, les chevaux sauvages sont devenus très rares. En 1879, le dernier individu confirmé scientifiquement a été tué. Après cela, seules les observations douteuses ont été documentées. Avant que le tarpan ne soit considéré comme éteint dans la nature entre 1875 et 1890, la dernière jument considérée sauvage a été accidentellement tuée pendant une tentative de capture. Le dernier tarpan captif est mort en 1909 dans un zoo russe.

Au début du XIXe siècle, le gouvernement polonais a tenté de sauver le type tarpan en créant une réserve pour les animaux qui descendent du tarpan dans une zone boisée de Białowieża. En 1780, un parc animalier a été établi protégeant une population de tarpans jusqu'au début du XIXe siècle. Lorsque la réserve a dû fermer ses portes en 1806, les derniers tarpans restants ont été donnés à des agriculteurs locaux et on prétend qu'ils ont survécu grâce au croisement avec des chevaux domestiques. Le konik est censé descendre de ces chevaux hybrides. Cependant, il n'y a aucune preuve que le konik soit génétiquement différent de manière significative d'autres races domestiques et donc les revendications qu'il est un descendant du tarpan ne peuvent pas être prouvées.


Tarpan 02
Tarpan reconstitué
Auteur : Christian Jansky - Wikimedia Commons

TAXONOMIE

Le tarpan a été décrit pour la première fois par Johann Friedrich Gmelin en 1774. Il avait observé ces animaux en 1769 dans le district de Bobrov, près de Voronezh. En 1784, Pieter Boddaert nomma l'espèce Equus ferus, en référence à la description de Gmelin. Ignorant le nom de Boddaert, Otto Antonius publia en 1912 le nom d'Equus gmelini, se référant de nouveau à la description de Gmelin. On pense maintenant que le cheval domestiqué, nommé Equus caballus par Carl Linnaeus en 1758, est descendu du tarpan. En effet, de nombreux taxonomistes les considèrent comme appartenant à la même espèce.

En appliquant strictement les règles du Code international de nomenclature zoologique, le tarpan devrait être nommé Equus caballus ou, s'il est considéré comme une sous-espèce, Equus caballus ferus. Cependant, les biologistes ont généralement ignoré cette règle et ont utilisé Equus ferus pour le tarpan afin d'éviter toute confusion avec les sous-espèces domestiquées.

Il est débattu si les petits chevaux errants vus dans les forêts d'Europe aux XVIIIe et XIXe siècles et appelés tarpan étaient en effet des chevaux sauvages, jamais domestiqués, hybrides du cheval de Przewalski et des animaux domestiques, ou simplement des chevaux sauvages. La plupart des études ont été basées uniquement sur deux spécimens conservés et la recherche à ce jour n'a pas lié positivement le tarpan aux animaux du Pléistocène ou de l'Holocène.


LE TARPAN RECONSTITUÉ

À partir de 1936, Tadeusz Vetulani, un scientifique polonais a reconstitué une race chevaline ressemblant au tarpan. Vetulani a travaillé à partir de poneys polonais supposés descendre d'un mélange de chevaux domestiques et de tarpans. Son travail a donné naissance à la race Konik Polski, très proche physiquement des tarpans originels (à l'exception de la crinière, qui est relativement longue, et non en brosse, comme chez le tarpan originel, et à l'exception des petites zébrures des membres).

Les frères Heck, créateurs de l'auroch de Heck, mèneront leur propre projet de « reconstitution » du tarpan. Le premier tarpan "reconstitué" naquit le 22 mai 1933 au zoo de Munich, sous le nom de "cheval de Heck". La race Konik Polski a été introduite dans certains milieux naturels, comme la réserve d'Oostvaardersplassen aux Pays-Bas, où elle participe à l'entretien des espaces.

La race portugaise sorraia semble également assez primitive. Elle a une apparence très proche de celle des tarpans et des zébrures sont même visibles sur les jambes (Tarpan reconstitué et Sorraia sont indifférenciables). La crinière est longue, montrant l'influence de la domestication. Des analyses génétiques montreraient une certaine proximité avec le tarpan.


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communTarpan
English nameTarpan
Eurasian wild horse
Español nombreTarpán
Caballo salvaje euroasiático
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdrePerissodactyla
FamilleEquidae
GenreEquus
Décrit parPieter Boddaert
Date1785



Satut IUCN

Espèce éteinte (EX)

SOURCES