Manimalworld

Baleine


puce Les baleines sont des mammifères marins appartenant à l'ordre des cétacés. Deux sous-ordres sont reconnus: les mysticètes (Mysticeti) et les odontocètes (Odontoceti). Les mysticètes regroupent les baleines à fanons et les odontocètes les baleines à dents. De nombreuses espèces de baleines, suite à une pêche intensive, sont en voie de disparition. Elles sont, en effet, recherchées pour leur chair et leur graisse. Aujourd’hui des traités internationaux limitent de façon très stricte la pêche à la baleine.


Les baleines
Les baleines



cachalot EVOLUTION

puce Tous les cétacés, y compris les baleines, les dauphins et les marsouins, sont les descendants de mammifères terrestres ayant appartenu à l’ordre des ongulés et plus précisément des Artiodactyla. Après l’extinction des dinosaures, il y a environ 65 millions d’années, les quelques mammifères terrestres qui ont survécus au cataclysme ont dû s’adapter et s’approcher des rivages pour se nourrir de poissons. Ces derniers ayant également échappé à l’extinction. Ce fut notamment le cas des ongulés, ancêtres des ichtyosaures.


puce A partir de là, les membres antérieurs vont s’adapter pour la nage évoluant ainsi en nageoire. Les membres postérieurs vont disparaître, et leur queue va suivre une lente évolution pour devenir une nageoire.


puce Parmi ces mammifères, on retrouve le mesonyx qui ressemblait à un gros chien à poils longs. Ses pattes comportaient 5 doigts munis non pas de griffes mais d’ongles robustes. Si le monde scientifique a longtemps cru que le mesonyx était l’ancêtre des baleines, on a récemment découvert qu’il s’agissait en fait du pakicetus. D’autres mammifères vont devenir marins comme l’ambulocetus ou le zeuglodon (Basilosaurus).


puce Avec l’arrivée de la période du miocène, on assiste à une véritable explosion du nombre d’espèces de baleines. C’est aussi à cette période que l’ordre se divise en deux : les odontocètes et les mysticètes.


Le zeuglodon est l’ancêtre des baleines modernes
Le zeuglodon est l’ancêtre des baleines modernes

cachalot ANATOMIE

puce Comme tous les mammifères, les baleines sont des animaux à sang chaud et doivent absolument respirer de l’air pour vivre. Sous la peau se trouve une épaisse couche de graisse pouvant atteindre 12 à 18 cm d’épaisseur. Cette graisse stockée permet d’isoler l’animal du froid des profondeurs. On a longtemps cru que la baleine était un poisson, mais la colonne vertébrale et un os pelvien résiduel nous rappelle rapidement que c’est bien un mammifère.


puce Les tailles et formes sont variées puisque le plus petit dauphin mesure moins de 1 m de long et le plus grand étant le rorqual bleu mesure environ 25 m de long, il est actuellement le plus grand animal de notre planète.


puce La forme du corps est fusiforme et les ailerons en forme de palette. L’extrémité de la queue se compose de 2 flets, qui propulsent l’animal grâce à un mouvement vertical, par opposition au mouvement horizontal d’une queue de poisson. Les membres antérieurs conservent un squelette comparable à celui d’une main, les phalanges étant incluses dans la peau. Il existe parfois un aileron dorsal, souvent prolongé par un repli cutané qui a son symétrique ventral.


puce Les baleines respirent par l’intermédiaire des évents. Les baleines à fanons en ont deux et les baleines à dents en ont un seul. L’évent est une fente arrondie protégée par un repli de fibres graisseuses et de puissants muscles en actionnent l’ouverture. Lorsqu’elle descend en plongée, la baleine inspire un volume d’air suffisant pour remplir ses poumons et l’évent se ferme automatiquement. La forme de l’évent diffère suivant les espèces et peut même aider à l’identification.


Anatomie d’une baleine
Anatomie d’une baleine

cachalot HABITAT

puce Les baleines vivent dans tous les océans du globe. Il existe deux facteurs qui déterminent la répartition des baleines dans les océans : la température des eaux superficielles et la quantité de nourriture disponible. Les baleines s’alimentent dans les zones d’upwelling (régions où les substances nutritives remontent en surface avec les eaux profondes) et les zones de rencontre de courants marins où se concentre le plancton.


Carte de répartition des baleines
Carte de répartition des baleines

cachalot ALIMENTATION

puce Le régime alimentaire des baleines varie selon qu’il s’agisse de baleines à fanons ou de baleines à dents, tout comme la manière de se procurer les proies est différente. Les baleines à fanons filtrent à travers leurs fanons leur nourriture composée de petits organismes comme le krill, le plancton ou encore de petits poissons. Les baleines à dents attrapent directement leur proie pour ensuite les avaler d’un seul coup. Leurs plats préférés sont les poissons et les calmars. Il arrive néanmoins qu’un bon repas soit composé de phoques et d’otaries.


La baleine à bosse est une baleine à fanons
La baleine à bosse est une baleine à fanons

cachalot REPRODUCTION

puce Les organes reproducteurs des baleines se trouvent à l’intérieur de leur corps. L’accouplement se déroule principalement dans les eaux chaudes ou tempérées. Il s’effectue généralement ventre contre ventre, bien que les stratégies varient selon les espèces de baleines.


puce La femelle atteint sa maturité sexuelle vers l’âge de 5 ou 7 ans. Dans le meilleur des cas, elle pourra engendrer un petit chaque année tout au long de sa vie. Malheureusement les jeunes baleineaux ne survivront pas tous et la femelle n’aura peut être pas l’occasion de concevoir chaque année de sa vie. Le succès de reproduction d’une femelle dépendra entre autres de ses qualités physiques, de la nourriture disponible, des conditions environnementales, de la taille de la population et de la présence de prédateurs.


puce Le mâle peut à l’instar de la femelle avoir plusieurs petits par année. Comme pour la plupart des espèces, il peut avoir l’occasion de s’accoupler avec plusieurs femelles. A savoir également que le mâle ne participe pas à l’éducation des baleineaux, laissant cette tâche à la mère ou encore à d’autres membres de la famille.


puce Comme pour tous les mammifères, la baleine est vivipare. Le baleineau se développe dans l’utérus de la mère. La période de gestation varie également selon les espèces. Chez les mysticètes, elle dure entre 10 et 13 mois alors que chez les odontocètes elle dure entre 10 et 17 mois. Cette période ne dépend aucunement de la taille de la baleine. Par exemple, un petit cétacé comme le marsouin commun restera 11 mois dans le ventre de sa mère, ce qui est autant qu’un rorqual qui est beaucoup plus gros. Le développement du globicéphale dure entre 15 et 16 mois, ce qui est plus long que pour le rorqual bleu, le plus gros bébé du monde.


puce Dès qu’il naît, le baleineau doit être capable de nager, de voir, d’entendre et de vocaliser. Dès sa naissance, il doit impérativement remonter à la surface afin de prendre sa première respiration et d’éviter la noyade. A peine né, il a les yeux bien ouverts et peut immédiatement suivre sa mère. La mère reste généralement près de son petit. Elle peut l’aider à venir respirer et le défendre. Souvent d’autres baleines du même groupe aident le baleineau en le protégeant.


puce Les cétacés à fanons allaitent leurs petits pendant environ 6 mois après quoi le baleineau est indépendant. Pour les cétacés à dents, les petites espèces allaitent pendant une période moins longue que les grosses espèces. Les dauphins, par exemple, allaitent pendant moins d’un an, alors que le grand cachalot l’allaitement peut aller jusqu’à 13 ans. Le jeune rorqual bleu engraisse de 4 kg par heure soit 95 kg par jour. La durée de l’allaitement dure 6 mois pour le petit rorqual et 8 mois pour le rorqual commun et le rorqual bleu. La période pendant laquelle la mère reste avec son petit est une période de transmission d’informations.


L’orque ou épaulard est une baleine à dents
L’orque ou épaulard est une baleine à dents

cachalot MIGRATION

puce Les migrations des baleines sont souvent motivées par un besoin de trouver des aires d’alimentation ou par un besoin de se reproduire. Pour ces raisons, on observe un va et vient das baleines entre les régions polaire l’été, qui se trouvent être des endroits propices et riches en nourriture, et les eaux plus chaudes en hiver afin de pouvoir s’y reproduire.


puce Les baleines se repèrent dans leurs déplacements grâce à la sensibilité de leur peau qui leur permet de différencier la température de l’eau et donc d’identifier les zones dans lesquelles elles se trouvent. On estime aussi que les baleines arrivent à distinguer les zones grâce aux variations de la force magnétique qui varient selon les endroits du globe.


puce Lors de ces cycles migratoires, les cétacés à fanons ne se nourrissent pas, vivant de leurs réserves de graisse pendant des périodes atteignant 8 mois dans l’année. Pour les femelles ayant des petits, la perte totale de poids peut atteindre 50% ce qui pour un rorqual bleu représente une perte de 81 tonnes.


puce Les baleines grises du Pacifique migrent au début de l’hiver vers le sud pour se reproduire dans les lagunes chaudes et peu profondes le long des côtes mexicaines. A partir du mois de février, elles repartent à nouveau vers le nord pour se nourrir le long de la côte de l’Alaska et dans la mer de Beaufort. Les mères restent dans les zones de reproduction un peu plus longtemps, afin de permettre à leur petit de prendre assez de force pour le long trajet qui les attend.


puce Les baleines à bosses suivent à peu près le même scénario. Elles se reproduisent autour des Antilles, migrant vers les côtes occidentales de l’océan Atlantique au printemps. Ensuite, elles se dispersent dans les zones d’alimentation entre le golfe du Maine et l’Islande. Une population moins importante migre entre la Norvège, l’Afrique occidentale et les îles du Cap-Vert. Les baleines à bosses du pacifique nord se reproduisent le long de la côte du Mexique, autour des îles Hawaii et des îles méridionales du Japon, se nourrissent le long des côtes du bassin Pacifique septentrional. La plupart des baleines australes restent au milieu de l’océan austral, mais certaines se nourrissent au bord de la banquise de l’antarctique. Leurs zones de reproduction côtières se situent principalement le long des côtes méridionales de l’Afrique, en Amérique du Sud et en Australie.


puce Les baleines à dents n’ont pas une migration aussi précise que celles à fanons. En fait, bon nombre d’entre elles sont nomades plutôt que migratrices. L’unique migration connue est celle du grand cachalot. Alors que les femelles et les jeunes mâles restent dans les eaux chaudes en été, les mâles adultes se dirigent vers les eaux polaires afin de se nourrir de calmars et rejoignent les femelles en hiver pour se reproduire.


puce Il est possible qu’avant la dérive des continents les lieux de migrations étaient beaucoup plus proches, et que les baleines ont simplement continué à se rendre à ces mêmes endroits tandis qu’ils s’éloignaient. Peut-être encore les cétacés à fanons se reproduisent-ils loin des eaux de l’Antarctique pour éviter la prédation de leurs petits par les orques, qui ne migrent pas. Ceci expliquerait, entre autres, que certains individus qui ne se reproduisent pas renoncent à la migration, économisant ainsi une grande quantité d’énergie. Les rorquals bleus et les rorquals communs, sont les voyageurs les plus puissants : on a signalé un rorqual commun se déplaçant à une moyenne de 17 km à l’heure sur 3 700 km.


Les observations de baleines albinos sont très rares
Les observations de baleines albinos sont très rares

cachalot MENACES

puce Les baleines ont été très longtemps chassées pour leur chair, et leur graisse qui fut largement utilisée par l’industrie cosmétique. Jusqu’en 1987, il existait des usines flottantes traitant la graisse sur place. A cause de cette chasse intensive, de nombreuses espèces sont en voie de disparition. Des traités internationaux limitent aujourd’hui de façon très stricte la chasse à la baleine. Aujourd’hui, cette pratique n’est plus justifiable (autant qu’un massacre puisse l’être). Pourtant, le Japon, la Corée et la Norvège continuent à prélever des cétacés au nom de la recherche. Ces pays invoquent entre autre l’impact négatif qu’auraient les cétacés sur les stocks de poissons dont leur économie dépend. Ils chassent des espèces en minimisant la menace d’extinction tout en avançant comme justification la recherche scientifique.


puce L’argument scientifique est largement contesté par des ONG telles que Greenpeace et Sea Shepherd constatant l’apparition de la chair de baleine aux menus des restaurants. Ces ONG considèrent qu’il s’agit là d’un détournement du moratoire. L’impact des cétacés sur l’écosystème est largement controversé et pourtant les faits parlent d’eux-mêmes. La disparition des baleines dans nos océans entrainerait irrémédiablement la disparition de nombreuses espèces de planctons dont dépendent de nombreux poissons et crustacés. Le cadavre des baleines est lui-même à la base d’une chaîne alimentaire océanique. Espérons que les jeunes générations des pays concernés prennent conscience de l’urgence à arrêter cette tuerie qui se fait au nom de la science.


puce Des sanctuaires de la paix ont été créés, en Antarctique en 1994, en Méditerranée en 1999 et en Polynésie française en 2002. Les plongeurs amis de la faune marine peuvent aller nager avec ces magnifiques animaux. Contrairement à l’homme qui se dit "évolué", la baleine fait preuve à notre égard d’un humanisme que nous leur avons toujours refusé.


puce Les baleines, comme toute autre espèce animale, méritent notre respect. Pour tous les visiteurs qui liront ce dossier, j’aimerai vous faire partager une citation que j’ai lu sur le site de Dinosoria à laquelle je vous demande de réfléchir : " n’oubliez pas que l’océan est une source inestimable de richesses. Si nous continuons à considérer nos océans comme des poubelles, dans quelques décennies, ils se transformeront en désert. Si dans le passé, l’extinction des espèces a été due à des phénomènes naturels; il est à craindre que les extinctions à venir soient le seul fait de l’Homme, à commencer par la notre".


La chasse à la baleine dans le monde
La chasse à la baleine dans le monde

cachalot MYTHES ET LEGENDES

puce De l’animal biblique jusqu’à la vedette de cinéma, le mythe de la baleine aura fait couler beaucoup d’encre. Dans le bestiaire des animaux légendaires, la baleine occupe une place de choix suscitant autant la terreur que la fascination. À travers les siècles et le monde entier, le mythe de la baleine a été colporté par des récits, des contes et des légendes.


puce Les fonds marins ont longtemps représenté un mystère peuplé de créatures ayant le pouvoir d’exercer le bien et le mal. Le passage par le ventre de la baleine symbolise à la fois le trésor caché, la descente aux enfers ou encore un passage initiatique avant la résurrection.


puce Dans la Bible, le Léviathan, parfois apparenté à une baleine, était capable de détruire le monde et d’avaler les âmes. Le prophète Jonas, jugé responsable d’une tempête qu’il avait prédite, est jeté à l’eau puis mangé par le "grand poisson". Il demeure dans son estomac trois jours et trois nuits avant d’être régurgité. Dans la tradition islamique, la baleine représente le symbole du support du monde et ses soubresauts sont des tremblements de terre.


puce La légende de Saint Brendan nous raconte que cet abbé irlandais vivant au VIe siècle accosta une île, y dressa un campement, alluma un feu jusqu’à ce qu’il s’aperçoive qu’il se trouvait sur le dos d’une baleine prête à plonger. Le roman de Melville, intitulé Moby Dick, raconte l’histoire d’un grand cachalot albinos qui sillonne les mers pour y semer le mal. Ayant perdu une jambe lors d’une rencontre avec la baleine blanche, le capitaine Achab, aspiré par la folie de la vengeance parcourt les océans du globe afin de le tuer. La rencontre sera fatale à son navire qui sombrera sous les assauts de Moby Dick.


puce Au Vietnam, la baleine est vénérée encore aujourd’hui comme une déesse par les pêcheurs des régions côtières. En récoltant leurs squelettes, ils vouent un culte spectaculaire aux baleines échouées qu’ils implorent pour une pêche fructueuse ou un voyage sans naufrage.


puce Alors qu’au Ve siècle, Aristote avait déjà avancé que les baleines étaient des mammifères, il faudra tout de même attendre la deuxième moitié du XXe siècle pour percer le miroir de notre imagination grâce à l’exploration scientifique. La recherche sur les cétacés, ne datant que de quelques dizaines d’années, a déjà apporté beaucoup de réponses. Mais tant de questions demeurent ! Les baleines suscitent toujours une vive passion. Certains d’entre eux sont devenus des vrais vedettes de cinéma. De quoi s’interroger sur l’empreinte que ces vieilles chimères ont laissé dans notre imaginaire collectif.


puce En effet, les baleines nous ressemblent suffisamment pour que nous puissions projeter sur elles notre vision du monde et nos affects en interprétant leurs comportements. Gageons, qu’au moment où les mythes s’essoufflent, la science nous livrera des clés pour mieux connaître ces animaux fascinants et leur rendre leur juste place dans la réalité du monde animal tout en préservant notre part de rêve.


Moby Dick selon le roman d’Herman Melville
Moby Dick selon le roman d’Herman Melville

cachalot CLASSIFICATION

puce Il est difficile de connaître le nombre exact d’espèces de cétacés car les scientifiques ne sont pas unanimes à ce sujet, certaines espèces considérées distinctes par certains étant regroupées dans une même espèce par d’autres.


puce Seules quelques espèces de cétacés sont connues du grand public telles que l’orque et le grand dauphin que l’on retrouve souvent captifs dans des parcs aquatiques. Parmi les géants marins les plus connus sont l’immense rorqual bleu, la charismatique baleine à bosse ou encore le mystérieux grand cachalot. Pourtant, les scientifiques distinguent plus de 90 espèces de cétacés classées dans deux groupes différents.


puce Les mysticètes sont les cétacés à fanons. Les odontocètes sont les cétacés à dents.


En anglais la baleine se nomme Whale
En anglais la baleine se nomme Whale


puce Il est difficile de connaître le nombre exact d'espèces de baleines car les scientifiques ne sont pas unanimes à ce sujet, certaines espèces étant considérées distinctes par certains et pour d'autres regroupées dans une même espèce. Le taxon regroupe 10 à 14 familles différentes selon les auteurs. Les analyses phylogénétiques effectuées dans les années 1990 montrent que les cétacés à dents et les cétacés à fanons sont bien issus de la même lignée de mammifères marins. Les baleines à dents sont de loin les plus nombreuses et les plus diversifiées, autant par leur forme et leur taille que par leur écologie. Ce groupe inclut le grand cachalot, le narval et le béluga, les baleines à bec de même que les dauphins et les marsouins.


puce Je vous invite ci-dessous à découvrir une liste complète des espèces répertoriées dans la famille des baleines :


etoile Les Mysticètes (Mysticeti)

puce Les Mysticètes, nom qui provient du grec "moustache", regroupe les baleines ou cétacés à fanons. Ce sont des animaux qui se nourrissent de krill principalement (crevettes). Ils utilisent leurs fanons comme un peigne pour filtrer les énormes quantités d'eau de mer qu'ils engloutissent dans leur bouche.



Baleine boréale - Balaena mysticetus

Baleine franche australe - Eubalaena australis

Baleine de Biscaye - Eubalaena glacialis

Baleine noire du Pacifique nord - Eubalaena japonica


Baleine de Minke - Balaenoptera acutorostrata

Rorqual de Rudolphi - Balaenoptera borealis

Rorqual de Bryde - Balaenoptera brydei

Rorqual bleu - Balaenoptera musculus

Rorqual commun - Balaenoptera physalus

Baleine à bosse - Megaptera novaeangliae


Baleine grise - Eschrichtius robustus


Baleine pygmée - Caperea marginata


Les mysticètes
Les mysticètes

etoile Les Odontocètes (Odontoceti)

puce Les Odontocètes regroupent les cétacés à dents. C'est le groupe le plus nombreux dans lequel on retrouve les dauphins, grands cachalots, globicéphales, etc... Leur régime alimentaire est principalement constitué de calmars (on dit qu'ils sont teutophages) et de poissons (Ichtyophages).




Delphinus





Lagenorhynchus


Lissodelphis


Sousa




Stenella


Tursiops

Dauphin de Commerson - Cephalorhynchus commersonii

Dauphin noir - Cephalorhynchus eutropia

Dauphin du Cap - Cephalorhynchus heavisidii

Dauphin d'Hector - Cephalorhynchus hectori

Dauphin Commun - Delphinus delphis

Dauphin commun à long bec - Delphinus capensis

Dauphin commun d'Arabie - Delphinus tropicalis

Globicéphale tropical - Globicephala macrorhynchus

Globicéphale noir - Globicephala melas

Dauphin de Risso - Grampus griseus

Dauphin de Fraser - Lagenodelphis hosei

Lagénorhynque à flancs blancs - Lagenorhynchus acutus

Dauphin à nez blanc - Lagenorhynchus albirostris

Dauphin de Peale - Lagenorhynchus australis

Dauphin sablier - Lagenorhynchus cruciger

Dauphin de Gill - Lagenorhynchus obliquidens

Dauphin obscur - Lagenorhynchus obscurus

Dauphin du Nord - Lissodelphis borealis

Dauphin aptère austral - Lissodelphis peronii

Dauphin de l'Irrawaddy - Orcaella brevirostris

Dauphin à aileron retroussé - Orcaella heinsohni

Dauphin d'Electre - Peponocephala electra

Tucuxi - Sotalia fluviatilis

Dauphin de Guyane - Sotalia guianensis

Dauphin à bosse du Pacifique - Sousa chinensis

Dauphin à bosse de l'Atlantique - Sousa teuszii

Dauphin tacheté pantropical - Stenella attenuata

Dauphin Clymène - Stenella clymene

Dauphin bleu et blanc - Stenella coeruleoalba

Dauphin tacheté de l'Atlantique - Stenella frontalis

Dauphin à long bec - Stenella longirostris

Dauphin à bec étroit - Steno bredanensis

Grand dauphin - Tursiops truncatus

Grand dauphin de l'océan indien - Tursiops aduncus

Dauphin Burrunan - Tursiops Australis



Béluga - Delphinapterus leucas


Marsouin à lunettes - Australophocaena dioptrica

Marsouin de Cuvier - Neophocaena phocaenoides

Marsouin commun - Phocoena phocoena

Marsouin de Californie - Phocoena sinus

Marsouin de Burmeister - Phocoena spinipinnis

Marsouin de Dall - Phocoenoides dalli



Kogia

Cachalot pygmée - Kogia breviceps

Cachalot nain - Kogia simus



Platanista

Dauphin de l'Indus - Platanista minor

Dauphin du Gange - Platanista gangetica


Berardius

Hyperoodon











Mesoplodon

Bérardie d'Arnoux - Berardius arnuxii

Bérardie de Baird - Berardius bairdii

Hypéroodon boréal - Hyperoodon ampullatus

Hyperoodon de l'Antarctique - Hyperoodon planifrons

Baleine de Sowerby - Mesoplodon bidens

Baleine à bec de travers - Mesoplodon bahamondi

Baleine d'Andrew - Mesoplodon bowdoini

Baleine de Hubbs - Mesoplodon carlhubbsi

Baleine à bec de Blainville - Mesoplodon densirostris

Baleine de Gervais - Mesoplodon europaeus

Mésoplodon Japonais - Mesoplodon ginkgodens

Baleine de Gray - Mesoplodon grayi

Baleine de Layard - Mesoplodon layardii

Baleine de True - Mesoplodon mirus

Mesoplodon "A" - Mésoplodon non Identifié

Mésoplodon du Pérou - Mesoplodon peruvianus

Baleine de Longman - Mesoplodon pacificus

Baleine de Stejneger - Mesoplodon stejnegeri

Tasmacète de Shepherd - Tasmacetus shepherdi

Baleine de Cuvier - Ziphius cavirostris


Les odontocètes
Les odontocètes


Fiche d'identité
Nom communBaleine
English nameWhale
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCetartiodactyla
Infra-ordreCetacea

cachalot SOURCES




haut de page