Manimalworld

Camelidae


Les camélidés (Camelidae) forment une famille de mammifères artiodactyles dont les membres comptent parmi les principaux grands herbivores des habitats arides. En plus du dromadaire (à une bosse) du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, et le chameau de bactriane (à deux bosses) qui vit à l'état sauvage dans les steppes de Mongolie, on compte encore trois autres espèces en Amérique du Sud dont l'alpaga, le lama et la vigogne. On ne compte que trois espèces américaines, car le guanaco n'est pas unanimement reconnu comme espèce distincte.


Camelidae
Les Camelidae



ORIGINE

Les premiers tylopodes sont apparus à la fin de l'éocène (parmi les premiers artiodactyles). Les camélidés se sont différenciés, il y a environ 40 à 45 millions d'années en Amérique du Nord, leur dispersion vers l'Amérique du Sud et l'Asie ayant eu lieu il y a 2 à 3 millions d'années seulement.

De nos jours, le lama et l'alpaga sont tous deux domestiqués. C'est dans la région pastorale du lac Titicaca et le plateau de Junin que la domestication de ces deux animaux a été attestée depuis 4 000 à 5 000 ans. Pour le dromadaire, certains pensent qu'il a été domestiqué en Arabie centrale et méridionale, il y a au moins 2 000 ans av. J.-C, tandis que d'autres l'estiment à 4 000 ans av. J.-C. De là, les animaux domestiques ont atteint l’Égypte et le Maghreb, puis l'Afrique orientale et l'Inde. Le chameau de bactriane a été domestiqué indépendamment du dromadaire, sans doute avant 2 500 ans av. J.-C., sur les plateaux de l'Iran septentrional et du Sud-Ouest du Turkménistan. De là, il s'est répandu vers l'Est jusqu'en Irak, en Inde et en Chine.


Camelidae map
Carte de répartition des camélidés

DESCRIPTION

Les camélidés diffèrent des autres ongulés par le fait qu'ils ne prennent pas seulement appui sur la pointe de la dernière phalange, mais surtout sur la dernière et l'avant-dernière. Les camélidés sud-américains sont adaptés aux terrains accidentés, et la sole de leurs pattes, moins large que celle des espèces de l'Ancien Monde, est mobile pour aider la progression en terrain rocheux ou graveleux.

La lèvre supérieure fendue, le long cou incurvé, l'absence de tenseur du fascia lata ainsi que des pattes qui paraissent très longues constituent autant de caractères des camélidés.

Toutes les espèces appartenant à cette famille ont une incisive supérieure isolée qui est crochue et acérée chez les mâles, ainsi que des canines aux allures de défenses présentes sur les deux mâchoires. Les camélidés ont des callosités osseuses à la poitrine et aux articulations des pattes.


ÉCOLOGIE

Les camélidés sauvages vivent généralement en groupes. Ce sont des animaux polygames, et un groupe comprend généralement un mâle et un harem de femelles. Chez certaines espèces, les mâles célibataires forment également des troupeaux. Toutes les espèces sont herbivores et se nourrissent principalement, mais pas exclusivement, de graminées. Ces animaux vivent généralement dans les zones arides ou semi-arides.

Les camélidés sud-américains se reproduisent saisonnièrement et s'accouplent couchés sur la poitrine. La copulation dure entre 10 et 20 minutes. Ils ne lèchent jamais les nouveau-nés et ne mangent pas le placenta. Les nourrissons sont vigoureux et peuvent suivre leur mère dans les 15 à 30 minutes après la naissance. Les camélidés africains et asiatiques s'accouplent à tout moment de l'année, mais le summum des naissances coïncide avec la croissance des plantes.


Camelidés
Les camélidés

POPULATION

La population estimée de camélidés est de 21,5 millions d'animaux.

En Amérique du Sud, on compte environ 7,7 millions de tylopodes (53 % au Pérou, 37 % en Bolivie, 8 % en Argentine et 2 % au Chili). Les alpagas et lamas domestiques (91 % du total) sont de loin plus nombreux que le guanaco et la vigogne. Les lamas (3,7 millions) sont un peu plus nombreux que les alpagas (3,3 millions), et les guanacos (575 000) restent plus nombreux que les vigognes (85 000). La plupart des alpagas (91 %) et des vigognes (72 %) vivent au Pérou. La majorité des lamas sont boliviennes et presque tous les guanacos se rencontrent en Argentine. Dans l'ensemble, le nombre d'alpagas croît, du fait de la valeur de leur laine, alors que les lamas régressent, puisqu'ils sont remplacés par les camions et les trains. Le guanaco voit ses effectifs se réduire, car on le chasse pour sa laine et son cuir, et aussi parce qu'il est en concurrence avec le bétail.

90 % des camélidés de l'Ancien Monde sont des dromadaire, dont 63 % vivent en Afrique. Le Soudan, l'Inde, la Somalie et l’Éthiopie détiennent les plus grandes populations de camélidés, la Somalie ayant de loin la densité la plus importante. Le nombre de tylopodes a fortement régressé ces dernières décennies dans certaines régions comme la Turquie, l'Iran et la Syrie. Ceci étant en partie dû à la sédentarisation forcée des nomades. Mais la population globale existante est restée relativement stable.

Une large population de chameaux retournés à l'état sauvage (n'ayant pas fait l'objet de comptage) occupe la région aride de l'intérieur du continent australien. Le domaine, autrefois très vaste, du chameau s'est fortement réduit, quoique certains subsistent en Afghanistan, en Iran, en Turquie et en Russie. En Chine et en Mongolie, il en subsiste probablement moins de 1 000 à l'état sauvage dans le désert de Gobi.


LES CAMÉLIDÉS ET L'HOMME

Le fait que les camélidés soient utilisés comme bêtes de bât, qu'on se serve de leur chair, laine, lait et bouse, les a rendus indispensables pour la survie des hommes des déserts et des régions de hautes montagnes.

La culture et l'économie de l'Empire inca tournaient autour du lama, lequel fournissait essentiellement un moyen de transport. Pendant le siècle qui a suivi l'invasion espagnole, une chasse anarchique, la désorganisation de la culture inca et l'introduction de moutons ont été responsables du déclin des lamas. De nos jours, le lama docile est toujours utilisé comme animal de bât, même s'il tend à être remplacé par les camions et le train.

Avant l'arrivée des Espagnols en Amérique du Sud, il existait peut-être 35 à 50 millions de guanacos dans les seules prairies de Patagonie. Cet animal est aujourd'hui protégé au Chili et au Pérou, mais pas en Argentine où des dizaines de milliers d'adultes et de juvéniles sont massacrés et exportés sous forme de pelleteries chaque année.

Comptant des millions d'animaux à l'aube du XVIe siècle, 400 000 au début des années 1950 et moins de 15 000 à la fin des années 1960, la vigogne est devenue un animal rare et en danger, placé sur la Liste rouge de l'IUCN en 1969. C'est désormais une espèce totalement protégée dont les effectifs augmentent à nouveau.

Les dromadaires sont d'importantes bêtes de bât sur toute leur aire de répartition, mais surtout appréciés pour leur viande, leur laine et leur lait. Le lait des camélidés est souvent la principale source de nourriture des nomades du Sahara occidental. Ceux-ci les utilisent pour le transport du matériel des campements et de l'eau. Les dromadaires jouent un rôle important dans la culture de ces nomades, ils sont offerts comme cadeau de mariage et en réparation des offenses.


LISTE DES ESPÈCES

Selon la classification actuelle de l'ITIS, la famille des Camelidae compte cinq espèces distinctes réparties en trois genres. À noter, que le statut du guanaco n'est pas clairement établi, dans la mesure où certains auteurs le considèrent comme une espèce distincte alors que d'autres, comme l'ITIS, le répertorient comme une sous-espèce de lama. Il en va également de même pour le chameau sauvage de Tartarie. Le statut de ces deux espèces n'étant pas encore unanimement accepté, la liste ci-dessous répertorie néanmoins les sept espèces, et reste donc non exhaustive :


* Camelus

* Chameau de bactriane - Camelus bactrianus

* Chameau sauvage de Tartarie - Camelus ferus

* Dromadaire - Camelus dromedarius


* Vicugna

* Alpaga - Vicugna pacos

* Vigogne - Vicugna vicugna


* Lama

* Guanaco - Lama guanicoe

* Lama - Lama glama


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreTylopoda
FamilleCamelidae
Décrit parJohn Edward Gray
Date1821

SOURCES