Manimalworld

Urodèle (Urodela)


Les urodèles (Caudata ou Urodela) appartiennent à un ordre d'amphibiens regroupant les salamandres et les tritons. À la différence des anoures (comme les grenouilles et les crapauds) et des gymnophiones, les urodèles gardent leur queue à l'état adulte et se déplacent en marchant ou en courant.


Urodela
Les urodèles (Urodela)



DESCRIPTION

Les salamandres et les tritons sont des animaux au corps allongé, à la queue longue et sont pourvus de deux paires de membres sensiblement d'égale longueur, certaines formes ayant cependant perdu l'une de ces deux paires. C'est pourquoi par leur constitution physique, les salamandres sont plus proches des tout premiers amphibiens fossiles que n'importe quel autre groupe d'amphibiens modernes.

Les urodèles ont en commun avec la plupart des autres amphibiens leur peau lisse et souple, dépourvue d'écailles et généralement humide. Cette peau remplit une fonction respiratoire. C'est à travers elle que l'oxygène pénètre dans l'organisme. Leur épiderme mue régulièrement. Chez certaines espèces il se détache en lambeaux, tandis que chez d'autres il tombe d'une seule pièce. Il est fréquent que l'animal dévore son ancienne peau, mais il arrive aussi qu'on la retrouve abandonnée dans la végétation aquatique.

Plusieurs espèces ont une queue suffisamment développée pour assurer leur mobilité dans l'eau. Comprimée latéralement, cette queue porte éventuellement une nageoire dorsale. Les deux paires de membres sont digitées. Chez certaines espèces, comme les Amphiumidae, les membres très courts n'ont aucune fonction locomotrice.

Pour la plupart des espèces d'urodèles, la peau humectée dont ils sont pourvus constitue le seul moyen d'échange de l'oxygène et de l'acide carbonique. En règle générale, les larves sont dotées de branchies externes très fines, tandis que les adultes sont pourvus de poumons. Certaines espèces, aussi bien aquatiques que terrestres, mettent également à contribution leurs parois buccales internes, aspirant et expulsant l'eau ou l'air par la bouche ou par les narines. Ce "pompage" buccale se matérialise par de rapides vibrations au niveau des bourrelets de peau situés sous le menton des salamandres et des tritons. Outre ses fonctions respiratoires, ce mécanisme permet à l'animal de flairer en permanence les odeurs présentes dans son environnement.

Les représentants de la famille la plus importante, les salamandres sans poumons, ont perdu les poumons de leurs ancêtres. Chez ces animaux, la respiration est assurée uniquement par la peau et les parois buccales. Certains vivent dans les rapides, où l'oxygène est très abondant, tandis que d'autres sont exclusivement terrestres. Les urodèles ayant élu domicile dans les eaux stagnantes, où l'oxygène est parfois extrêmement raréfié, ne respirent que par leurs poumons, ce qui les contraint à faire surface à intervalles réguliers pour recharger leurs poumons en air frais, ou par les branchies externes conservées par l'adulte depuis le stade larvaire.

Pour survivre dans l'eau, durant la saison des amours, le triton aquatique dispose de trois moyens de se procurer de l'oxygène : par la peau, les parois buccales et les poumons. La plupart du temps l'oxygène puisé dans l'eau, via la peau et la bouche, suffit à l'animal pour maintenir son niveau normal d'activité. En revanche, lors d'un regain d'activité, par exemple à la saison des amours, il lui faut remonter souvent à la surface pour avaler de l'air. Lorsqu'il fait surface pour recharger ses poumons, le triton devient extrêmement vulnérable aux prédateurs comme le héron. Par ailleurs, les jours de canicule, le triton a besoin de reprendre plus souvent sa respiration, car si la chaleur le rend plus actif, elle provoque néanmoins un abaissement considérable du niveau d'oxygène dans les plans d'eau.


Urodela 01
Anatomie d'une salamandre

ÉCOLOGIE

On retrouve les urodèles sur plusieurs continents comme l'Amérique (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Amérique centrale), en Europe, en Afrique, en Asie y compris le Japon et Taïwan. Certaines espèces sont entièrement aquatiques et d'autres exclusivement terrestres, mais il existe d'autres espèces qui partagent leur temps entre l'eau et la terre ferme. On rencontre les formes aquatiques dans les rivières, les lacs, les torrents de montagne, les mares, les marécages et les cavernes souterraines. Les espèces terrestres vivent généralement sous les rochers et les rondins, encore que certaines creusent très profond sous la terre et que d'autres grimpent jusque sur les grands arbres.

Les urodèles sont tous carnivores. Ils se nourrissent de petits invertébrés vivants comme les insectes, les limaces, les escargots et les vers. Ils sont pourvus d'une langue leur permettant d'humecter leur nourriture et de la ramener dans leur bouche. Chez certaines espèces, cette langue peut être dardée afin de capturer les petites proies.

Les oeufs des amphibiens caudés sont dépourvus de coquilles, celle-ci étant remplacée par une gelée protectrice. De même, il leur manque les membranes embryonnaires typiques chez les autres amphibiens et les reptiles. En règle générale, l'éclosion de l'oeuf donne naissance à une larve exclusivement carnivore, laquelle se développera jusqu'au stade de la métamorphose, où la progéniture atteindra sa forme adulte. La métamorphose fait intervenir toute une série de transformations complexes, à l'issue de laquelle le jeune triton ou la salamandre sera fin prêt pour entrer dans l'âge adulte, ce qui, pour le triton, coïncide avec passage de l'eau à la terre ferme.

Certaines espèces d'urodèles sont vivipares, et vont donc donner naissance à des petits complètement formés, mais en moindre quantité. D'autres sont ovipares, et pondent des oeufs dans l'eau peu profonde où ils vont éclore en larves aquatiques, qu'on nomme un têtard. Les petits portent alors des branchies externes, qu'ils perdent une fois qu'ils se métamorphosent en adultes et sortent de l'eau.

Plusieurs espèces ont des glandes qui vont sécréter un liquide toxique, irritant, ou au goût très amer, pour décourager les prédateurs de les attaquer. On doit être très prudent si on veut manipuler un urodèle, et porter des gants pour éviter tout problème. Quand l'hiver approche, dans les régions tempérées, certaines espèces vont se creuser un trou, utiliser un terrier d'animal, et se cacher sous terre en dessous de la ligne de gel. D'autres vont se cacher sous une roche, une bûche, ou autre objet afin d'hiverner jusqu'au printemps suivant.

Malgré leurs sécrétions défensives, beaucoup d'urodèles sont la proie d'oiseaux, de reptiles, de petits mammifères et de poissons.


Amphibiens 03
Cycle de vie d'un urodèle

LISTE DES FAMILLES

Selon la classification actuelle d'Amphibian Species of the World datant du 10 octobre 2013, l'ordre des urodèles compte 729 espèces différentes réparties en 9 familles distinctes :

* Ambystomatidae (37 espèces)

* Amphiumidae (3 espèces)

* Cryptobranchidae (3 espèces)

* Hynobiidae (71 espèces)

* Plethodontidae (476 espèces)

* Proteidae (8 espèces)

* Rhyacotritonidae (4 espèces)

* Salamandridae (122 espèces)

* Sirenidae (5 espèces)


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseAmphibia
Sous-classeLissamphibia
OrdreUrodela
Décrit parGotthelf Fischer von Waldheim
Date1813

SOURCES


Les animaux du monde entier (Les amphibiens et les reptiles)

Les bestioles, insectes et animaux

Cm2 de Saint-Ex

Wikipédia

Amphibian Species of the World

Smavas


Index du Manictionnaire
ABCDEFGHIJKLM
NOPQRSTUVWXYZ