Manimalworld

Civette de Malabar (Viverra civettina)


La civette de Malabar (Viverra civettina) est un mammifère carnivore appartenant à la famille des Viverridae. Présumée éteinte, cette civette fut redécouverte en 1987. Elle est probablement l'un des mammifères les plus rares et les plus menacés des Ghâts occidentaux. La civette de Malabar est également appelée Civette tachetée de Malabar.


Civette de Malabar (Viverra civettina)
Civette de Malabar (Viverra civettina)
© Arkive



DESCRIPTION

La civette de Malabar est une petite civette mesurant environ 33 cm de long pour un poids d'environ 6 kg. Les données proviennent d'un individu mâle conservé dans les jardins zoologiques de Trivandrum dans les années 1930.

La couleur du pelage est gris sombre. Sur le dos et les côtés sont corps est parsemé de grandes taches sombres. On observe également une marque noire sur la joue et deux lignes obliques sombres sur le cou. Ces marques sombres sont plus prononcées que chez la grande civette indienne. la gorge et le cou sont blancs. Une crinière de couleur noir commence entre les épaules. Sa queue est entourée de bandes noires séparées par cinq anneaux blancs, le dernier étant à deux pouces de la pointe. Les pieds sont sombres. La civette de Malabar diffère de la civette à grandes taches par la plus grande nudité de la plante des pieds. La peau de la plante des pieds est nue devant et sur ​​les côtés.


Viverra civettina
Viverra civettina

HABITAT

Au XIXe siècle, on trouvait la civette de Malabar sur toute la côte de Malabar en Inde. Elle habitait les forêts et les plaines richement boisées et parfois les forêts de montagnes. Elle était considérée comme abondante au Tranvacore.

Jusqu'aux années 1960, la déforestation massive à réduit la plupart des forêts naturelles dans l'ensemble du tronçon côtier des Ghâts occidentaux. À la fin des années 1960, l'espèce était considérée comme proche de l'extinction. En 1987, un individu a été aperçu dans le Kerala.

Cette espèce est endémique des Ghâts occidentaux de l'Inde. Elle a été enregistrée dans le sud de l'Inde au Kanyakumariin (dans l’État du Tamil Nadu) dans l'extrême sud de Honnavar dans le nord du Karnataka. Toutefois, sachant que la civette de Malabar a perdu la quasi-totalité de son habitat primaire, il est probable que l'espèce est maintenant représentée par des reliques de populations dans des habitats sous optimaux le long des contreforts et des pentes inférieures des Ghâts occidentaux.

Les entrevues menées au début des années 1990 chez les chasseurs locaux ont indiqué la présence de cette civette dans les zones protégées du Karnataka. Cependant, des caméras pièges installées dans les Ghâts du Karnataka et du Keral entre avril 2006 et mars 2007 n'ont pas permis de prendre la civette en photo.


Viverra civettina range map
Carte de répartition de la civette de Malabar

ÉCOLOGIE

La civette de Malabar est considérée comme une espèce nocturne. Elle est si insaisissable que peu d'informations existent sur sa biologie et son écologie en dehors de l'utilisation de l'habitat. Les enregistrements de cette espèce entre 1960 et 1990 ont été faits dans les vallées autour des zones riveraines, ce qui suggère que la civette de Malabar est tributaire des cours d'eau peu profonds. Les populations locales rapportent que l'espèce est nocturne, allant se nourrir dans les vallées la nuit puis se replie dans les forêts de broussailles et les plantations de noix de cajou le jour.


POPULATION

L'état de la population de la civette de Malabar est actuellement inconnu. L'espèce a été considérée comme proche de l'extinction à la fin des années 1960 et a été déclarée présumée éteinte par l'IUCN en 1978. L'espèce a été retrouvée par la Zoological Survey of India, qui a obtenu deux peaux de civettes de Malabar récemment tuées en 1987. Il y avait d'autres rapports de l'espèce dans les années 1980 et au début des années 1990. Cependant, il n'y a eu aucune observation ou de preuve de la survie de l'espèce depuis, conduisant les chercheurs à spéculer encore une fois sur sa probable extinction.


MENACES

La principale menace pour la civette de Malabar est la perte et la dégradation de l'habitat forestier. Les forêts naturelles ont complètement disparu dans toute l'étendue des côtes des Ghâts occidentaux.

Par le passé, cette espèce a été largement utilisée pour recueillir l'huile de civette. Elle est maintenant menacée par la perte de l'habitat et les tueries commises en représailles lorsqu'elle s'attaque aux volailles. Cette espèce est gravement menacée par la destruction de l'habitat et la fragmentation, ainsi que par la chasse, comme cela se produit en dehors des zones protégées.


STATUT ET CONSERVATION

La civette de Malabar est classée comme En danger critique (CR) sur la Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN. Elle est inscrite à l'annexe I, partie I de la Loi (protection) Indian Wildlife de 1972.

La civette de Malabar ne se produit pas dans les aires protégées et le développement des aires protégées dans sa gamme est peu probable en raison de populations humaines denses. Plusieurs enquêtes ont été menées pour tenter de localiser les populations restantes de l'espèce, dont la plus récente qui a été réalisée par le Wildlife Trust of India en 2006 - 2007. Cette enquête de douze mois comprend des entrevues avec des membres de la communauté locale, la caméra, le trapping fécale et des opérations de recherches de nuit. Cependant, aucune preuve concluante de l'existence de cette civette n'a été obtenue depuis plus d'une décennie.

Des enquêtes de terrain pour identifier l'emplacement des populations restantes sont nécessaires d'urgence, ainsi que la recherche sur son écologie et les menaces dont elle doit faire face. Ces informations aideront à l'élaboration d'une stratégie de conservation de la civette de Malabar. L'élevage en captivité et pour une future réintroduction (si les zones non perturbées appropriées existent) peuvent également être nécessaires. En outre, la sensibilisation parmi le personnel du département des forêts, les communautés locales, chercheurs et membres de la communauté scientifique a également été recommandée.


SAVIEZ-VOUS QUE ?

* La civette de Malabar est endémique des Ghâts occidentaux.

* La civette à grandes taches (Viverra civettina) était autrefois considérée comme une sous-espèce de civette de Malabar. Elle est aujourd'hui reconnue comme une espèce distincte.

* Les principales menaces pour la civette de Malabar sont la perte et la dégradation de ses habitats.

* Il n'y a pas eu de rapports publiés sur des observations de la civette de Malabar depuis plus de dix ans.

* Classée comme éteinte en 1978, la civette de Malabar a été redécouverte neuf ans plus tard.


CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communCivette de Malabar
Autre nomCivette tachetée de Malabar
English nameMalabar large-spotted civet
Español nombreCiveta de manchas grandes de Malabar
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreFeliformia
FamilleViverridae
Sous-familleViverrinae
GenreViverra
Nom binominalViverra civettina
Décrit parEdward Blyth
Date1862



Satut IUCN

En danger critique (CR)

SOURCES