Manimalworld

Castor


Les castors sont des rongeurs semi-aquatiques appartenant à la famille des castoridés (Castoridae). Deux espèces vivent encore le castor du Canada et le castor d'Europe formant tous deux le genre Castor. Il existe également deux autres espèces de rongeurs d'aspect comparable portant comme nom commun "castor", le Ragondin (castor des marais) et l'Aplodonte (castor de montagne).


Castor
Les Castors



DESCRIPTION

Les castors se distinguent par leur queue plate et écailleuse, leurs pattes arrière palmées, leurs énormes incisives, et par la structure originelle de leur gorge et du tractus gastro-intestinal. Leurs barrages favorisent la diversité écologique, affectent la qualité de l'eau et son débit ainsi que la transformation des paysages.

Par la taille, les castors sont les deuxièmes rongeurs après le capybara. Ce sont des animaux parfaitement adaptés à une vie semi-aquatique, avec un corps fuselé et des pattes arrière largement palmées. La grande queue du castor lui permet à la fois de se diriger et de se propulser, et peut-être fléchie de haut en bas pour donner un élan brusque à l'animal. Lorsque le castor plonge, son nez et ses oreilles sont obturés, et une membrane translucide recouvre ses yeux. La gorge peut être bouchée par l'arrière de la langue, et les lèvres peuvent être closes derrière les incisives de manière que l'animal puisse grignoter et transporter des branches sous l'eau sans étouffer.

Sur la terre ferme, le castor est lent et balourd. Il dandine laborieusement sur ses grosses pattes arrière et sur ses pattes avant courtes et réduites. Sa posture, nez en bas et bassin en l'air, est disgracieuse. En cas de danger, il galope et sautille comme il peut en direction de l'eau.


Castor 01
Illustration du castor

HABITAT

Le castor du Canada se rencontre sur une grande partie du continent nord-américain (son domaine d'origine), grâce aux diverses sociétés et associations de protection de la nature. À l'est des États-Unis, il avait presque été éradiqué à la fin du XIXe siècle. Des populations d'Amérique du Nord ont été introduites en Finlande, en Russie (isthme de Carélie, bassin de l'Amour et la presqu'île du Kamtchatka) et en Pologne.

Jadis, le castor d'Europe était largement répandu en Eurasie, mais il ne survit plus désormais qu'en populations isolées, en France (Rhône), en Allemagne (Elbe), en Scandinavie et dans le centre de la Russie.


Castoridae distribution
Carte de répartition des castoridés

ALIMENTATION

Les castors sont des herbivores dont le régime alimentaire varie au gré des saisons. Au printemps et en été, ils consomment des plantes ou des parties de plantes non ligneuses comme les feuilles, les herbes, les fougères, les graminées et les algues. En automne, ils choisissent les éléments fibreux qu'ils trouvent sur une variété d'arbres, préférant toutefois les trembles et les saules. La digestion des matières coriaces et de la cellulose est améliorée par la fermentation due aux bactéries installées dans le cæcum, et par l'ingestion du contenu de cet organe. Les castors sont cæcotrophes (comme la marmotte), c’est-à-dire qu'ils digèrent deux fois les aliments en ravalant leurs crottes molles.

Grâce à leurs dents remarquables, les castors sont capables d'abattre des arbres, pour s'en nourrir ou en faire un matériau de construction. Comme toutes les incisives des rongeurs, celles des castors sont développées et croissent aussi vite qu'elles sont usées par le rongement.

En région septentrionale, les castors emmagasinent en automne des morceaux de bois comestibles en prévision de l'hiver. Ceux-ci sont stockés sous l'eau, près de la hutte hivernale des animaux. L'eau agissant comme un réfrigérateur, elle maintient les branches près de 0°C, ce qui préserve leur valeur nutritive.


Castor herbivore
Le castor est un mammifère herbivore

REPRODUCTION

Les castors sont des animaux monogames. Ils restent fidèles à leur partenaire tout au long de leur vie. L'accouplement a lieu dans l'eau en hiver. Les petits naissent dans la hutte familiale après une période de gestation d'environ 105 jours. Une portée compte généralement entre 2 et 4 petits. Les nouveau-nés naissent avec une fourrure complète, les yeux ouverts et ils sont en mesure de se déplacer dans la hutte. Ils sont capables de nager au bout de quelques heures, mais leur petite taille et leur fourrure dense les rend trop légers pour bien nager sous l'eau et ils restent donc dans la hutte. Les jeunes tètent pendant environ 6 semaines et tous les membres de la famille s'affairent pour leur apporter des aliments solides, le mâle étant le plus actif. La maturité sexuelle est généralement atteinte vers l'âge de 3 ans, moment auquel les jeunes castors sont alors chassés de leur cellule familiale.


Castor 02
Castor d'Europe de la péninsule ibérique

COMPORTEMENT

Les castors vivent en petites unités familiales (souvent nommées "colonies" par erreur) qui sont généralement composés d'un couple adulte avec la portée de l'année (ou antérieure), et éventuellement un adulte ou plus ayant plus de 24 mois. Les subadultes ne se reproduisent généralement pas. Le système social des castors est unique chez les rongeurs. Chaque famille occupe un territoire individuel discret. Dans les latitudes septentrionales, les mâles et les femelles sont monogames et leurs relations sont de longue durée. Leur vie familiale est exceptionnellement stable, elle est fondée sur un taux de naissance faible (une portée de 1 à 5 petits par an chez le castor d'Europe et jusqu'à 8 chez son cousin américain), une longévité importante, et des soins aux petits de qualité. Dans la hiérarchie de la cellule familiale, les adultes dominent les jeunes et ces derniers dominent les petits, chacun indiquant son statut par l'intermédiaire de sons, de postures et de gestes. Les agressions entre individus sont relativement rares.

Pour communiquer, les castors utilisent des marques odorantes qu'ils placent fréquemment aux abords des plans d'eau occupés par leur famille. Les marques du castor du Canada sont déposées sur des petits monticules de matériaux récupérés sous l'eau et laissés sur la berge, alors que le castor d'Europe met ses marques directement sur le sol. L'odeur, produite par les glandes piriformes exsudant le "castoréum" et par les sécrétions anales, est âcre et musquée. Bien que tous les membres de la famille participent au marquage, les mâles adultes déposent le plus de marques. Celles-ci sont plus intenses au printemps et fournissent probablement des informations sur la famille résidente pour repousser les individus isolés et les familles adjacentes.

Les castors communiquent également en frappant leur queue sur l'eau. Les adultes utilisent cette technique plus souvent que les juvéniles, généralement quand ils repèrent quelque chose d'anormal. Ce claquement constitue un avertissement pour les autres membres de la famille qui plongent rapidement au fond de l'eau et peut éventuellement effrayer les prédateurs.


Castor 03
Castor d'Europe

ACTIVITÉS CONSTRUCTRICES

Avec leurs constructions, les castors modifient l'environnement de manière à obtenir une protection optimale face aux prédateurs, une meilleure stabilité pour leur habitat et une exploitation plus efficace des ressources alimentaires. La construction des canaux est l'activité architecturale des castors la moins complexe et sans doute la plus ancienne. Ils utilisent leurs pattes avant pour prélever de la boue et des sédiments au fond des rivières peu profondes et dans les pistes boueuses. Un dragage et un dépôt de matériaux répétés créent un canal permettant aux castors de rester dans l'eau lorsqu'ils passent d'une mare à l'autre. Cette pratique est plus fréquente en été, lorsque le niveau de l'eau est bas et quand tous les membres de la famille peuvent participer.

Les barrages sont placés en travers des cours d'eau pour retenir l'eau. Ceux-ci sont fabriqués à base de boue, de pierres, de bâtons et de branchages. Dans les régions septentrionales, les plans d'eau ainsi créés rendent les huttes des castors plus efficaces contre les prédateurs et leur permettent d'utiliser des aliments plus éloignés et plus volumineux. Ces constructions doivent également être suffisamment profondes pour que la famille puisse nager sous l'eau, du terrier au stock d'aliments. Le bruit de l'eau qui s'écoule et les repères visuels incitent les castors à construire des barrages. Pour ce faire, ils utilisent leurs pattes antérieures agiles pour racler la boue, les petits galets et la terre du fond des cours d'eau et transportent les matériaux vers la digue. Les bâtons et les branchages sont emmenés avec les incisives vers la retenue. Les branches constituent l'ossature du barrage et retiennent la boue et les brindilles. Les animaux continuent d'apporter de la boue et des branchages de manière à allonger et élever de plus en plus le barrage. Certains peuvent atteindre jusqu'à 3 m de haut et 100 m de long.

La construction des digues est plus intense en période de crues, surtout au printemps et en automne, même si des matériaux peuvent être rajoutés toute l'année. Les adultes et les juvéniles participent à la construction, les femelles étant plus actives que les mâles, notamment la femelle adulte d'une famille.


Barrage de castor
Illustration d'un barrage de castor d'Europe

castorPRÉDATEURS

En Europe, les castors ont eu pendant très longtemps de nombreux prédateurs sauvages. Ceux-ci ont depuis régressé, car ils ont également été pourchassés par l'homme. Néanmoins, le castor a aussi fait l'objet d'une chasse intensive, et il a continué à régresser alors que ses prédateurs naturels n'étaient quasiment plus présents dans l'essentiel de leur aire naturelle de répartition, tel le loup, le lynx ou l'ours brun en Europe de l'Ouest. Jusqu'aux XIXe et XXe siècles les trappeurs ont chassé intensivement le castor pour sa fourrure, notamment en Russie et Sibérie, ainsi qu'au Canada. En Amérique, les principaux prédateurs du castor sont le loup, le coyote, l'ours et le lynx.


castor et lynx
Lynx juvénile VS castor du Canada

MENACES

Les constructions des castors, et leurs inondations peuvent entraîner des dégâts aux constructions humaines, d'où le risque de conflits. Leur mode de vie et d'alimentation peut également entrer en conflit avec les pratiques sylvicoles ou agricoles, car le castor ne dédaigne pas manger dans les champs quand ils sont cultivés près d'une berge.

La chasse est la principale menace pesant sur les castors. Ils sont faciles à piéger et l'homme les chasse depuis l'Antiquité pour sa fourrure, sa viande et la substance huileuse sécrétée par les glandes sexuelles situées en dessous de la queue, appelée castoréum. Cette chasse les a conduits à l'extinction sur une grande partie de leur aire naturelle de répartition avant même le milieu du XXe siècle. Alors que le castor avait déjà presque disparu en Europe de l'Ouest, aux XVIIIe et XIXe siècles, la demande de fourrure se reporte vers le castor du Canada qui est aussi chassé pour son castoréum par les trappeurs, au point qu'il a rapidement disparu d'une grande partie de l'Amérique du Nord. L'impact écologique de sa disparition a déclenché le lancement de programmes de réintroduction, qui lui ont permis de réintégrer certaines zones desquelles il avait disparu.

Dans de nombreux pays, il pâtit de sa ressemblance avec le ragondin et avec le rat musqué, espèces invasives et considérées comme nuisibles car dégradant fortement les berges. Il est parfois empoisonné par les appâts empoisonnés destinés à éliminer les rats musqués. Des mesures permettant de protéger les castors de ces appâts sont actuellement en court.


Castor illustration
Illustration du castor
Auteur: Alban Larousse

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communCastor
English nameBeaver
Español nombreCastor
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreRodentia
FamilleCastoridae

Beaver
En anglais, le castor est appelé Beaver

SOURCES