Manimalworld

Isard (Rupicapra pyrenaica)


L'isard (Rupicapra pyrenaica) est un mammifère herbivore appartenant à la famille des bovidés (Bovidae). C'est une des deux espèces formant le genre Rupicapra, la seconde étant le chamois (Rupicapra rupicapra). L'isard est l’archétype de l’animal montagnard, capable de courses et de dénivelés impressionnants.


Isard (Rupicapra pyrenaica)
Isard (Rupicapra pyrenaica)



DESCRIPTION

L'isard est un ongulé de taille moyenne. Il se différencie du chamois par sa taille sensiblement plus petite. Il mesure entre 100 et 110 cm de long, de 70 à75 cm de haut, pour un poids allant de 20 à 40 kg. Le dimorphisme sexuel est présent chez cette espèce, les mâles étant plus lourds que les femelles. Mâles et femelles portent de minces cornes noires mesurant entre 15 et 20 cm de long.

Le pelage est de couleur rougeâtre en été. Les bandes jugales brunâtres et les parties claires de la tête, jaune paille, ressortent peu. En hiver, son pelage est bien plus coloré. Les flancs, le bas des cuisses et les membres sont brun foncé, la partie postérieure de la croupe, le haut des cuisses et les épaules d’un beige plus ou moins grisâtre. La queue et la raie dorsale sont noires, le ventre d’un blanc plus ou moins pur. Les taches claires de la tête sont blanchâtres ou crème, celle de la gorge descendant très bas pour se terminer en pointe à la base du cou. La fameuse écharpe est très visible chez les mâles, elle est formée de deux bandes sombres qui partent de la base des oreilles et se terminent sur les pattes.


Rupicapra pyrenaica
Rupicapra pyrenaica

HABITAT

L'isard est une espèce endémique en Europe du sud-ouest, où il se produit en trois sous-espèces :

- Rupicapra pyrenaica ornata se trouve dans trois parcs nationaux en Italie dont les Abruzzes, la Majella et Gran Sasso e Monti della Laga

- Rupicapra pyrenaica pyrenaica se trouve dans les montagnes pyrénéennes, le long de la frontière entre l'Espagne et la France (y compris Andorre)

- Rupicapra pyrenaica parva se produit dans les monts Cantabriques (Espagne)

L'isard reste généralement au-dessus de 1 800 mètres dans les alpages pendant les mois chauds de l'année. À la fin de l'automne et en hiver, il entre dans les terres en-dessous 1 100 mètres, tout en restant généralement sur des pentes raides.


Rupicapra pyrenaica map
Carte de répartition de l'isard

ALIMENTATION

L'isard est un mammifère herbivore dont le régime alimentaire se compose essentiellement de plantes herbacées, graminées et légumineuses. En hiver, tant qu'il peut dégager la neige pour atteindre sa nourriture, il continue de consommer des graminées plus ou moins sèches ainsi que d'autres végétaux comme la myrtille, l’airelle, le raisin d’ours ou le genévrier. Lorsque la couche de neige devient trop importante, il est contraint de s’alimenter aux dépens d’arbres et d’arbustes qui dépassent de sa surface. Il consomme alors des bourgeons, des rameaux, voire des écorces de feuillus et de conifères, ainsi que des mousses et des lichens. L'isard n'a pas besoin de boire beaucoup d'eau dans la mesure où il trouve l'eau nécessaire à sa survie dans les aliments qu'il consomme ainsi qu'avec la rosée. Comme tous les ruminants, il est friand de sel qu’il trouve sous la forme de suintements à la surface de certaines roches.


Isard 03
L'isard est un mammifère herbivore

REPRODUCTION

La saison de reproduction de l'isard se déroule en automne. Vers la mi-octobre, les mâles qui, jusque là, se tenaient à l'écart des femelles, les rejoignent en ordre plus ou moins dispersé annonçant le début du rut qui va durer tout le mois de novembre et la plus grande partie de décembre. Après une période de gestation de 160 à 170 jours, la femelle met au monde un seul chevreau qu'elle va élever seule. Elle allaite son petit jusqu'à l'âge de 2 mois, bien qu'il commence à manger des aliments solides après quelques semaines seulement. Au-delà de deux mois, il se nourrit comme sa mère, ce qui ne l’empêche pas de téter de temps à autre jusqu’au sevrage définitif qui intervient au plus tard au moment des pariades. La maturité sexuelle est atteinte vers l'âge de 1 an et demi pour les deux sexes, mais les mâles ne pourront se reproduire qu'à partir de leur troisième ou quatrième année de vie. L'espérance de vie de l'espèce de 22 ans au maximum.


Isard 02
Gros plan d'un jeune isard

COMPORTEMENT

L'isard peut vivre toute une année sur une étendue de l’ordre de quelques dizaines à quelques centaines d’hectares. C’est leur domaine vital annuel. Les femelles sont plutôt sédentaires. Les jeunes mâles et les adultes sont beaucoup plus nomades. Ils fréquentent successivement plusieurs petits domaines, plus ou moins éloignés les uns des autres, dont ils changent souvent. À partir d’une dizaine d’années, ils se sédentarisent et leur comportement s’apparente alors à celui des femelles. Les femelles et les jeunes forment des troupeaux de 15 à 30 individus, le nombre variant selon les saisons. Durant les mois d'hiver, les femelles s'isolent pour donner naissance au printemps.

Classiquement, l'isard est considéré comme un animal diurne. Toutefois, grâce au radiopistage, on sait aujourd’hui qu’il peut avoir une activité nocturne importante, mais on ne dispose pas encore d’informations suffisantes pour la décrire. Durant la période diurne, son activité principale est l’alimentation. Il y consacre habituellement près de la moitié du temps. Viennent ensuite, par ordre d’importance, les phases de repos, durant lesquelles s’effectue la rumination, puis les déplacements. Le reste est employé aux relations sociales, à l’observation et, chez les jeunes, aux activités ludiques. L'isard est un animal gracieux et agile. Il peut effectuer des sauts de près de 2 m de haut sur une distance de 6 m. Il peut également courir à une vitesse de 50 km/h sur terrain accidenté.


Isard 01
L'isard est un mammifère des montagnes

MENACES

Les menaces qui pèsent sur l'isard varient sur les différentes parties de son aire de répartition. En Italie, la sous-espèce Rupicapra pyrenaica ornata pourrait être vulnérable à de nombreux facteurs dans la mesure où les effectifs sont assez faibles. Il n'existe que trois sous-populations et la variabilité génétique est très faible. Le manque d'espace et la concurrence pour la nourriture avec le bétail, en particulier les chèvres domestiques, semblent être les principaux facteurs limitant. Le braconnage existe également, mais ne semble pas nuire à la viabilité de la population dans le parc national des Abruzzes.

Si les maladies n'affectent pas la sous-espèce italienne, il n'en est pas de même avec les autres vivant en Espagne et en France. Les épidémies de gale causent périodiquement des déclins locaux de la sous-espèce Rupicapra pyrenaica parva. En Espagne et dans les Pyrénées, l'isard cohabite avec le bétail domestique, mais il ne semble pas y avoir de problèmes de concurrence pour la nourriture. En effet, dans les Pyrénées la présence d'animaux domestiques est considérée comme bénéfique pour l'isard en maintenant une herbe de bonne qualité.

La plupart des populations pyrénéennes et cantabriques sont chassées (à l'exception de l'intérieur des parcs nationaux). La chasse est gérée avec soin et les recettes de la chasse sont redonnées à la communauté locale. En Espagne, les gouvernements régionaux fixent des quotas, et la chasse n'est pas à un niveau insoutenable. En France, la chasse est essentiellement une activité de loisirs récréative et à but non lucratif, et les quotas annuels moyens sont de moins de 10 % des populations recensées. C'est durable, avec seulement quelques exceptions locales.


Isard 04
Gros plan d'un isard

STATUT ET CONSERVATION

L'isard n'est actuellement pas considéré comme une espèce menacée. Il est inscrit dans la catégorie Préoccupation mineure (LC) sur la Liste rouge de l'IUCN. L'espèce est également inscrite à l'Annexe III de la Convention de Berne et à l'annexe V de la directive Habitats Faune-Flore.

En Espagne, l'espèce est présente dans trois parcs nationaux, au moins 10 parcs naturels, et un certain nombre d'autres réserves. En France, il se produit dans un certain nombre de zones protégées. Une étude de la dynamique des populations est en cours en France, ainsi qu'une étude détaillée de la taille et la distribution de la population. En France, il existe un plan de chasse qui est conçu pour corriger les déséquilibres géographiques en nombre et en répartition, mais pourrait être difficile à atteindre. Un important effort de restauration a été effectué dans les Pyrénées françaises entre 1981 et 2000, impliquant la translocation de plus de 600 personnes. En Andorre, il ya quelques petites réserves avec des quotas de chasse.

En Italie, la population autochtone de la sous-espèce Rupicapra pyrenaica ornata habite Parc National des Abruzzes, et toutes les réintroductions et introductions récentes et prévues sont dans des zones protégées. Un groupe de 22 spécimens ont été réintroduit dans le massif de la Majella entre 1991 et 1994. Plus récemment, 26 autres ont également été lâchés dans le massif du Gran Sasso, en collaboration avec les villageois. Une population d'élevage en captivité (au nombre de 18 en 2006) est maintenue dans quatre grands enclos en autant de parcs nationaux.

Rupicapra pyrenaica ornata est strictement protégé en vertu de la législation nationale et internationale. Il est inscrit à l'Annexe II de la Convention de Berne, annexe II et l'annexe IV de la directive Habitats Faune-Flore, et en Annexe I de la CITES, et en tant que "Espèces protégées" en vertu du droit de chasse italien.

Les priorités futures pour l'espèce dans son ensemble comprennent d'étendre la surveillance à toutes les populations, et à accroître la connaissance de la démographie et de l'impact de la chasse. Il est particulièrement important qu'une surveillance soit mise en place en dehors des parcs nationaux, où l'isard est chassé.


Rupicapra pyrenaica pyrenaica
Rupicapra pyrenaica pyrenaica

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît deux sous-espèces distinctes d'isard :

- Rupicapra pyrenaica ornata

- Rupicapra pyrenaica pyrenaica

L'isard cantabrique (Rupicapra pyrenaica parva) est aujourd'hui rattaché à la sous-espèce Rupicapra pyrenaica pyrenaica, bien que l'IUCN continu de la reconnaître comme sous-espèce distincte.


Rupicapra pyrenaica ornata
Rupicapra pyrenaica ornata

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communIsard
English namePyrenean chamois
Español nombreRebeco pirenaico
Sarrio
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleBovidae
Sous-familleCaprinae
GenreRupicapra
Nom binominalRupicapra pyrenaica
Décrit parCharles Lucien Bonaparte
Date1845



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

Pyrenean chamois
En anglais, l'isard est appelé Pyrenean chamois

VOIR AUSSI


* Chamois


SOURCES