Manimalworld

Yak (Bos mutus)


Le yak (Bos mutus) est mammifère ruminant originaire de l'Himalaya appartenant à la famille des Bovidae. Bos mutus est le nom scientifique accepté par l'IUCN afin de différencier le yak sauvage du yak domestique (Bos grunniens). L'ITIS ne reconnaît pas ce nom vernaculaire et nomme le yak sauvage avec le même nom scientifique que le yak domestique.


Yak (Bos mutus)
Yak (Bos mutus)



DESCRIPTION

Le yak sauvage est un mammifère imposant mesurant jusqu'à 3,25 m de long du bout du museau jusqu'à la base de la queue, 2 m de hauteur d'épaule pour un poids allant de 305 à 820 kg. La queue mesure environ 60 cm de long. Le yak domestique est moins lourd, son poids variant de 225 à 580 kg.

Le pelage du yak sauvage est brun noirâtre avec des poils longs couvrant la totalité du corps, queue comprise. Pour se protéger contre le froid extrême du Tibet, le yak sauvage a un sous-poil dense de fourrure douce et étroitement emmêlée. Mâles et femelles ont des cornes qui poussent sur les côtés de la tête se courbant vers le haut à mi-chemin. Les cornes des femelles sont plus courtes que celles des mâles, atteignant seulement 51 cm, par rapport à celles des mâles qui peuvent mesurer jusqu'à 95 cm. Les jambes sont relativement courts et ont de larges sabots qui sont légèrement évasés pour faciliter la marche dans la neige épaisse.

Les populations domestiquées de yak ont, en revanche, des jambes plus courtes, des teintes de pelage plus variées et des cornes plus petites pouvant parfois être totalement absentes.

Les yaks, sauvages et domestiques, sont dotés de grands poumons, un nombre élevé de globules rouges, et une concentration plus élevée d'hémoglobine que la plupart des autres bovidés. Tous ces facteurs permettent à l'animal de vivre et de prospérer à des altitudes plus élevées que d'autres animaux.


Bos mutus
Bos mutus

HABITAT

Autrefois, le yak sauvage était très répandu sur l'ensemble du plateau tibétain au nord de l'Himalaya. Aujourd'hui, il ne subsiste que dans des zones reculées de cette région là où les perturbations humaines sont peu fréquentes. Quelques yaks sauvages ont été observés dans la vallée Chemmo Chang du Ladakh dans l'est du Cachemire, en Inde.

L'espèce est considérée comme éteinte au Népal et au Bhoutan. Jusqu'à ces dernières décennies, le yak sauvage vivait encore au nord du Népal, mais il n'existe aucune preuve que le yak y vive encore et est considéré comme éteint dans ce pays. En Chine, l'espèce est présente en populations dispersées sur le plateau tibétain (Gansu, Qinghai, Xinjiang, Tibet). Les principales populations restantes vivent dans la réserve Tang Chang, couvrant 284 000 km² dans le nord du Tibet, ainsi que dans la région du sud-est Arjin Shan Xinjiang, et la réserve naturelle de Kekexili dans le Qinghai et les régions adjacentes des monts Kunlun. Il y a également quelques populations isolées au nord et au sud de la principale population, dans le centre-ouest du Tibet, le centre-sud du Qinghai et à l'ouest du Gansu.

Le yak sauvage vit dans les régions désertiques et froides de la toundra alpine, notamment dans les régions montagneuses inhabitées entre 4 000 et 6 000 m d'altitude. Ces régions sont soumises à des températures tombant en dessous de -40° C, beaucoup de grêle et de neige, des lacs salés et une végétation clairsemée. Le yack sauvage passe les mois les plus froids de l'année à plus basse altitude, mais se retire dans des régions plus élevées au cours de la période plus chaude entre août et septembre.


Bos mutus map
Carte de répartition du yak sauvage

ALIMENTATION

Le yak sauvage est un herbivore dont le régime alimentaire se compose principalement de diverses graminées, d'arbustes, de plantes herbacées qu'il trouve sur le plateau tibétain. Il lui arrive également de consommer des lichens et les mousses des arbres. La toundra offre essentiellement de hautes herbes en été, en hiver, les ressources accumulées et les mousses sont les seuls apports nutritionnels.


Yak domestique (Bos grunniens)
Yak domestique (Bos grunniens)

REPRODUCTION

Chez les yaks sauvages, mâles et femelles passent une bonne partie de l'année dans des troupeaux distincts. Pendant la saison des amours qui se débute en septembre, les mâles quittent leurs groupes et rejoignent les troupeaux de femelles. Les confrontations entre mâles pour l'accès aux femelles sont assez violentes.

Après une période de gestation d'environ 258 jours, la femelle met au monde 1 seul petit qui sera sevré vers l'âge de 1 an. Le jeune atteint sa maturité sexuelle à l'âge de 3 ou 4 ans, mais ne se reproduira que vers 6 ou 8 ans. Une femelle peut donner naissance à un jeune une fois tous les 2 ans. L'espérance de vie du yak sauvage est de 23 ans.

Pour le yack domestique le cycle de reproduction est plus varié, la femelle donnant parfois naissance à plus d'un veau par an. Leur espérance de vie est d'environ 20 ans.


Yak sauvage (Bos mutus)
Yak sauvage (Bos mutus)

COMPORTEMENT

Bien adapté à la vie dans des conditions froides et dures, le yak sauvage est protégé du froid par son épais manteau et un faible nombre de glandes sudoripares, qui aident à conserver la chaleur du corps. Il a une capacité pulmonaire importante et en particulier de nombreux globules rouges, ce qui lui permet d'obtenir le plus d'oxygène possible de le mince, l'air de la montagne.

En raison de la rareté de la végétation présente dans son habitat, le yak sauvage doit parcourir de grandes distances afin de trouver de la nourriture en quantité suffisante. En juillet, il a tendance à descendre des hauts plateaux pour les basses plaines, où les mousses et la végétation des marais sont à leur apogée. Lorsque la température augmente en août, les troupeaux retournent vers les hauteurs à cause de la chaleur. Bien que sensible aux températures chaudes, le yak sauvage peut facilement supporter des températures de -40°. En froid intense, il a même été observé se baignant dans les lacs et les cours d'eau.

De nature méfiante, le yak fuit toute perturbation, galopant avec sa queue dressée. Si quelque chose d'inattendu apparaît dans son champ de vision, il s'effraye et attaque d'une charge rapide s'arrêtant seulement à 10 ou 20 m de l'intrus. En dépit de son aspect maladroit, le yak est un excellent grimpeur en montagne. Une des rares vocalisations est un grognement fort réalisé au cours de la saison de reproduction par le yak sauvage. Le yak domestique grogne tout au long de l'année d'où son nom scientifique grunniens.

Le yak sauvage a tendance à se rassembler en troupeau, en particulier les femelles et les jeunes. Ces groupes son généralement composés de 10 à 30 animaux, mais des troupeaux jusqu'à 200 individus ont déjà été observés. Les troupeaux n'ont pas de membres fixes et peuvent se regrouper, ou se diviser en petits troupeaux. Les groupes de célibataires sont généralement composés d'une douzaine de membres.


Yak 02
Le yak sauvage est un mammifère herbivore

MENACES

Le braconnage, notamment pour le commerce de la viande est considéré comme la menace la plus importante pour le yak sauvage. Les mâles ont tendance à être plus vulnérables à la chasse, en particulier par les chasseurs motorisés, car ils ont tendance à se disperser des bases de montagne et de hautes crêtes apparemment préférés par les femelles. Cependant, avec la confiscation des armes en plus du plateau Qinghai-Tibet, le braconnage a diminué. Cependant, le yak sauvage a une tolérance limitée aux perturbations humaines ainsi que par leur bétail, ils ont tendance à s'éloigner des zones où le bétail est parqué. L'augmentation des troupeaux de bétail et l'augmentation de l'intensité de l'utilisation des pâturages fait fuir le yak sauvage et finalement réduit la disponibilité d'habitat.

Les croisements entre les yaks domestiques et sauvages présente également une menace pour les populations restantes de yaks sauvages. Les maladies transmises par les animaux domestiques, soit directement, soit par l'intermédiaire d'autres espèces sauvages, peuvent être une menace supplémentaire, même si aucune preuve n'étaye ces soupçons. Dans les régions où les populations de yaks sauvages ont augmenté, on note une recrudescence de conflits avec les éleveurs locaux qui pourrait augmenter les tirs en représailles. Si le bétail peut être tenu à l'écart des grandes réserves naturelles contenant des yaks sauvages, leur survie est probable. Cependant, l'aire de répartition des yaks sauvages a évidemment continué à se contracter vers l'ouest isolant un peu plus les petites populations.


Yak 06
Yak s'écrit également Yack

STATUT ET CONSERVATION

Le yak sauvage est inscrit dans la catégorie Vulnérable (VU) sur la Liste rouge des espèces menacées de l'IUCN. Le yack sauvage est protégé en Chine depuis 1962, bien que les lois ne soient pas vraiment appliquées dans les zones reculées habitées par des yaks, et la chasse commerciale continue. Seule la très grande réserve Tang Chang en Chine fournit une protection réelle pour les yaks sauvages restants. En Inde, l'espèce est totalement protégée en vertu du Wildlife Act de 1972.


Yak 04
Le yak sauvage est menacé d'extinction

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* Bien que la population totale de yak soit estimée à douze millions d'individus, la plupart d'entre eux sont des animaux domestiques. Leurs homologues sauvages sont de plus en plus rares.

* Le yak est l'un des animaux domestiques les plus importants au Tibet. En effet, le yak assure le transport de la viande et du lait dans les régions montagneuses. Ses excréments une fois séchés sont utilisés comme combustibles.

* Il existe des spécimens hybrides croisés avec des yaks. Le zopiok est un hybride issu du croisement entre un zébu et un yak. Le Dzo est le fruit de l'union entre une vache (ou taureau) et un yak.

* Le terme yak s'écrit également yack.


Yak 05
Le yak sauvage est un animal grégaire

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communYak
Autre nomYack
English nameYak
Español nombreYak
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleBovidae
Sous-familleBovinae
GenreBos
Nom binominalBos mutus
Autre nom binominalBos grunniens
Décrit parCarl von Linné (Linnaeus)
Date1766



Satut IUCN

Vulnérable (VU)

Yak 03
Le yak
National Geographic

SOURCES