Manimalworld

Chouette lapone (Strix nebulosa)


La chouette lapone (Strix nebulosa) est un rapace nocturne appartenant à la famille des Strigidae. Elle est l'une des nombreuses espèces formant le genre Strix. Parmi les membres de la famille des chouettes, la chouette lapone est la plus grande représentante en Amérique du Nord. La chouette lapone était autrefois appelée Chouette cendrée.


Chouette lapone (Strix nebulosa)
Chouette lapone (Strix nebulosa)



DESCRIPTION

La chouette lapone est avec le grand-duc d’Europe et le kétoupa de Blakiston le plus grand hibou du monde. Elle peut mesurer en moyenne entre 60 et 83 cm de longueur pour un poids allant de 700 g à 1,8 kg.

Les adultes ont une grosse tête arrondie avec un visage de couleur grise et les yeux jaunes sombres. La face inférieure est claire avec des stries sombres. Les parties supérieures sont plutôt gris pâle. Ce hibou n’a pas d’aigrettes et possède le plus grand disque facial du monde des rapaces.

Sa grande taille est trompeuse car la chouette lapone est recouverte d’une épaisse couche de plumes duveteuses et une longue queue. En fait, elle pèse beaucoup moins lourd que la plupart des autres grands hiboux. Les mâles sont généralement plus petits que les femelles comme c’est le cas pour la plupart des espèces de chouette.

L’espérance de vie de la chouette lapone est d’environ 13 ans.


Strix nebulosa
Strix nebulosa

HABITAT

La chouette lapone fréquente principalement les forêts boréales, les prairies, les forêts touffues, les bordures des champs, les marais et les tourbières. On trouve la chouette lapone surtout en Amérique du Nord mais également en Asie au Nord de la Chine. On peut également l’observer occasionnellement dans certains pays d’Europe.


Strix nebulosa distribution
Carte de répartition de la chouette lapone

ALIMENTATION

Malgré sa taille imposante, la chouette lapone s’attaque surtout aux petits rongeurs. Son menu se compose plutôt de souris, de campagnols, de musaraignes et de taupes. Mais elle peut également s’en prendre à des proies de taille plus conséquente si l’occasion s’en présente, comme par exemple les lièvres, les moufettes et les rats musqués. Les oiseaux ne sont pas non plus épargnés. Elle chasse volontiers les lagopèdes, corbeaux, faisans et les tétras.

Les victimes sont avalées tout rond. La chouette régurgite sous forme de pelotes de réjection les parties qu’elle ne peut digérer, comme les os et la fourrure.


Chouette cendrée
La chouette lapone est parfois appelée Chouette cendrée

REPRODUCTION

En majorité les chouettes lapones n’atteignent leur maturité sexuelle qu’à l’âge de 2 ou 3 ans. Elles nichent dans des anciens nids de corneilles ou de rapaces auxquels elles n’apportent que très peu de modifications.

La femelle pond entre 3 et 5 œufs par couvée. L’incubation dure entre 28 et 30 jours. Pendant que la femelle les couve tranquillement, le mâle s’affaire à chasser et à ramener de la nourriture pour sa compagne.

Au terme de l’incubation les jeunes chouettes sortent de l’oeuf. Les juvéniles sont dit nidicoles et ne prendront leur envol qu’au bout de 60 à 65 jours.


Chouette lapone reproduction
Chouette lapone dans son nid

COMPORTEMENT

La vie du grand nord est plus difficile que partout ailleurs. La chouette lapone doit donc chasser une grande quantité de rongeurs pour garder la force de voler, car elle ne connait pas les secrets de l’hibernation pendant les périodes de grand froid. Aussi n’est-il pas rare de la voir s’aventurer en plein jour pour faire sa quête de souris.

En principe, elle est sédentaire malgré les rigueurs du climat mais si les provisions viennent à manquer, elle entame une courte migration vers des contrées méridionales. La chouette lapone vole généralement à faible hauteur, ses plumes épaisses et souples lui permettent de le faire silencieusement.

Lorsqu’elle chasse, pieux de clôtures, arbustes et arbres peu élevés lui servent de postes d’observation. Grâce à sa vue perçante, elle peut repérer ses proies de très loin. Son ouïe très fine lui permet aussi de détecter la présence de petits rongeurs sous la neige.


Chouette lapone au zoo de Mulhouse
Chouette lapone au zoo de Mulhouse
© Manimalworld

PRÉDATEURS

Les prédateurs de la chouette lapone sont peu nombreux. Les plus agressifs sont souvent les autres rapaces nocturnes de grande taille qui s’attaquent autant aux jeunes qu’aux adultes. Elle doit principalement se méfier de la chouette rayée, la chouette tachetée, du hibou grand-duc d’Amérique ou encore du hibou grand duc d’Europe.

Certains mammifères carnivores arboricoles tels que le pékan ou la zibeline s’en prennent aux jeunes, particulièrement exposés une fois que les adultes ont quitté le nid pour partir chasser.


Chouette lapone en vol
Chouette lapone en vol

MENACES

Outre la déforestation et la disparition des cavités naturelles, les périls affectant les chouettes et les hiboux ne sont que trop nombreux. Certains de ces périls sont liés au mode de vie nocturne de la plupart de ces oiseaux, d’autres sont en relation avec leur position de prédateur.

Comme danger premier, on pourrait par exemple citer la circulation automobile qui fait de véritables ravages. Des études ont démontré que c’est le rapace qui paie le plus lourd tribut à la circulation routière. La chouette effraie est également très fragile par rapport à cette menace. En France, ces dernières représentent 50 % de la mortalité de l’espèce, et il a été estimé qu’en moyenne une effraie meurt chaque année par kilomètre d’autoroute.

Les collisions avec les câbles électriques sont également très meurtriers. Dans le Midi de la France, par exemple, ceux-ci causent chaque année la disparition de plusieurs grands ducs, une espèce rare et menacée.


Chouette lapone
Gros plan de la chouette lapone
© Manimalworld

Entre les années 1950 et 1980, les rapaces, tant diurnes que nocturnes, ont eu à supporter les effets désastreux de l’utilisation des pesticides organochlorés, dont le DDT. Concentrés au long de la chaîne alimentaire, ces produits toxiques aboutissaient aux prédateurs, empoisonnés par leurs proies. On a ainsi constaté une baisse de la fécondité des espèces concernées et une chute parfois inquiétante des effectifs. Avec l’arrêt de l’utilisation des substances incriminées, la situation s’est améliorée et l’on observe une tendance au retour à la normale.

Un autre point positif est la protection légale dont les chouettes et les hiboux bénéficient depuis des décennies. Cette protection a permis de mettre à l’index quelques pratiques telles que les chouettes clouées aux portes des granges ou encore du "piège à poteau". À lui seul cet appareil, tirant parti des habitudes des oiseaux chasseurs de se poster sur les poteaux de clôture, causait chaque année la perte de milliers de rapaces.

Malheureusement, les chouettes et les hiboux souffrent de la déforestation, qui réduit considérablement leur habitat et diminuent les sites de nidification potentiels.


Chouette lapone en captivité
Chouette lapone en captivité
© Manimalworld

SOUS-ESPÈCES

Selon la base de données taxonomique, l'ITIS reconnaît deux sous-espèces distinctes de chouette lapone :

- Strix nebulosa lapponica

- Strix nebulosa nebulosa


Chouette lapone 02
Portrait de la chouette lapone

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communChouette lapone
Autre nomChouette cendrée
English nameGreat Gray Owl
Great Grey Owl
Español nombreCarabo lapón
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseAves
OrdreStrigiforme
FamilleStrigidae
GenreStrix
Nom binominalStrix nebulosa
Décrit parJohann Reinhold Forster
Date1772



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

Great gray owl
En anglais, la chouette lapone est appelée Great gray owl
© Manimalworld

SOURCES