Manimalworld

Pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus)


Le pygargue à tête blanche (Haliaeetus leucocephalus) est un rapace appartenant à la famille des Accipitridae. Cet aigle est classé dans le genre Haliaeetus avec sept autres espèces. Il se distingue des autres rapaces par son régime alimentaire essentiellement composé de poissons. Le pygargue à tête blanche fut longtemps persécuté avant de devenir une espèce protégée puis l’emblème des États-Unis en 1978.


Pygargue à tête blanche


DESCRIPTION

Le pygargue à tête blanche est un grand rapace dont la queue et la tête sont blanches. Son plumage est brun noir. Son bec est doré et très puissant. Ses yeux sont jaunes et ses ailes sont beaucoup plus longues que celles de l’aigle royal. Ses serres sont crochues et puissantes. Le juvénile est sombre et n’a que quelques tâches de blanc et son bec est noir.

Le pygargue à tête blanche mesure entre 71 et 96 cm pour un poids allant de 3 à 6 kg. L’espèce présente un dimorphisme sexuel car les femelles sont 25% plus grandes que les mâles. La longévité du pygargue à tête blanche est d’environ 30 ans.


Haliaeetus leucocephalus

HABITAT

Le pygargue à tête blanche habite principalement en Amérique du nord, au sud du Mexique, au Canada, au nord de l’Alaska et aux États-Unis. C’est l’unique espèce de pygargue vivant sur le continent nord américain.

Ce rapace dans des habitats très divers. Cela peut aller aux bayous de Louisiane jusqu’au désert de Sonora. On peut également l’observer dans les forêts du Québec et de la Nouvelle-Angleterre. Ceux qui occupent le nord du continent américain migrent, alors que les autres restent toute l’année sur leur territoire de chasse.

Le pygargue à tête blanche niche principalement sur des îles ou sur des pointes en bordure de grands plans d’eau tels que les lacs, les réservoirs, les rivières, les estuaires ou les golfes. La majorité des populations sont situées sur l’île d’Anticosti car celle-ci est un lieu de reproduction.


Haliaeetus leucocephalus distribution

ALIMENTATION

Le pygargue à tête blanche est un rapace principalement piscivore. Au nord ouest du Pacifique, les truites et les saumons composent l’essentiel de son alimentation. Mais notre oiseau est aussi un animal opportuniste. Ainsi en Colombie-Britannique, les poissons ne représentent que 10% de son alimentation, alors que les invertébrés marins en représentent près de 45% et les oiseaux 41%.

Dans certaines situations, notamment en hiver, il lui arrive de se nourrir de charognes. Dans ces cas là, les dépouilles d’ongulés, de baleines ou de poissons font parfaitement l’affaire pour leur offrir un bon repas.

Contrairement au balbuzard pêcheur, le pygargue à tête blanche n’entre pas dans l’eau, mais recherche généralement les poissons morts ou mourants ou encore les poissons de surface.

Le pygargue à tête blanche peut aussi se nourrir d’oiseaux comme les grèbes, les pingouins, les mouettes, les canards, les foulques, les aigrettes et les oies. Il s’attaque parfois à des proies plus importantes tels que le grand héron ou le cygne, mais également le lapin, le lièvre, le raton laveur, le rat musqué, la loutre de mer et le faon. Les reptiles, amphibiens et crustacés complètent le bol alimentaire du pygargue.

Pour être un excellent prédateur, il faut être "équipé" en conséquence. Le pygargue à tête blanche possède des pattes et un bec très puissants et robustes. Ses pattes sont très utiles pour attraper ses proies en vol et son bec est crochu lui servant à déchiqueter la viande.

Lorsque la nourriture est insuffisante, il arrive que le pygargue prenne la nourriture à d’autres prédateurs, comme le balbuzard pêcheur ou encore de s’attaquer à des animaux comme le coyote, le renard, le vautour ou la corneille. En principe solitaires, les individus se rassemblent en groupes en hiver là où la nourriture est abondante. C’est notamment le cas pendant la migration des saumons.


Pygargue à tête blanche 07

REPRODUCTION

Le pygargue à tête blanche atteint sa maturité sexuelle dès l’âge de quatre ans mais commencent à se reproduire généralement à partir de cinq ans. La saison de reproduction s’étend d’octobre à avril pour les espèces résidant dans le sud de leur aire de répartition et d’avril à août pour celles du nord.

Les couples exécutent une parade nuptiale spectaculaire. Ils s’accrochent tous les deux par les serres en tournoyant en plein ciel. Ils se laissent ainsi tomber et se séparent juste avant de toucher le sol. Les deux partenaires restent fidèles l’un à l’autre dans la majorité des cas. Ce lien qui les uni cesse lorsque l’un meurt, ou voire si le couple ne peut se reproduire.

La fabrication du nid est assurée aussi bien par le mâle que la femelle. Il est généralement posé au sol, accroché à une falaise ou encore installé sur un buisson ou dans un grand arbre. Le pin semble être l’arbre de prédilection dans la majeure partie de l’aire de répartition du rapace, mais toujours à proximité d’une étendue d’eau.


Pygargue à tête blanche nid

Le pygargue à tête blanche construit les plus grands nids d’Amérique du nord. En effet, ceux-ci peuvent atteindre 4 m de hauteur pour 2,5 m de largeur et peser jusqu’à une tonne. La dépression centrale, par contre, ne mesure qu’une dizaine de centimètre. Les rapaces peuvent également ajouter à leur aire déjà installée des matériaux divers comme de la verdure, des lambeaux de peau, des pelotes de rejection ou encore des branchages. Le nid peut ainsi être regarni chaque année pendant une très longue période, près de soixante dix ans, avant de s’effondrer sous son poids.

En Floride, un nid de pygargue fut découvert aux dimensions impressionnantes. Il ne mesurait pas moins de 6,1 m de hauteur, 2,9 m de largeur pour un poids de 2,7 tonnes.

Le nombre d’oeufs par couvée est en général au nombre de deux. Ils sont de couleur blanc terne. Ils peuvent constituer des proies faciles pour les mouettes, les grands corbeaux, les pies, les ours noirs et les ratons laveurs.

L’incubation des oeufs dure en en moyenne trente cinq jours. Contrairement à bon nombre de rapaces, ce sont le mâle et la femelle qui s’affairent à cette tâche. Les oisillons naissent couvert d’un duvet gris pâle, jusqu’à ce qu’ils aient quatre semaines. Les deux parents se relaient pour s’occuper de leur progéniture, améliorer le nid et chercher de la nourriture. Les petits ne quitteront le nid que vers l’âge de dix à treize semaines.


Pygargue à tête blanche 08

COMPORTEMENT

Le pygargue à tête blanche vit en groupe l’hiver et va même jusqu’à jouer avec ses congénères. Mais durant l’accouplement, il devient moins sociable. Mâle et femelle s’occupent beaucoup de leur progéniture et forment une bonne équipe. Ils vont même jusqu’à faire de l’ombre à leurs petits quand le soleil est trop chaud.

Le pygargue a une très bonne vue ce qui l’aide dans son rôle de chasseur. Il peut voir une proie jusqu’à un kilomètre de distance. Ce rapace diurne est considéré comme bruyant et criard. Il a une variété de cris pour toutes les occasions. Les pygargues migrent au printemps pour éviter la compétition pour la nourriture.


Pygargue à tête blanche portrait

POPULATIONS

Le pygargue à tête blanche vit presque exclusivement en Amérique du Nord. Si le tiers des effectifs (quelque 100000 individus) se trouvent en Alaska et en Colombie-Britannique, l’aire de répartition de l’espèce s’étend aussi à d’autres régions des États-Unis et à une grande partie du Canada.

Au Québec, la population de pygargues occupe de façon clairsemée un vaste territoire, sauf sur l’île d’Anticosti où vivent de manière concentrée plusieurs oiseaux résidants. On dénombre actuellement entre 75 et 150 couples. De nombreux plans d’eau, propices à l’espèce, n’ont pas encore été visités et depuis 1994 on trouve en moyenne 5 nouveaux nids actifs par année.


Pygargue à tête blanche gros plan

CONSERVATION

Bien que les populations de pygargue à tête blanche se portent de mieux en mieux, elles ne représentent encore qu’une fraction des effectifs originaux.

Ce rapace connut un premier déclin au moment de la colonisation. Il fut longtemps considéré comme nuisible pour la pêche au saumon et dangereux pour les animaux domestiques il fut longtemps persécuté et chassé à outrance. Plus tard, l’usage massif de produits organochlorés (DDT) entraina également l’amincissement de la coquille des oeufs ainsi que la mort ou des malformations embryonnaires.

Fort heureusement, l’abattage, le piégeage délibéré des rapaces et l’épandage massif des produits organochlorés font maintenant partie du passé. Ces pratiques ont cédé le pas à des mesures de conservation telles que l’installation de plateformes de nidification et la protection des sites de reproduction. De tels gestes ne peuvent que soutenir le retour de cet oiseau majestueux, mais encore vulnérable dans plusieurs régions du Québec.

Le pygargue à tête blanche fut déclaré espèce menacée par les États-Unis en 1967. Les mesures prise afin d’interdire l’usage du DDT eurent pour effet une augmentation du nombre de pygargues. Au début des années 1980, on estimait leur population à 100 000 oiseaux, puis entre 110000 et 115000 en 1992. Les plus fortes concentrations étant basées en Alaska avec près de 50000 individus et en Colombie-Britannique avec environ 30000 spécimens.

Aujourd’hui, la population s’est stabilisée et le pygargue à tête blanche a été retiré de la liste des espèces en danger par le gouvernement américain. Le 12 juillet 1995, l’U.S. Fish and Wildlife Service le classait sur la liste des espèces en danger. Il fut officiellement retiré de cette liste le 28 juin 2007. Le pygargue a aussi été classé dans la catégorie préoccupation mineure (LC) sur la Liste rouge de l’IUCN.


Pygargue à tête blanche emblème des USA

SOUS-ESPÈCES

Le pygargue à tête blanche fut décrit par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778) sous le nom de Falco leucocephalus.

Deux sous-espèces de pygargue à tête blanche sont actuellement reconnues :

- Haliaeetus leucocephalus leucocephalus : Décrit par Carl von Linné en 1766. Cette sous-espèce se rencontre dans le sud des États-Unis et en Basse-Californie (Mexique).

- Haliaeetus leucocephalus washingtoniensis : Décrit par Jean-Jacques Audubon en 1827. Cette sous-espèce vit au nord des Etats-Unis, au Canada et en Alaska. Elle est également présente au sud du 38ème parallèle nord sur le littoral atlantique des Etats-Unis, par exemple dans la région du Cap Hatteras. Haliaeetus leucocephalus washingtoniensis est plus grand que l’espèce nominale.


Pygargue à tête blanche vol

SAVIEZ VOUS QUE ?

* Le pygargue est considéré comme l’éboueur de la nature car il affectionne tout particulièrement les proies mortes, alors il nous en débarrasse.

* Les proies malades pourraient contaminer les autres poissons mais en les mangeant, le pygargue sauve les poissons d’une éventuelle épidémie. Dans le cas des poissons morts, il empêche la décomposition rapide pour le moins odorante de s’exécuter.

* Le pygargue à tête blanche était un oiseau sacré dans plusieurs cultures des nord-amérindiens qui utilisaient ses plumes pour les coiffes et les costumes religieux.

* Aux États-Unis, la loi précise que seuls les membres d’une tribu amérindienne reconnue par le gouvernement fédéral peuvent obtenir des plumes de pygargue à tête blanche ou d’aigle royal pour des usages spirituels et religieux.


Pygargue amérindien

SYMBOLE

Le pygargue à tête blanche est l’oiseau national des Etats-Unis. Il est l’un des symboles les plus connus du pays et apparaît sur la plupart des sceaux officiels y compris sur celui du président américain.

Il a été choisi le 20 juin 1782 par le Congrès continental : il est représenté tenant des flèches et une branche d’olivier entre ses serres.

On le retrouve sur le revers de plusieurs pièces de monnaies comme le quarter (25 cents) et sur de nombreux timbres d’usage courant.

Entre 1916 et 1945 le drapeau présidentiel montrait le rapace la tête tournée vers la gauche, ce qui donna lieu à la légende urbaine : l’oiseau regarderait vers le rameau d’olivier en temps de paix et vers les flèches en temps de guerre.

L’aigle Sam a été choisi en 1984 pour devenir la mascotte des jeux olympiques de Los Angeles. Dessiné par Robert Moore et ses associés des productions Walt Disney, "Sam" prit une apparence très sympathique et joviale afin de plaire aux enfants.


Pygargue à tête blanche symbole

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communPygargue à tête blanche
English nameBald Eagle
Español nombreAguila calva
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseAves
OrdreAccipitriformes
FamilleAccipitridae
GenreHaliaeetus
Nom binominalHaliaeetus leucocephalus
Décrit parCarl von Linné (Linnaeus)
Date1766



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

Bald eagle

SOURCES