Manimalworld

Parc national de Kaziranga


Le parc national de Kaziranga est l'une des dernières zones d'Inde n'ayant pas été modifiées par l'homme. Ce parc national abrite la plus importante population de rhinocéros indiens ce qui en fait l'un des parcs nationaux les plus beaux au monde. Kaziranga est également l'un des meilleurs endroits pour voir les géants de la faune tels que le tigre, le barasingha, l'éléphant d'Asie ainsi que le buffle.


Kaziranga
Bienvenue au Parc national de Kaziranga



PRÉSENTATION DU PARC

Le parc national de Kaziranga est un parc situé dans les districts de Golaghat et Nagaon de l'État d'Assam en Inde sur le bord est de l'Himalaya. Ce parc est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les deux tiers de la population de rhinocéros indiens (Rhinoceros unicornis) y vivent, et on y trouve la plus grande densité de tigres au monde, d'où son classement parmi les réserves de tigres en 2006. Le parc dispose également d'importantes populations reproductrices d'éléphants d'Asie, de buffles d'eau et de barasinghas.

Le parc de Kaziranga s'étend une superficie de 429,93 km² se composant essentiellement de hautes roselières, de prairies d'herbe, de marécages et d'une forêt tropicale irriguée par 4 grandes rivières dont le Brahmapoutre et ses nombreux bras morts.


Kaziranga carte
Situation géographique du parc national de Kaziranga

La saison d'hiver, entre novembre et février, est douce et sèche avec une moyenne de température avoisinant les 25 degrés. Au cours de cette saison, les nullah se tarissent. La saison estivale entre mars et mai est particulièrement chaude avec des températures atteignant les 37 degrés. La saison de la mousson dure de juin à septembre. C'est pendant cette saison que se produisent la plupart des précipitations annuelles atteignant les 2 222 mm. Entre juillet et août, les 3/4 de la région ouest du parc sont submergées d'eau. Ces inondations font migrer la plupart des animaux vers les régions élevées et boisées en dehors des frontières du parc.

Ce parc a obtenu des succès plus notables dans la conservation de la faune que la plupart des autres aires protégées en Inde. Kaziranga a été le thème de plusieurs livres, de documentaires et de chansons. Le parc a fêté son centenaire en 2005, après son classement en Réserve de forêts en 1905. Kaziranga n'est pas seulement connu pour ses populations de rhinocéros indiens, mais également comme une zone importante pour la conservation de l'avifaune.


Rhinocéros indien
Rhinocéros indien au parc de Kaziranga

HISTOIRE

L'histoire de Kaziranga comme zone protégée débute en 1904, quand Mary Victoria Leiter Curzon, l'épouse du vice-roi de l'Inde a visité l'endroit. Elle persuade son mari de prendre des mesures urgentes afin de protéger les rhinocéros, ce qu'il a fait en commençant la planification pour leur protection. C'est en juin 2005 que le parc devient une réserve forestière avec une superficie de 232 km². Au cours des 3 années qui suivirent, l'endroit a été rallongé de 152 km² supplémentaires comprenant les berges du fleuve Brahmapoutre. En 1908, la réserve fut convertie en réserve de chasse et est restée ainsi jusqu'en 1938, date à laquelle la chasse fut interdite et que des visiteurs ont été autorisés à le visiter.

Ce sanctuaire fut rebaptisé comme réserve faunique en 1950 par PD Stacey, le conservateur des forêts, afin d'en retirer la dénomination de chasse. C'est en 1954 que le gouvernement de l'Assam adopte le projet de loi imposant de lourdes sanctions contre le braconnage de rhinocéros. Quatorze ans plus tard, en 1968, le gouvernement de l'Assam adopte la loi sur les parcs nationaux et déclare la région de Karizanga comme tel. Les 43 km² du parc reçoivent le statut officiel par le gouvernement central le 11 février 1974. En 1985, Kaziranga est déclaré comme site du patrimoine mondial par l'UNESCO pour son environnement naturel unique.

Les pâturages du parc national de Kaziranga ont connu plusieurs catastrophes naturelles et anthropiques dans les dernières décennies. Les inondations répétées causées par le débordement du fleuve Brahmapoutre ont conduit à des pertes importantes de la vie animale. L'empiètement de l'homme le long de la périphérie a également conduit à une diminution du couvert forestier et une perte d'habitat pour bon nombre d'espèces animales. Un mouvement séparatiste dans l'Assam a paralysé l'économie de la région et Kaziranga est resté longtemps affecté par ce mouvement.

Le parc a fêté son centenaire en grande pompe en 2005, invitant les descendants de la baronne et Lord Curzon pour les célébrations. Au début 2007, des éléphants et des rhinocéros ont été transféré au parc national de Manas. Ce fut la première délocalisation d'éléphants enregistrée entre des parcs nationaux en Inde.


Éléphant d'Asie
Éléphant d'Asie au parc de Kaziranga

LA FLORE DE KAZIRANGA

La flore du parc national de Kaziranga se constitue principalement en trois grandes catégories :

- les prairies alluviales inondées comprenant de grandes fourrées d'herbes hautes et courtes

- les forêts tropicales humides sempervirentes

- les forêts tropicales semi-persistantes.

Mais les principales caractéristiques de la flore du parc sont les herbes à éléphant denses et hautes, entremêlés de petits marécages laissés par les anciennes crues du Brahmapoutre.

Outre les herbes et les forêts, les marais du parc de Kaziranga ont une couverture importante de nénuphars, de jacinthes d'eau et de lotus offrant une belle apparence à l'environnement de la région. Selon les données Landsat, datant de 1986, la couverture de végétation du parc se compose de 41 % d'herbes haute, 11 % d'herbes courtes, 29 % de jungle ouverte, 8 % de rivières et de plan d'eau, 6 % de sable et 4% de marécages.

Les principaux arbres rencontrés dans la région sont : Bombax cebia, Indica dillenia, Aphanamixis polystachya, Talauma hodgsonii (qui est une espèce en danger), Garcinia tinctoria, Ficus rumphii, Albizia procera, Duabanga grandiflora, le lila des indes (Lagerstroemia speciosa) et le palissandre des indes (Dalbergia sissoo).

On trouve également une grande flore aquatique dans les lacs, les étangs et sur les rives du fleuve. Les jacinthes d'eau sont très fréquentes, étouffant les masses d'eau, mais sont éliminées lors des inondations destructrices. Une autre espèce envahissante, la grande sensitive (Mimosa diplotricha) qui est toxique aux herbivores, a été introduite par le personnel de Kaziranga avec l'aide de la Wildlife Trust of India en 2005.


Kaziranga paysage
Paysage du parc de Kaziranga

LA FAUNE DE KAZIRANGA

Le parc de Kaziranga accueille les 2/3 de la population mondiale de rhinocéros indien. Il possède également la plus forte densité de tigres et a été déclaré réserve de tigres en 2006. Le parc contient également 15 espèces de mammifères qui sont menacées d'extinction en Inde selon la Liste rouge de l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).


Tigre du Bengale
Tigre du Bengale au parc de Kaziranga

* Les mammifères

Outre le tigre du Bengale et le rhinocéros indien qui font la fierté du parc, le parc de Kaziranga abrite une multitude de mammifères :

* Barasingha (Cervus duvaucelii)

* Buffle d'Asie (Bubalus bubalis)

* Cerf aboyeur (Muntiacus muntjak)

* Cerf cochon (Axis porcinus)

* Chacal doré (Canis aureus)

* Chaus (Felis chaus)

* Chat viverrin (Prionailurus viverrinus)

* Dauphin du Gange (Platanista gangetica)

* Éléphant d'Asie (Elephas maximus)

* Gaur (Bos gaurus)

* Hoolock (Hylobates hoolock)

* Léopard (Panthera pardus)

* Loutre d'Europe (Lutra lutra)

* Macaque d'Assam (Macaca assamensis)

* Macaque rhésus (Macaca mulatta)

* Ours lippu (Melursus ursinus)

* Ours noir d'Asie (Selenarctos thibetanus)

* Pangolin indien (Manis crassicaudata)

* Porc-épic indien (Indica hystrix)

* Renard du Bengale (Vulpes bengalensis)

* Sambar (Cervus unicolor)

* Sanglier (Sus scrofa)

* Taupe de l'Est (Talpa micrura)

Buffle sauvage
Buffle sauvage au parc de Kaziranga

* Les oiseaux

Kaziranga est, selon la Birdlife International une zone importante pour l'avifaune. Le parc abrite une grande variété d'oiseaux migrateurs, d'oiseaux aquatiques, de rapaces et de charognards qui font le bonheur des ornithologues du monde entier.

On y rencontre des espèces qui migrent de l'Asie centrale dans le parc pendant les mois d'hiver :

*Bec-ouvert indien (Anastomus oscitans)

*Fuligule de Baer (Aythya baeri)

*Fuligule nyroca (Aythya nyroca)

*Jabiru d'Asie (Ephippiorhynchus asiaticus)

*Marabout argala (Leptopilos dubius)

*Marabout chevelu (Leptoptilos javanicus)

*Oie naine (Anser erythropus)

Les oiseaux riverains et les rapaces qui résident dans le parc sont :

*Aigle criard (Clanga clanga)

*Chevalier tacheté (Tringa guttifer)

*Faucon crécerellette (Falco naumanni)

*Héron impérial (Ardea insignis)

*Pélican à bec tacheté (Pelecanus philippensis)

*Pélican frisé (Pelecanus crispus)

*Martin-pêcheur de Blyth (Alcedo hercules)

*Pygargue à queue blanche (Haliaeetus albicilla)

*Pygargue à tête grise (Haliaeetus ichthyaetus)

*Pygargue de Pallas (Haliaeetus leucoryphus)

*Sterne à ventre noir (Sterna acuticauda)

Kaziranga a été autrefois la résidence de 7 espèces de vautours, mais certaines de ces espèces ont été décimées en se nourrissant de carcasses d'animaux contenant du diclofenac. Seuls le vautour indien, le vautour à bec élancé et le vautour chaugoun ont survécu.

D'autres familles d'oiseaux habitent dans le parc de Kaziranga tel que le calao bicorne, le calao festonné, l'akalat des marais, le tisserin baya, le tisserin de Finn, le tarier de Hodgson, le graminicole rayé et le prinia de Burnes.


Aigle impérial
Aigle impérial au parc de Kaziranga

* Les reptiles

Les principaux serpents que l'on peut rencontrer dans l'enceinte du parc sont :

*Bongare fascié (Bungarus fasciatus)

*Bongare indien (Bungarus caeruleus)

*Cobra à monocle (Naja kaouthia)

*Cobra royal (Hannah ophiophagus)

*Python molure (Python molurus)

*Python réticulé (Python reticulatus)

*Vipère de Russel (Vipera russellii)

Python réticulé
Python réticulé au parc de Kaziranga

* Les poissons

On trouve une multitude d'espèces de poissons dans les rivières et étangs du parc. La liste serait bien longue mais on peut tout de même citer la perche grimpeuse (Anabas testudineus), la carpe indienne (catla catla), le gourami nain (Colisa lalia), le gourami bariolé (Colisa fasciata), le silure pulmoné (Heteropneustes fossilis) ou encore l'anguille épineuse (Mastacembelus armatus).


Perche grimpeuse
Perche grimpeuse au parc de Kaziranga

CONSERVATION DU PARC

Le parc national de Kaziranga a obtenu une protection maximale en vertu de la législation indienne en matière de conservation de la faune. Diverses lois, émanant du règlement des forêts d'Assam de 1891 et de la loi sur la conservation de la biodiversité de 2002, ont été adoptées pour la protection de la faune dans le parc.

Les activités de braconnage, en particulier celles visant le rhinocéros pour sa corne, a été l'une des préoccupations majeures pour les autorités. Entre 1980 et 2005, 567 rhinocéros ont été tués par les braconniers. Après une tendance à la baisse durant les dernières années, 18 autres rhinocéros ont été tués en 2007. Des rapports ont suggéré qu'il existe des liens entre ces activités de braconnage et le financement des groupes armés dans le Bangladesh connecté à Al-Qaïda. Des mesures préventives telles que la construction de camps de lutte anti-braconnage et l'entretien de celles existantes, les patrouilles, la collecte de renseignements et le contrôle sur l'utilisation des armes à feu autour du parc ont permis de réduire le nombre de victimes.


Brûlage à Kaziranga
Brûlage au parc national de Kaziranga

Les inondations vivaces et les fortes pluies qui sévissent dans la région ont entraîné la mort d'animaux sauvages ainsi que des dommages à la conservation des infrastructures. Pour échapper aux zones submergées, de nombreux animaux migrent vers les régions élevées en dehors des limites du parc où ils sont sensibles à la chasse, à la circulation routière ou encore aux représailles des villageois quand leurs cultures sont endommagées. Pour atténuer les pertes, les autorités ont multiplié les patrouilles, acheté des vedettes supplémentaires pour patrouiller et créé des hautes terres artificielles pour le logement. Plusieurs corridors ont été mis en place pour le passage des animaux à travers la route nationale 37 qui contourne le parc. Pour éviter la propagation de maladies et pour maintenir la distinction génétique des espèces sauvages, des mesures systématiques telles que la vaccination du bétail dans les villages environnants et les clôtures des zones sensibles du parc sont menées à intervalles réguliers.

La pollution de l'eau en raison de l'écoulement de pesticides dans les jardins de thé et le ruissellement d'une raffinerie de pétrole à Numaligarh présente un danger pour l'écologie de la région. Les espèces envahissantes telles que le mimosa et la rose sauvage sont également une menace pour les plantes indigènes dans la région. Pour contrôler la croissance et l'irradiation des espèces envahissantes, la recherche sur les méthodes biologiques de contrôle des mauvaises herbes, le déracinement et le désherbage manuel sont effectués à intervalles réguliers. Les techniques de gestion des prairies, comme le brûlage dirigé, sont effectuées chaque année pour éviter les feux de forêt.

Le tigre est devenu un animal très rare de nos jours en Inde. Les propriétés médicinales ou magiques que lui accordent la médecine traditionnelle chinoise en fait un commerce très rentable. Malgré les interdictions de chasse le braconnage de ce félin se poursuit encore. Des efforts sont constamment déployés pour préserver ces prédateurs magnifiques de l'extinction. En 1972, un programme de conservation a été lancé en Inde pour la sauvegarde des tigres du Bengale.

Certains des meilleurs exemples du succès de ces programmes peuvent être vus dans les parcs nationaux situés dans la région de l'Himalaya ou dans les mangroves des Sundarbans. Pour atteindre le but primordial des lois de conservation de la faune et la sensibilisation des gens, beaucoup de travail est encore nécessaire pour faire des sanctuaires indiens un refuge pour les tigres.


Animaux de Kaziranga
Animaux du parc national de Kaziranga

SOURCES