Manimalworld

Protèle (Proteles cristata)


Le protèle (Proteles cristata) est l'une des quatre espèces appartenant à la famille des hyénidés (Hyaenidae). Cette hyène est l'unique espèce formant le genre Proteles.


Protèle (Proteles cristata)
Protèle (Proteles cristata)
© Dinosoria



DESCRIPTION

Avec son apparence de chien, le protèle est une hyène caractérisée par son dos incliné vers l'arrière, ses grandes oreilles et une longue crinière partant de l'arrière de la tête jusqu'à la queue. Il mesure entre 55 et 80 cm de long, environ 50 cm de haut pour un poids allant de 9 à 14 kg. La queue mesure entre 20 et 30 cm de long.

La couleur du pelage varie du jaune pâle au brun sombre. Ce pelage est modelé de rayures noires régulières. Les jambes et le cou peuvent également être marqués de rayures ou de taches irrégulières.

Le protèle a une tête fine avec de grandes oreilles pointues et un museau gris ou noir. Les molaires de ses mâchoires sont réduites en raison d'un régime alimentaire principalement composé de termites.


Proteles cristata
Proteles cristata

HABITAT

Le protèle est réparti en deux populations isolées en Afrique. La population du Sud couvre la plupart de l'Afrique australe, l'Angola, la Zambie et le Mozambique, et la population du Nord s'étend à travers la Tanzanie, l'Ouganda, la Somalie, le Soudan, l’Éthiopie et l’Égypte. Les populations du Nord-est et du Sud sont entièrement séparées par des forêts humides.

Le protèle habite principalement les régions découvertes, les prairies, les savanes ainsi que les régions buissonneuses et rocheuses. Il peut survivre n'importe où, tant que la pluviométrie moyenne annuelle est de 100 à 800 mm. Par contre, il évite les zones boisées.


Proteles cristata range map
Carte de répartition du protèle

ALIMENTATION

Le régime alimentaire du protèle est principalement composé de termites du genre Trinervitermes, car il est capable de tolérer les sécrétions toxiques des termites soldats. En été, pas moins de 3 000 termites peuvent être consommés chaque nuit, tandis qu'en hiver, elles sont plus rares et seulement 1/5 de ce nombre seront consommés, ce qui entraîne une perte drastique de masse corporelle.

Les molaires du protèle sont assez réduites et ont donc peu d'utilité. À la place, il est doté d'une longue langue collante très efficace pour lécher la surface du sol pour attraper son repas. Contrairement à l'oryctérope (Orycteropus afer), qui a un régime similaire, le protèle manque de grandes griffes permettant de creuser les termitières et doit donc se contenter d'attraper ses proies sur la surface du sol. Très peu d'eau est nécessaire, dans la mesure où les termites complètent généralement l'apport de liquide nécessaire à la survie de l'animal.

Le protèle consomme à l'occasion d'autres insectes autres tels que des fourmis, voire de petits mammifères, des oisillons et des charognes, mais ce phénomène est relativement rare.


Protèle 03
Le protèle se nourrit exclusivement de termites
© Helen Thompson

REPRODUCTION

La reproduction du protèle se déroule généralement pendant les deux premières semaines de juillet. Après une période de gestation d'environ 90 jours, la femelle met au monde entre deux et quatre petits au fond d'une tanière où ils resteront blottis pendant le premier mois de vie.

Pendant ce temps, le mâle joue un rôle dans les soins pour les nouveau-nés en gardant la tanière contre les prédateurs éventuels tels que les chacals.

Le sevrage se produit généralement à l'âge de quatre mois, mais l'indépendance complète ne peut être établie qu'à un an. Les juvéniles quittent le territoire familial à un an et n'en reviennent que rarement.

Aucune donnée sur l'espérance de vie moyenne du protèle à l'état sauvage n'a été enregistrée. La durée de vie maximale documentée pour l'espèce est celle d'une femelle qui a vécu en captivité pendant vingt ans. Néanmoins, l'âge moyen en captivité ne dépasse guère les treize ans.


Protèles juvéniles
Protèles juvéniles
© David Thompson

COMPORTEMENT

Le protèle est un animal principalement nocturne et solitaire. Son territoire mesure en 1 et 4 km² qu'il défend contre les intrus. Lorsqu'il rencontre un congénère, il hérisse sa crinière en signe d'avertissement jusqu'à ce que la reconnaissance ait été établie. Les combats pour le territoire se produisent parfois entre protèles ainsi qu'avec d'autres espèces, en particulier les chacals. Dans ces cas, le protèle peut pousser un grognement ou hurler, en dépit d'être généralement silencieux à d'autres moments.

Le terrier peut être celui d'un oryctérope ou d'un porc-épic ou un creux de rocher, mais il s'agit le plus souvent d'une excavation que le protèle a creusé lui-même ou d'un terrier élargi de lièvre-sauteur. Malgré le système territorial strict, de nombreux mâles circulent dans les territoires adjacents au leur, notamment pendant la période de reproduction.


Protèle 05
Gros plan du protèle

PRÉDATEURS

Les protèles adultes n'ont pas vraiment de prédateurs. Les jeunes sont plus vulnérables et peuvent être la proie du chacal à chabraque (Canis mesomelas) à moins que la tanière ne soit bien protégée par le mâle adulte.

L'homme reste le principal prédateur du protèle. Les agriculteurs africains considèrent ce passif hyénidé comme une menace pour le bétail et le tue s'il a le malheur d'errer sur leurs terres.

Les chiens domestiques (Canis lupus familiaris) formés pour chasser les renards et chacals s'attaquent également au protèle.


Protèle 04
Portrait du protèle

MENACES

Dans le passé, le protèle a souffert de la persécution des agriculteurs qui croyaient qu'il s'attaquait aux agneaux et aux poulets. Cependant, cette opinion a beaucoup changé et de nombreux agriculteurs sont maintenant désireux de protéger les espèces. Les menaces actuelles proviennent principalement de la perte d'habitat due à l'urbanisation et la destruction des termitières qui provoquent donc la perte de source de nourriture en raison de l'agriculture. D'autres risques proviennent d'incidents sur les routes la nuit et les attaques de chiens utilisés pour chasser le chacal et le renard.


Protèle en captivité au zoo de Cincinnati
Protèle en captivité au zoo de Cincinnati

STATUT ET CONSERVATION

Selon la classification actuelle de la Liste rouge de l'IUCN, le protèle est classé dans la catégorie préoccupation mineure (LC) et est inscrit en Annexe III de la CITES. L'espèce n'est pas considérée en danger d'extinction, car elle réside dans de nombreuses zones protégées à travers son aire de répartition.

Il n'y a pas de plan de conservation du protèle actuellement. Les populations restent stables dans la majorité de son habitat africain. Cependant, les observations sont rares en raison de sa timidité et de son comportement nocturne.


Aardwolf
En anglais, le protèle est appelé Aardwolf

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communProtèle
English nameAardwolf
Español nombreProteles
Lobo de tierra
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreFeliformia
FamilleHyaenidae
GenreProteles
Nom binominalProteles cristata
Décrit parAnders Sparrman
Date1783



Satut IUCN

Préoccupation mineure (LC)

Le protèle
Le protèle

SOURCES