Manimalworld

Cerf rusa (Rusa timorensis)


Le cerf rusa (Rusa timorensis) est un cerf appartenant à la famille des cervidés. Autrefois classé dans le genre Cervus, il est aujourd'hui classé dans le genre Rusa comme le sambar. Ce mammifère, originaire des îles de Java et de Bali, est également connu sous le nom de Cerf de Java.


Cerf rusa (Rusa timorensis)
Cerf rusa (Rusa timorensis)



DESCRIPTION

Le cerf rusa est un animal mesurant entre 1,42 et 1,85 m de long, de 83 à 110 cm de hauteur d'épaule, pour un poids allant de 50 à 115 kg. La taille de la queue est de 20 cm environ. Le dimorphisme sexuel est présent chez cette espèce, les mâles étant plus grands et plus lourds que les femelles. Les bois sont présents uniquement chez les mâles et comptent trois andouillers. Ceux-ci mesurent en moyenne entre 60 et 75 cm de long et pèsent environ 2,5 kg.

Mâles et femelles ont un pelage grossier en apparence de couleur brun grisâtre. Contrairement à de nombreuses espèces de cerfs, les faons ne sont pas tachetés. Les oreilles sont larges et légèrement arrondies. Les jambes sont relativement courtes, ce qui donne à cette espèce un aspect légèrement tronqué.


Rusa timorensis
Rusa timorensis
Auteur: Franklin Heijnen

HABITAT

Le cerf rusa est considéré comme originaire des îles de Java et de Bali en Indonésie. Il a été introduit dans de nombreuses autres îles de la région indopacifique. Certaines introductions apparemment ont eu lieu dans l'Antiquité dans l'actuelle Indonésie, dans les îles de la Sonde telles que Lesser, les Moluques, Sulawesi et Timor. L'introduction de l'espèce à Bornéo, Nouvelle-Guinée (où l'espèce est présente à la fois la Papouasie occidentale, en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée), Nouvelle-Bretagne, les îles Aru, l'île Maurice, la Réunion, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Nouvelle-Calédonie et les petites îles en Indonésie et au large des côtes de l'Australie a eu lieu au XVIIe siècle. Le cerf rusa est actuellement présent dans les îles indonésiennes suivantes : Alor, Ambon, Banda, Batjan, Buru, Butung, Flores, Halmahera, Komodo, Lembeh, Lombok, Mangole, Muna, Papouasie, Sanana, Saparua, Seram, Sulawesi, Sumba, Sumbawa, Taliabu, Ternate, Timor, et Wetar. Comme beaucoup de grands cervidés, le cerf rusa est un excellent nageur, ce qui entrave la détermination de son aire de répartition naturelle. La carte de distribution présentée ci-dessous ne répertorie que les populations indigènes de Java et de Bali, pas les populations introduites.

Le cerf rusa vit essentiellement dans les prairies tropicales et subtropicales, mais reste néanmoins très flexible dans la mesure où l'on trouve des populations prospères dans les forêts, les montagnes, les zones arbustives et les marais. On peut l'observer jusqu'à 900 m d'altitude.


Rusa timorensis distribution
Carte de répartition du cerf rusa

ALIMENTATION

Le cerf rusa est un mammifère herbivore dont le régime alimentaire se compose principalement d'herbe et de feuilles. Il peut également se nourrir de fruits tombés des arbres, de bourgeons et d'écorces. Il ne boit pratiquement pas d'eau parce qu'il en obtient suffisamment dans la nourriture qu'il ingurgite. Cette caractéristique lui a permis de coloniser des habitats que d'autres ongulés asiatiques évitent.


REPRODUCTION

Comme d'autres espèces de cerfs, le cerf rusa a un système d'accouplement polygame, et les mâles sont en compétition pour l'accès aux femelles réceptives. Dans les îles du détroit de Torres, l'accouplement a lieu au printemps (septembre-octobre) et les faons naissent à l'automne (avril-mai). Dans d'autres parties de l'Australie, il semble se reproduire à tout moment de l'année, avec un pic d'accouplement de fin juin à août, et un pic de vêlage de mars à avril. En Indonésie, il se reproduit toute l'année, même si l'on note une augmentation de juin à septembre de l'activité d'accouplement à Bali, et à Java entre juillet et septembre.

Après une période de gestation d'environ 8 mois, la femelle met au monde un seul petit, rarement deux. Les jeunes faons sont sevrés vers l'âge de 6 à 8 mois et atteignent leur maturité sexuelle entre 18 et 24 mois. L'espérance de vie du cerf rusa est de 15 ans au maximum à l'état sauvage et de 20 ans en captivité.


Cerf rusa femelle
Cerf rusa femelle
Auteur: Fayez Closed Account.'s

COMPORTEMENT

Le cerf Rusa est surtout actif en début de matinée et en fin d'après-midi. Il est rarement vu à découvert et est très difficile à approcher en raison de ses sens aiguisés et son instinct prudent. Quand il est menacé, il laisse s'échapper un "honk" extrêmement fort. C'est un appel d'alarme afin d'alerter les autres cerfs se trouvant dans les environs. C'est un animal sociable que l'on observe rarement seul. Les troupeaux peuvent comprendre jusqu'à 25 individus. Mâles et femelles vivent séparément une grande partie de l'année, sauf pendant la saison des amours.


PRÉDATEURS

Bien que le cerf rusa se nourrisse parfois pendant la journée, il est la plupart du temps nocturne pour éviter les prédateurs diurnes. À part l'homme, ses principaux ennemis sont le dhole, le crocodile, le python, le léopard et le dragon de Komodo.


Cerf de Java
Le cerf de Java

MENACES

L'habitat du cerf rusa dans l'île de Java s'est largement fragmenté au cours des siècles, ce qui reflète depuis longtemps d'une forte densité de population humaine. De nombreuses aires protégées ont été créées durant la période coloniale néerlandaise, mais depuis l'indépendance jusqu'aux années 1970, ces parcs étaient largement sous-financés et négligés. En 1982, le gouvernement indonésien a créé une série de parcs nationaux financée par la Banque mondiale et d'autres bailleurs de fonds. Il y avait bien une certaine perte d'habitat dans les aires protégées par le biais de l'exploitation forestière illégale, l'empiétement agricole et d'autres prélèvements, mais les parcs nationaux de Java (dont plusieurs contiennent un habitat idéal pour le cerf rusa et, au moins dans le milieu des années 1990 de très grandes populations) sont restés remarquablement intacts.

Les changements socio-politiques de 1997 ont entraîné un changement dans les moeurs des habitants locaux conduisant à la destruction de l'habitat et du braconnage. Le cerf rusa, comme la plupart des grands cerfs, est particulièrement menacé par cette augmentation rapide du braconnage mais aussi par l'expansion de l'agriculture et d'autres formes d'empiétement. À Java, ce cerf est chassé avec des pièges et des chiens, mais surtout avec des armes vers la fin des années 1990 et 2000. De plus, l'animal est maintenant considéré comme une source de revenus supplémentaire et de protéines animales par de nombreuses collectivités locales en dépit d'être protégés par la loi. Le braconnage a considérablement réduit le nombre d'individus au parc national Baluran, qui comprenait autrefois la plus grande population de toute son aire de répartition naturelle, et plus largement sur la totalité de l'île de Java, mais les données sont insuffisantes pour déterminer le taux de déclin. Des tendances similaires sont susceptibles à Bali. Dans le reste de son aire indonésienne, par exemple Sulawesi, où l'espèce a été introduite, dont les populations ne sont pas comptabilisées dans l'évaluation dans les catégories de la Liste rouge de l'IUCN, ce cervidé est fortement chassé. Le braconnage de cette espèce dans son aire de répartition naturelle est pratiqué pour sa viande, des produits médicinaux, des produits artisanaux, et, localement, des animaux domestiques.

Au cours des années 1980 et 1990, lorsque le braconnage et la conversion des terres ont été relativement bien maîtrisée dans les parcs nationaux de Java, la principale menace dont devait faire face la population de cerf rusa dans le parc national Baluran était la perte de zone de pâturage à cause de l'invasion d'un arbre introduit (Acacia nilotica). Cette plante a été introduite (sans évaluation adéquate des risques) dans le cadre d'une tentative de créer une barrière coupe-feu autour des prairies du parc, les feux sauvages étant alors la plus grande menace pour les forêts de mousson du parc. Ainsi, la perte habitat et le braconnage sont désormais des facteurs limitants graves dans le parc national Baluran ainsi qu'ailleurs sur l'île de Java.


Cerf rusa mâle
Cerf rusa mâle

STATUT ET CONSERVATION

Hormis le fait que plusieurs populations introduites sur diverses îles indonésiennes, le cerf rusa est aujourd'hui considéré comme une espèce menacée sur son aire de répartition naturelle. Il est inscrit dans la catégorie vulnérable (VU) sur la Liste rouge de l'IUCN.

Le cerf rusa se produit dans plusieurs parcs nationaux protégés sur l'île de Java. L'espèce est entièrement protégée par la loi indonésienne. Cependant, des mesures urgentes doivent absolument être mises en place dans son aire d'origine pour mettre fin au braconnage et afin de sécuriser les zones protégées dans lesquelles il se produit. Ces mesures nécessitent entre autre le développement de programmes de coopération et de nouveaux partenariats avec les communautés humaines locales.


Cervus timorensis
Cervus timorensis

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît sept sous-espèces de cerf rusa :

- Rusa timorensis djonga

- Rusa timorensis floresiensis

- Rusa timorensis macassaricus

- Rusa timorensis moluccensis

- Rusa timorensis renschi

- Rusa timorensis russa

- Rusa timorensis timorensis


Javan deer
En anglais, le cerf de Java est appelé Javan deer

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communCerf rusa
Autre nomCerf de Java
English nameJavan rusa
Español nombreCiervo de Timor
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleCervidae
GenreRusa
Nom binominalRusa timorensis
Décrit parHenri-Marie Ducrotay de Blainville
Date1820



Satut IUCN

Vulnérable (VU)

SOURCES