Manimalworld

Renard de Darwin (Lycalopex fulvipes)


Le renard de Darwin (Lycalopex fulvipes) est un canidé classé dans le genre Lycalopex. Ce renard était considéré comme une sous-espèce de renard gris d'Amérique, mais est aujourd'hui reconnu comme une espèce distincte. Ce mammifère carnivore a été découvert sur l'île de Chiloé, au large du Chili, par le naturaliste Charles Darwin en 1834.


Renard de Darwin (Lycalopex fulvipes)
Renard de Darwin (Lycalopex fulvipes)


DESCRIPTION

Le renard de Darwin mesure environ 53 cm de long (corps et tête) pour un poids de 3 kg en moyenne. La queue mesure 22 cm. Il se caractérise par ses courtes pattes, son corps allongé, et une queue courte et touffue. La couleur de son pelage est brun foncé, avec des zones rouges sur la tête et la face. On peut également apercevoir des marques blanches sous le menton et le long du ventre. Il n'y a pas de données significatives de dimorphisme sexuel entre les deux sexes. Cependant, dans un rapport fait par Jimenez en 2006, les mâles ont eu une plus grande séparation entre les canines supérieures conduisant à l'apparition d'un museau large.


Lycalopex fulvipes
Lycalopex fulvipes

HABITAT

Le renard de Darwin est une espèce endémique du Chili. Autrefois, on considérait qu'il habitait uniquement sur l'île de Chiloé située au large de la côte sud. Aujourd'hui, ce renard vit pratiquement sur toute cette île sauf dans les régions du nord où l'être humain s'est installé. Dans les années 1970, une population continentale a été découverte dans le parc national Nahuelbuta au Chili.

Le renard de Darwin est une espèce forestière qui préfère la forêt secondaire dans les zones typiques de la végétation de forêt pluviale tempérée. Sur l'île de Chiloé la forêt est de type Valdivia. Elle contient quelques espèces de conifères et d'arbres fruitiers. Les régions du nord et de l'est de l'île sont habitées par des êtres humains et de l'agriculture a eu un certain impact sur le paysage. Sur la côte ouest de l'île, le renard utilise activement un habitat de forêt de conifères fragmenté par des dunes de sable. La population de la partie continentale se trouve dans une forêt dense contenant des araucarias (Araucaria araucaria) et 5 espèces de hêtres.


Lycalopex fulvipes range map
Carte de répartition du renard de Darwin

ALIMENTATION

Le renard de Darwin est un prédateur omnivore et opportuniste. Son régime alimentaire varie selon les saisons. Il se compose généralement de mammifères, d'oiseaux, d'insectes, de fruits et de graines. Les petits mammifères, notamment les rongeurs, constituent la majorité de son alimentation.


Renard de Darwin 01
Le renard de Darwin est un chasseur opportuniste

REPRODUCTION

Le renard de Darwin est une espèce monogame. On connaît peu de choses sur les comportements d'accouplement de cette espèce. La saison de reproduction débute en octobre et les renardeaux quittent la tanière en décembre. Les quelques données sont fondées sur des observations de tanières. Le nombre de petits par portée est de 2 à 3 renardeaux. Ils sont sevrés vers le mois de février. Généralement, le mâle participe à l'éducation de la progéniture. L'espérance de vie de l'espèce est estimée à 7 ans.


Renard de Darwin 02
Le renard de Darwin est également appelé Renard de Chiloé

COMPORTEMENT

Le renard de Darwin est actif autant le jour que la nuit. Dans les zones où le renard gris d'Argentine (Lycalopex griseus) est présent, le renard de Darwin est plus actif la nuit pendant que l'autre espèce est moins active. Ce renard est non territorial et partage souvent sa maison et son territoire avec d'autres renards.


Renard de Darwin 03
Portrait du renard de Darwin

MENACES

Bien que le renard de Darwin soit une espèce protégée au parc national de Nahuelbuta, il est néanmoins chassé autour de ce parc. Certains renards se reproduisent dans ces domaines. C'est une des raisons pour laquelle il est recommandé que ce parc soit étendu à sécuriser les zones tampons pour qu'ils soient également protégés. La présence de chiens dans le parc peut être la plus grande menace pour la conservation de l'espèce sous la forme de maladies ou d'attaques directes. Bien que les chiens soient interdits dans le parc national, les visiteurs sont souvent autorisés à le visiter avec leurs animaux qui sont ensuite lâchés dans le parc. En outre, les chiens locaux issus des fermes environnantes sont souvent amenés par leurs propriétaires à la recherche de leur bétail ou lors de la collecte des graines d'Araucaria à l'automne.

La population de l'île semble être relativement sûre en étant protégée dans le Parc National Chiloé. Cette zone protégée de 430 km² englobe la plupart des forêts encore intactes de l'île. Bien que le parc semble avoir une population importante de renards de Darwin, ils vivent également dans les zones environnantes, où il reste un couvert forestier important. Ces derniers domaines sont vulnérables et soumis continuellement à l'exploitation forestière, la fragmentation des forêts et le braconnage par les habitants.

On ne note par contre aucun usage commercial de l'espèce. Toutefois, des animaux captifs sont maintenus illégalement comme animaux de compagnie sur l'île de Chiloé. La plupart des estimations récentes font état de moins de 100 individus sur la partie continentale et environ 500 individus dans l'île de Chiloé.


Renard de Darwin 04
Gros plan du renard de Darwin

STATUT ET CONSERVATION

On pense qu'il ne subsiste plus que 500 renards de Darwin sur l'île Chiloé, et environ 100 sur le continent et sont par conséquent considérés comme en danger critique (CR) par l'IUCN. La fragmentation de la forêt adjacente aux parcs nationaux est un sujet d'inquiétude, tandis que les chiens présents dans les parcs, causes potentielles de décès par contamination ou d'attaques directes, sont probablement la plus grande menace pour la survie des renards.

Des actions sont actuellement menées pour protéger ce petit canidé. Des lois chiliennes visant à enrayer le braconnage existent depuis 1929. Aussi de nombreuses recherches sont effectuées sur le terrain, car on estime que quelques endroits non visités pourraient être habités par quelques-uns de ces animaux. Certains zoos ont pris à leur charge des couples de renards pour développer et de protéger l'espèce.


Renard de Darwin 05
Renard de Darwin sur l'île de Chiloé

HISTORIQUE

Charles Darwin a enregistré le premier spécimen en 1834. Initialement, le renard de Darwin était classé dans le genre Vulpes par William Charles Linnaeus Martin en 1837. Par la suite, il fut également classé dans le genre Dusicyon. Jusqu'à la découverte d'une population continentale, les renards de Darwin étaient considérés comme une population insulaire de renards gris d'Argentine. Une étude plus approfondie de la population continentale a révélé que les renards de Darwin vivent en sympatrie avec les renards gris d'Argentine, menant à l'élévation des renards de Darwin dans une espèce distincte.

Une étude basée sur l'ADN mitochondrial a permis de séparer définitivement les deux espèces de renards. Les résultats ont également suggéré que les populations actuelles sont les descendants de populations ayant eu une large répartition au sud du Chili avant la scission de l'île de Chiloé du continent à la fin du pléistocène. On pense que la dégradation des habitats forestiers a lentement restreint la distribution de ces renards.


Darwin's fox
En anglais, le renard de Darwin est appelé Darwin's fox

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communRenard de Darwin
English nameDarwin's fox
Español nombreZorro chilote
Zorro de Darwin
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreCarnivora
Sous-ordreCaniformia
FamilleCanidae
GenreLycalopex
Nom binominalLycalopex fulvipes
Décrit parWilliam Charles Linnaeus Martin
Date1837



Satut IUCN

En danger critique (CR)

Renard de Darwin 06
Pseudalopex fulvipes

SOURCES