Manimalworld

Puku (Kobus vardonii)


Le puku (Kobus vardonii), anciennement appelé Cobe de Vardon, est une espèce d'antilope de taille moyenne du genre Kobus appartenant à la famille des Bovidae. Considérée comme une espèce distincte, les données moléculaires fournissent cependant la preuve que le puku pourrait être une sous-espèce de cobe de Buffon (Kobus kob).


Puku (Kobus vardonii)
Puku (Kobus vardonii)



DESCRIPTION

Le puku est une antilope mesurant entre 1,26 et 1,50 m de long du bout du museau jusqu'à la base de la queue, de 73 à 83 cm de haut pour un poids allant de 47 à 90 kg. La taille de la queue varie de 28 à 32 cm de longueur. Les cornes fortement striées et pointues ne sont visibles que les mâles. Elles sont moins longues que chez le cobe de Buffon, avec lequel le puku est étroitement lié, ne mesurant qu'entre 45 et 53 cm de long. Le dimorphisme sexuel est présent chez cette espèce, les mâles étant plus grands que les femelles.

Le manteau grossier est d'un brun uniforme de couleur dorée. Les parties inférieures ainsi que le dessous de la queue sont légèrement plus pâle. La zone frontale est généralement plus foncée que le corps, tandis que sur le contour des yeux et des lèvres on peut voir des zones de couleur blanc cassé. Les pattes sont uniformément brun rougeâtre, et les grandes oreilles comportent des pointes noires. Le corps est lourd avec un arrière surélevé par rapport au garrot et les jambes sont plus courtes que chez les autres espèces du genre Kobus.


Kobus vardonii
Kobus vardonii

HABITAT

Autrefois, l'aire de répartition du puku s'étendait dans toutes les prairies près de points d'eau permanents, les bois et les plaines inondables d'Afrique sud centrale. Malheureusement, son aire a été largement réduite et il se produit aujourd'hui en populations isolées et son aire de répartition est très fragmentée. Les plus grandes populations se trouvent actuellement en Tanzanie et en Zambie. D'autres populations se produisent encore dans le nord du Botswana dans la plaine inondable de la rivière Chobe, dans la vallée du Zambèze au Zimbabwe, la bande de Caprivi en Namibie en Angola, au Malawi et au sud de la République démocratique du Congo. Environ 75% de la population mondiale de puku est limitée à la vallée de Kilombero en Tanzanie

Le puku occupe des habitats de prairies à proximité des sources d'eau permanentes, les savanes humides, les plaines inondables, ainsi que les rives de lacs, marécages et rivières. Cependant, même si elle est associée à des zones marécageuses humides, cette antilope tend à éviter l'eau stagnante profonde.


Kobus vardonii map
Carte de répartition du puku

ALIMENTATION

Le puku est un mammifère herbivore dont le régime alimentaire se compose d'herbes, et de feuilles de buissons dans les régions boisées. Il préfère les plantes ayant une haute valeur en protéines brutes. Il mange une grande variété de plantes vivaces qui varie selon la saison.


Puku 03
Le puku est un mammifère herbivore
© Stephen Davis

REPRODUCTION

Comme toutes les antilopes, les mâles ont un territoire qu'ils défendent âprement. Les femelles n'entrent sur leur territoire que pour s’accoupler. La reproduction a lieu toute l'année, avec un pic de mai à septembre. Après une période de gestation de 8 mois, la femelle met au monde un seul petit. La plupart des naissances surviennent pendant la saison des pluies de janvier à avril. Les jeunes nés pendant la saison humide profitent de la végétation épaisse pour se cacher des prédateurs. Après quelques semaines, ils sortent de leurs cachettes et rejoignent le troupeau, se groupant avec d'autres adolescents. Le sevrage survient à l'âge de 6 mois et les jeunes atteignent leur maturité sexuelle entre 12 et 14 mois. L'espérance de vie du puku est estimé à 17 ans au maximum.


Puku 02
Puku femelle et son petit
© Paolo Stella

COMPORTEMENT

Le puku est un animal bien associé aux zones humides et à la végétation des marais évitant néanmoins l'eau stagnante profonde, et en ce sens est écologiquement distinct du cobe lechwe.

Les mâles territoriaux se trouvent sur leur propre territoire. Les mâles célibataires vivent en troupeaux de célibataires et les femelles ont tendance à fonder des groupes de 6 à 20 animaux. Les troupeaux de femelles sont instables parce que les membres changent constamment de groupe. Les mâles territoriaux maintiennent leur territoire tout au long de l'année. Afin de le protéger contre tout intrus, ces mâles solitaires émettent trois à quatre sifflets pour avertir les autres mâles qu'ils doivent éloigner. Ce sifflet est également utilisé pour attirer les femelles.

L'activité du puku se limite aux premières heures du matin et en fin d'après-midi, bien que cette période puisse s'étendre longtemps après.Ce bovidé est plus adaptable en termes d'exigences d'habitat que les autres espèces de son genre et peuplera des secteurs de région boisée ouverte si les conditions sont appropriées. Pendant la saison des pluies, les populations se répandent sur des terres plus hautes, descendant près des cours d'eau pendant la saison sèche. À ce moment, des groupes plus petits peuvent se rejoindre pour former des colonies des troupeaux de 50 à 100 animaux.


Puku 04
Les femelles pukus vivent en groupe

PRÉDATEURS

Les principaux prédateurs naturels du puku sont le lion et le léopard. Mais l'homme reste néanmoins son pire ennemi qui le chasse et dégrade son habitat. S'il se sent menacé, le puku émet un sifflement répété qui est utilisé pour avertir ses congénères.


Puku 05
Gros plan d'un puku

MENACES

La fragmentation de son habitat causée par l'expansion des établissements humains et l'agriculture est une menace majeure pour les populations de pukus. La chasse est également une grave menace pesant sur l'espèce. Dans la vallée de Kilombero, Jenkins et al. (2002) ont indiqué que les principales menaces pour le puku proviennent de l'expansion des troupeaux de bovins sur la frontière des plaines inondables et les dommages causés à l'habitat humide par les agriculteurs. Ce bovidé est relativement facile à approcher pendant la saison sèche, quand il se regroupe dans les zones inondables, et devient par conséquent très vulnérables au braconnage. La chasse incontrôlée et le braconnage pèsent particulièrement lourd sur le sort de l'espèce qui a déjà disparu dans de nombreuses régions de son ancienne aire de répartition.


Puku 06
Puku dans la vallée du Luangwa

STATUT ET CONSERVATION

Le puku est actuellement considéré comme une espèce moyennement menacée. Il est inscrit dans la catégorie Quasi menacé (NT) sur la Liste rouge de l'IUCN.

Environ un tiers de la population totale de puku vit dans des parcs nationaux. À part la vallée de Kilombero, les domaines clés pour la survie du puku comprennent entre autres Katavi-Rukwa en Tanzanie, Kafue, la vallée du Luangwa et Nsumbu-Tondwa-Moero Wantipa au Zambie, et de plus petites populations dans le parc national de Kasungu au Malawi ainsi que le parc national de Chobe au Botswana.


Puku 07
Puku au parc national de Kafue

SOUS-ESPÈCES

Selon la classification actuelle, l'ITIS reconnaît deux sous-espèces distinctes de puku :

- Kobus vardonii senganus

- Kobus vardonii vardonii


Cobe de Vardon
Le puku est également appelé Cobe de Vardon

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communPuku
Autre nomCobe de Vardon
English namePuku
Español nombrePucú
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleBovidae
Sous-familleReduncinae
GenreKobus
Nom binominalKobus vardonii
Décrit parDavid Livingstone
Date1857



Satut IUCN

Quasi menacé (NT)

Puku 01
Le puku

SOURCES