Manimalworld

Gaur (Bos gaurus)


Le gaur (Bos gaurus) est le plus grand des bovidés sauvages et l'un des plus majestueux, avec sa belle robe sombre et luisante rehaussé de guêtres blanchâtres. Aujourd'hui, l'ITIS considère que le gaur sauvage et le gayal (Bos frontalis) appartiennent à la même espèce, le gayal étant la forme domestiquée du gaur.


Gaur (Bos gaurus)
Gaur (Bos gaurus)



DESCRIPTION

Le gaur est l'un des plus grands bovins sauvages mesurant de 2,5 à 3,3 m de long, de 1,7 à 2,2 m de haut pour un poids allant de 700 à 1000 kg. Les mâles sont environ un quart plus grand et plus lourd que les femelles. Les deux sexes disposent de cornes qui mesurent de 60 à 80 cm de long.

Chez le mâle adulte, le pelage est de couleur noire et brun foncé chez la femelle et les juvéniles. La partie supérieure de la tête, du dessus des yeux à la nuque, est grise cendrée, ou à l'occasion d'un blanc sale. Le museau est de couleur pâle, et la partie inférieure des jambes est d'un blanc pur ou beige. Il présente une crête musculaire prononcée entre les épaules et des fanons de peau pendent entre les pattes de devant et qui diffusent une partie de la chaleur corporelle de l'animal.

Les pattes sont de couleur claire et les sabots sont étroits et pointus. Exceptionnellement, on peut voir sur le front un épais bourrelet osseux entre les deux cornes. Ces cornes, jaunes avec des pointes noires, sont recourbées vers le haut chez la femelle et vers l'arrière chez le mâle.

Le gaur est l'un des plus grands animaux terrestres. Seul l'éléphant, le rhinocéros, l'hippopotame et la girafe le dépassent. Sur ces espèces, l'éléphant d'Asie et le rhinocéros indien sont sympatriques avec le gaur.


Bos gaurus
Bos gaurus

HABITAT

Le gaur vit dans toute l'Asie du Sud. Les plus grandes populations se trouvent en Inde, mais l'espèce est également présente au Vietnam, Cambodge, Laos, Chine, Thaïlande, Malaisie péninsulaire, Myanmar, Bangladesh, Bhoutan, et au Népal. Aujourd'hui, l'espèce est gravement fragmentée sur son aire de répartition, et régionalement éteinte au Sri Lanka.

Les populations de gaurs sont limitées aux zones de collines boisées à feuillages persistants, à feuilles caduques, aux forêts de savane et son souvent associés à des sous-bois ainsi qu'aux terrains relativement ouverts.


Bos gaurus range map
Carte de répartition du gaur

ALIMENTATION

Le gaur passe une grande partie de la journée à brouter des herbes, des feuilles d'arbustes et de jeunes pousses, ne s'interrompant que pour dormir ou ruminer. Pour se nourrir, il fréquente de préférence les clairières ainsi que les pâturages des versants montagneux. En dépit de sa taille, c'est un animal agile qui n'hésite pas à s'aventurer dans les ravins escarpés.


Gaur 01
Signes particuliers du gaur

REPRODUCTION

Les gaurs s'accouplent en été, si bien que les jeunes naissent au printemps suivant, quand l'herbe est la plus abondante. Un mâle sait qu'une femelle est en chaleur d'après l'odeur de ses parties génitales et de ses urines. Il s'efforce alors d'écarter ses rivaux pour avoir une chance de s'accoupler avec elle. Il y a rarement d'affrontement entre les mâles, la hiérarchie s'établissant surtout par manœuvres d'intimidation. Un mâle dominant peut s'accoupler avec une dizaine de partenaires au cours d'une seule saison.

Après une période de gestation de 275 jours, la femelle met au monde un seul veau. La femelle surveille en permanence son petit, mais cela n'empêche pas bon nombre de jeunes d'être dévoré par les prédateurs. Quelques jours après la naissance, la mère rejoint le groupe avec son petit qui ne la quitte pas et tète chaque jour plusieurs fois jusqu'au sevrage qui survient au bout de 7 à 12 mois.

Les jeunes sont très joueurs et ne cessent de se pourchasser en gambadant. Ils ne demeurent pas moins sous l'étroite surveillance des femelles adultes qui ne les laissent pas s'éloigner. Ils atteignent leur maturité sexuelle vers l'âge de 2 ou 3 ans. Les femelles restent dans le groupe, alors que les mâles le quittent pour aller se joindre à une bande de célibataires. L'espérance de vie du gaur en captivité est de 30 ans.


Gaur 03
Photo de famille de gaurs

COMPORTEMENT

Le gaur est un bovidé sauvage qui vit en petits groupes pour mieux se protéger des prédateurs, notamment du tigre qui peut aisément tuer un mâle adulte. Chaque groupe se compose de femelles avec leur progéniture, auxquelles se joint un mâle adulte à la période de reproduction. Il arrive néanmoins qu'un mâle demeure toute l'année avec le même groupe dont il renforce la protection contre les prédateurs. Le gaur a d'ailleurs la chance de partager son habitat avec des animaux bruyants tels que les sangliers, les cervidés et des oiseaux dont les puissants cris d'alarme le préviennent de l'approche d'un danger.

Le gaur fréquente de préférence les forêts tropicales clairsemées des zones montagneuses. En altitude, il supporte bien le froid, mais a besoin de l'ombre des arbres pour se protéger du soleil durant les heures les plus chaudes de la journée. Contrairement à d'autres bovidés, tels que le bison ou le yak, le gaur n'a pas une longue fourrure. En revanche, les replis de peau, ou fanons, qui pendent sous son encolure et sa longue bosse dorsale lui servent de régulateurs thermiques en diffusant une partie de sa chaleur corporelle.

Dans les zones non perturbées, le gaur est essentiellement diurne. Dans les secteurs perturbés, il est devenu en grande partie nocturne en raison des sévices causés aux forêts par l'homme. Dans le centre de l'Inde, il est plus actif la nuit, et est rarement vu après 8 heures du matin. Pendant la saison sèche, les troupeaux se rassemblent, restent ensemble et se dispersent dans les collines avec l'arrivée de la mousson. Bien que le gaur dépende de l'eau pour boire, il ne semble pas s'y baigner ou s'y vautrer.


Gaur 02
Gros plan d'un gaur

PRÉDATEURS

En raison de sa grande taille, le gaur a peu d'ennemis naturels. Le léopard et le dhole s'attaquent parfois aux jeunes veaux non protégés ou aux animaux malades. Seuls les tigres et les crocodiles marins sont capables de s'en prendre à un adulte. Cependant, l'habitat du gaur et du crocodile marin se chevauche rarement en raison de la diminution de l'aire de répartition des deux espèces.

Le tigre chasse généralement les jeunes ou les individus malades, mais il a déjà été observé tuant des mâles sains. Lorsqu'ils sont confrontés à un tigre, les adultes forment souvent un cercle entourant les jeunes pour les protéger. Il existe plusieurs cas de tigres tués par des gaurs. Dans un cas, un tigre a été encorné et piétiné à mort par un gaur au cours d'une longue bataille. Néanmoins, le gaur n'est pas aussi agressif envers l'homme que peut l'être le buffle d'Asie sauvage.


Gaur 05
Le gaur est un animal grégaire

MENACES

Bien que les populations indiennes du gaur soient restées relativement stables au cours des dernières années, d'autres ont montré un déclin inquiétant, surtout en Indochine. La chasse, en particulier pour les cornes, demeure une menace sérieuse pour la survie et est particulièrement pertinente lorsqu'elle est couplée avec la perte généralisée de l'habitat qui déferle à travers une grande partie de l'Asie. En outre, le gaur est sujet aux maladies transmises par les bovins domestiques, tel que la peste bovine et la fièvre aphteuse.

Au Laos, le gaur est fortement menacé par le braconnage pour le commerce, mais aussi par la chasse opportuniste, et la chasse spécifique pour la consommation domestique. Dans les années 1990, il était particulièrement recherché par les braconniers vietnamiens pour sa valeur commerciale. En Thaïlande, le gaur est également menacé par le braconnage pour le commerce de la viande et les trophées.


Gaur 04
Photo d'un spécimen leucistique de gaur

STATUT ET CONSERVATION

Le gaur est considéré comme une espèce menacée. Il est inscrit dans la catégorie Vulnérable (VU) sur la Liste rouge de l'IUCN et en Annexe I de la CITES.

Le gaur est protégé dans tous les pays dans lesquels il est présent, le commerce international est également interdit. On le retrouve également dans un certain nombre de parcs nationaux comme le parc national de Chitwan au Népal et, une grande population captive existe. Avec un suivi attentif de l'évolution de la population et la protection de l'habitat restant, l'avenir de ces animaux est relativement stable actuellement.


Gaur 06
Un gaur au parc national de Bandipur en Inde

TAXINOMIE

Actuellement, l'ITIS reconnaît l'espèce Bos gaurus comme invalide. En effet, le gaur et le gayal sont aujourd'hui considérés comme une seule est unique espèce. Néanmoins, la Commission internationale de nomenclature zoologique (2003) a estimé que le nom de cette espèce sauvage (Bos gaurus) n'est pas invalide en vertu d'être antidaté par le nom fondé sur la forme domestique (Bos frontalis). D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer précisément la taxinomie du gaur et s'il s'avère être réellement la forme sauvage du gayal.


Bos frontalis
Bos frontalis

SOUS-ESPÈCES

En considérant que le gaur et le gayal ont tous deux le même nom vernaculaire (Bos frontalis), la classification actuelle de l'ITIS reconnaît quatre sous-espèces distinctes de gaurs :

- Bos frontalis frontalis

- Bos frontalis gaurus

- Bos frontalis laosiensis

- Bos frontalis sinhaleyus


Bos frontalis gaurus
Bos frontalis gaurus

SAVIEZ-VOUS QUE ?

* Au début du XXe siècle, le gaur était très recherché par les chasseurs qui le considéraient comme un gibier de choix, son naturel méfiant rendant son approche difficile.

* "Krating Daeng" est aujourd'hui une marque de boisson énergisante comportant une paire de cornes rouge de gaur comme logo, également utilisé sur le dérivé autorisé, "Red Bull".

* Les éleveurs laissent parfois leur bétail pâturer au voisinage des gaurs, ce qui met ceux-ci en danger en leur transmettant des maladies virales comme la fièvre aphteuse, contre lesquelles aucune immunité ne les protège.


Gaur 07
Gaur sauvage dans la péninsule de Malaisie

CLASSIFICATION


Fiche d'identité
Nom communGaur
English nameGaur
Indian bison
Español nombreAntílope de cuatro cuernos
RègneAnimalia
EmbranchementChordata
Sous-embranchementVertebrata
ClasseMammalia
Sous-classeTheria
Infra-classeEutheria
OrdreArtiodactyla
Sous-ordreRuminantia
FamilleBovidae
Sous-familleBovinae
GenreBos
Nom binominalBos gaurus
Bos frontalis
Décrit parCharles Hamilton Smith
Aylmer Bourke Lambert
Date1827
1804



Satut IUCN

Vulnérable (VU)

VOIR AUSSI

* Banteng

* Kouprey


SOURCES